PEUR BLEUE

À partir de 2.99 €
Parce que comme tout bon film de requin qui se respecte, celui ci est bardé de références à Jaws...
Fantastique / Horreur - 2000 - Australie|Etats-Unis d'Amérique - 101 MIN - VF - interdit aux moins de 12 ans

Le docteur Susan McAlester et son équipe travaillent sur la base marine d’Aquatica. Ils recherchent un médicament contre la maladie d'Alzheimer en se livrant à des expériences génétiques sur trois requins que seul le repris de justice Carter Black, plongeur émérite, ose approcher. Les savants sont parvenus à développer la masse cérébrale des animaux et ont bon espoir de pouvoir appliquer ce traitement aux humains. 

Réalisé par

4.7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Caroline Vié
Caroline Vié
CHRONIQUEUR

Le réalisateur finlandais Renny Harlin a été découvert aux Etats-Unis grâce au Cauchemar de Freddy réalisé en 1988. Il s’est ensuite imposé dans le domaine du cinéma d’action avec 58 minutes pour vivre, suite de la saga Die Hard avec Bruce Willis, et Cliffhanger avec Sylvester Stallone. Pour Peur bleue, qu’il signe en 1999, il retrouve Samuel L. Jackson qu’il avait dirigé dans Au revoir, à jamais.

Harlin a souhaité rendre hommage à l’un de ses films préférés, Les dents de la mer. Les effets spéciaux ayant fait d’énormes progrès depuis le tournage du film de Steven Spielberg en 1975, Renny Harlin a choisi de montrer les monstres plutôt que de jouer avec l’imagination du spectateur. La principale difficulté qu’impliquait ce traitement vient du fait que les requins sont des animaux bien connus du public. Il fallait donc que leur représentation demeure réaliste à l’écran pour que le film soit crédible. Harlin a également décidé de jouer à fond sur la peur du spectateur en limitant le côté humoristique du scénario. Cela démarquait clairement Peur bleue des films d’horreur de la fin des années 90 qui regorgeaient de blagues macabres.

Ce parti pris n’a pas empêché le cinéaste d’offrir quelques clins d’œil aux fans. La plaque d’immatriculation qu’on trouve dans la mâchoire de l’un des requins fait référence à une plaque similaire dans Les dents de la mer. Les morts des trois requins du film évoquent celles des Dents de la mer et de ses deux suites. Le réalisateur, reconnaissable à ses longs cheveux blonds et à ses lunettes noires, fait une apparition en employé qui quitte la base. Comme dans tous ses films, il a placé un drapeau finlandais dans le décor. Cet hommage à son pays d’origine se trouve ici dans la chambre de son héroïne. Il est aussi fait mention de la Finlande sur le menu de la cafétéria et sur une bouteille de vodka.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Renny Harlin

THE PUNISHER DE JONATHAN HENSLEIGH

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité