Bande Annonce de R.A.S.Découvrez la bande Annonce de R.A.S. sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2837/fond/2837_w_500.jpg
Yves Boisset
Jacques SpiesserJacques WeberJean-François BalmerMichel PeyrelonPhilippe LeroyClaude BrossetGeorges StaquetJacques VilleretJean-Pierre CastaldiRoland BlancheAlbert DraiJacques ChailleuxJean Bouchaud

R.A.S.

104 mn

Note de SensCritique :

7.3 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Yves Boisset.

Casting : Jacques Spiesser, Jacques Weber, Jean-François Balmer, Michel Peyrelon, Philippe Leroy, Claude Brosset, Georges Staquet, Jacques Villeret, Jean-Pierre Castaldi, Roland Blanche, Albert Drai, Jacques Chailleux. Jean Bouchaud

Synopsis : 1956. Rémy March, un apolitique, Alain Charpentier, un anarchiste et Raymond Dax, un communiste se retrouvent un matin sur un quai de gare. Un train doit les emmener contre leur gré en Algérie. Ils sympathisent et se retrouvent affectés au poste d’Ain Sour. Dans ce camp disciplinaire, ils suivent un entraînement très rude que Raymond ne va pas pouvoir supporter.

Scénario : Claude Veillot, Yves Boisset.
Musique : François de Roubaix.
Pays : France | Italie
Tags : Guerre / Western, Trains, Films de guerres modernes, Fais-moi mal, Au Maghreb, Au temps des colonies.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

R.A.S., abréviation de "Rien à signaler", témoigne dès son titre de sa volonté de dénoncer une guerre qui ne disait pas son nom, celle des Français en Algérie. Adapté du livre de Roland Perrot, déserteur pendant cette guerre, par un cinéaste, Yves Boisset, qui avait fait son service militaire en Algérie, et par son coscénariste Claude Veillot, qui avait couvert les "événements d’Algérie" en tant que journaliste, le film suit le parcours de trois jeunes Français, réservistes rappelés malgré eux par les autorités militaires pour aller se battre en Algérie.

Yves Boisset a réalisé ce film en 1973 à un moment où il s’était déjà spécialisé dans un cinéma populaire qui dénonce les failles et manquements de la société française, qu’il s’agisse des dérapages de la police (Un condé), de l’intrusion du politique dans les affaires de la justice (Le Juge Fayard dit "le Shérif") ou du racisme quotidien (Dupont Lajoie). Juste avant R.A.S., il avait tourné L’Attentat autour de l’affaire Ben Barka. "Je fais, a déclaré Boisset, un cinéma populaire politique qui essaie de toucher un public non militant voire non informé, qui cherche à avoir le maximum d’impact, qui se donne les moyens de faire des entrées et de faire réfléchir des centaines de milliers de personnes".

Avec R.A.S., il a réussi son coup. Car même si son distributeur qui ne croyait pas au film l’a sorti au beau milieu de l’été, le film a réuni plus d’un million trois cent mille spectateurs, le propulsant en tête du box-office.

Il bénéficie en outre d’une distribution exceptionnelle, de jeunes acteurs pas ou peu connus à l’époque qui, depuis, sont devenus célèbres. C’est le cas de Jacques Weber et Jacques Spiesser, mais aussi de Jean-François Balmer et de Jacques Villeret qui faisaient là leur première apparition à l’écran.

Pour bien comprendre l’impact de R.A.S. et les difficultés qu’a rencontrées Yves Boisset pour le tourner, il faut se remettre dans le contexte de l’époque. La guerre d’Algérie était encore un sujet tabou. Dans cette période, Avoir vingt ans dans les Aurès, également malmené par la censure, était le seul autre long métrage de fiction à aborder la question de front. Il faut quand même dire que, auparavant, l’ombre du conflit algérien planait sur d’autres films sans en constituer le sujet principal, de Muriel ou le temps d’un retour d’Alain Resnais aux Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy, en passant par Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda et Le Petit Soldat de Jean-Luc Godard.

Pour en revenir à R.A.S., son réalisateur Yves Boisset a raconté que la sécurité militaire avait essayé d’empêcher son tournage par tous les moyens. Non contente d’interdire au film l’accès à toute caserne et matériel de l’armée française, elle a exercé une pression sur les loueurs de costumes et d’armes pour qu’ils ne travaillent pas avec cette production, laissant entendre que l’armée priverait de ses surplus et armes démilitarisées toute société qui enfreindrait ce commandement. Boisset a donc dû tourner avec des uniformes de l’armée belge maquillés pour les faire ressembler à ceux de l’armée française. Il a aussi monté une coproduction avec l’Algérie avant que le gouvernement français parvienne à faire pression sur les autorités algériennes pour qu’elles se retirent du projet. C’est ainsi que Boisset a finalement tourné en Tunisie.

Le financement du film a été lui aussi une odyssée, avec une avance sur recettes accordée puis retirée sur intervention ministérielle. Ce qui a provoqué le retrait du producteur initial et l’interruption des prises de vues, entre la fin octobre 1972 et mars 1973. Comme par hasard, au retour du tournage en Tunisie, des bobines de films comportant des scènes de torture ont mystérieusement disparu, obligeant Boisset à les retourner. Enfin, plusieurs scènes ont été coupées avant que le film ait le droit de sortir en France avec une interdiction aux moins de 18 ans. Cette interdiction, motivée par des considérations politiques plus que par le souci de protéger les jeunes spectateurs a depuis été levée. Le film est aujourd’hui classé tout public.

Salauds !

S’il y a bien une chose pour laquelle les Américains nous dépassent, nous, Français, c’est dans la représentation de leur armée au cinéma. Par-là, je ne parle pas de leur capacité à produire des divertissements à grand spectacle – souvent sponsorisés par le Pentagone, ...

Lire la suite
8
Ninesisters

Après avoir vu R.A.S, j'ai l'impression que Kubrick a dû s'en inspiré pour Full Metal Jacket car il y a beaucoup de scènes semblables (l'entraînement, la scène du coiffeur...). Bien que le film ait été censuré pour des motifs compréhensibles à l'époque, il est intéressant ...

Lire la suite
9
Hawk

Du grand Boisset

Peut-être la meilleure réalisation d'Yves Boisset qui nous livre un réquisitoire sans concession sur la guerre d'Algérie ou plutôt sur les appelés. Magnifique film et excellente interprétation avec une fin émouvante. Un certain parti pris et je ne suis pas en total accord ...

Lire la suite
9
AMCHI
le contexte
A voir également
Affiche du film LES ÉGOUTS DU PARADIS
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film BEAUMARCHAIS, L INSOLENT
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film CANICULE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS LA VALLÉE D ELAH

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés