SHREK

À partir de 2.99 €
Jeunesse - 2001 - Etats-Unis - 90 MIN - VM - HD - Tous publics
Shrek, un ogre verdâtre, cynique et malicieux, a élu domicile dans un marécage qu'il croit être un hâvre de paix. Un matin, alors qu'il sort faire sa toilette, il découvre de petites créatures agaçantes qui errent dans son marais.
Shrek se rend alors au château du seigneur Lord Farquaad, qui aurait soi-disant expulsé ces êtres de son royaume. Ce dernier souhaite épouser la princesse Fiona, mais celle-ci est retenue prisonnière par un abominable dragon.
Il lui faut un chevalier assez brave pour secourir la belle. Shrek accepte...
7.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Carlos Gómez
Carlos Gómez
CHRONIQUEUR

Il était une fois, un monstre des marécages qui voulait juste qu’on lui foute la paix. Il pète, il rote, il pue, ce qui lui permet de mettre les importuns à distance et n’est pas pour lui déplaire. Et pourtant, derrière son corps de sumo et sa tête d’avocat trop mûr, se cache un coeur blessé qui vit mal d’inspirer un tel rejet…

 

A sa sortie en 2001, Shrek, a été un succès immédiat dans le monde entier. C’est le Festival de Cannes qui avait eu le privilège de découvrir la création d’Andrew Adamson, animateur et infographiste néo-zélandais. Thierry Frémaux, délégué général de la manifestation, avait trouvé le scénario et son traitement suffisamment intéressants pour que Shrek mérite de figurer en compétition.

 

Shrek allait devenir le premier carton digne de ce nom de Dreamworks, créée en 1994 par Jeffrey Katzenberg avec la collaboration de Steven Spielberg. Le studio s’était lancé dans l’aventure en 1998 avec Fourmiz, qui méritoire, n’avait pas pesé bien lourd cependant à côté du premier Toy Story produit par John Lasseter au sein de Pixar. C’est lui alors qui régnait sur le monde de l’animation. Même Disney en prenait ombrage et songeait déjà à racheter son jeune concurrent. Disney justement, il en est beaucoup question dans Shrek comme vous allez voir. Et pas exactement pour rendre hommage à l’esprit de feu l’Oncle Walt… Bonne projection.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

La suite installe le personnage dans sa laideur recommandable.

Andrew Adamson

Un autre type de monstre verdâtre, antihéros type, auquel on peut cependant trouver des qualités morales...

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité