R.A.S.

À partir de 2.99 €
Parce que parmi tous les talents révélés par le film de Boisset, figure Jacques Villeret dont c'est la première apparition
Guerre / Western - 1973 - France|Italie - 104 MIN - VF - Tous publics
1956. Rémy March, un apolitique, Alain Charpentier, un anarchiste et Raymond Dax, un communiste se retrouvent un matin sur un quai de gare. Un train doit les emmener contre leur gré en Algérie. Ils sympathisent et se retrouvent affectés au poste d’Ain Sour. Dans ce camp disciplinaire, ils suivent un entraînement très rude que Raymond ne va pas pouvoir supporter.

Réalisé par

7.2 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

R.A.S., abréviation de "Rien à signaler", témoigne dès son titre de sa volonté de dénoncer une guerre qui ne disait pas son nom, celle des Français en Algérie. Adapté du livre de Roland Perrot, déserteur pendant cette guerre, par un cinéaste, Yves Boisset, qui avait fait son service militaire en Algérie, et par son coscénariste Claude Veillot, qui avait couvert les "événements d’Algérie" en tant que journaliste, le film suit le parcours de trois jeunes Français, réservistes rappelés malgré eux par les autorités militaires pour aller se battre en Algérie.

Yves Boisset a réalisé ce film en 1973 à un moment où il s’était déjà spécialisé dans un cinéma populaire qui dénonce les failles et manquements de la société française, qu’il s’agisse des dérapages de la police (Un condé), de l’intrusion du politique dans les affaires de la justice (Le Juge Fayard dit "le Shérif") ou du racisme quotidien (Dupont Lajoie). Juste avant R.A.S., il avait tourné L’Attentat autour de l’affaire Ben Barka. "Je fais, a déclaré Boisset, un cinéma populaire politique qui essaie de toucher un public non militant voire non informé, qui cherche à avoir le maximum d’impact, qui se donne les moyens de faire des entrées et de faire réfléchir des centaines de milliers de personnes".

Avec R.A.S., il a réussi son coup. Car même si son distributeur qui ne croyait pas au film l’a sorti au beau milieu de l’été, le film a réuni plus d’un million trois cent mille spectateurs, le propulsant en tête du box-office.

Il bénéficie en outre d’une distribution exceptionnelle, de jeunes acteurs pas ou peu connus à l’époque qui, depuis, sont devenus célèbres. C’est le cas de Jacques Weber et Jacques Spiesser, mais aussi de Jean-François Balmer et de Jacques Villeret qui faisaient là leur première apparition à l’écran.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

L’autre film français du début des années soixante-dix sur les jeunes rappelés français en Algérie

Yves Boisset

Un film sur la guerre du Viet Nam qui commence de la même manière, dans un camp d’entraînement intensif qui rend fou un jeune soldat.

CYRANO DE BERGERAC