Bande Annonce de KUNG FU PANDA 3Découvrez la bande Annonce de KUNG FU PANDA 3 sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/14477/fond/14477_w_500.jpg
Jennifer Yuh Nelson
Angelina JolieBryan CranstonDustin Hoffman (voix Vo)Emmanuel Jacomy (voix Vf)J.k. Simmons (voix Vo)Jack Black (voix Vo)Jérémie Covillault (voix Vf)Manu Payet (voix Vf)Marie Gillain (voix Vf)Pierre Ardit (voix Vf)David Cross (voix Vo)Jackie Chan (voix Vo)Luci Liu (voix Vo)Marc Arnaud (voix Vf)Mylène Jampanoï (voix Vf)Seth Rogen (voix Vo)William Coryn (voix Vf)Xavier Fagnon (voix Vf)

KUNG FU PANDA 3

91 mn

Note de SensCritique :

6.3 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jennifer Yuh Nelson, Alessandro Carloni.

Casting : Angelina Jolie, Bryan Cranston, Dustin Hoffman (voix Vo), Emmanuel Jacomy (voix Vf), J.k. Simmons (voix Vo), Jack Black (voix Vo), Jérémie Covillault (voix Vf), Manu Payet (voix Vf), Marie Gillain (voix Vf), Pierre Ardit (voix Vf), David Cross (voix Vo), Jackie Chan (voix Vo), Luci Liu (voix Vo), Marc Arnaud (voix Vf), Mylène Jampanoï (voix Vf), Seth Rogen (voix Vo), William Coryn (voix Vf). Xavier Fagnon (voix Vf)

Synopsis : Maître Oogway est attaqué par le terrible Kai alors qu'il méditait dans le royaume des esprits. Kai, désormais tout-puissant, est capable de se rendre sur Terre. Pendant ce temps, en Chine, Po et ses amis apprennent que maître Shifu ne leur enseignera plus le kung-fu et qu'il confie cette tâche à Po. Ce dernier se révèle peu doué comme pédagogue. En revanche, une bonne surprise l'attend. Son père biologique vient le retrouver...

Scénario : Glenn Berger, Jonathan Aibel.
Musique : Hans Zimmer.
Pays : Chine|Etats-Unis d'Amérique
Tags : Jeunesse, SensCritique - Les films d'animation drôles, Animaux.

à partir de

2.99
voir ce film

« Si on se limite à ce qu’on sait faire, on ne se dépasse jamais ! » ce conseil que donne Maître Shifu au jeune Po semble avoir été suivi par la production de ce troisième volet des aventures du panda le plus sympathique du cinéma. Le film a en effet totalisé pas moins de soixante millions d’heures de rendu, c’est à dire le traitement informatique des images, alors qu’il en avait fallu 50 pour le deuxième opus.

En termes économiques, Kung Fu Panda 3 constitue un événement puisqu’il marque la première collaboration entre un studio d’animation américain et une entreprise chinoise. Un tiers de cette production a ainsi été réalisé en Chine et le reste aux Etats-Unis. Ce troisième volet va surtout illustrer le sage précepte « sois toi-même » et développer un salutaire message sur le respect de la différence.

Po retrouve son père biologique avant de s’installer dans un village de pandas. Mais quand le sinistre Kai entreprend d’éliminer tous les maîtres du kung fu, la gentille peluche doit transformer une communauté de pandas maladroits et pacifiques en guerriers efficaces… C’est pas gagné !

Et de trois donc ! Mais comment les réalisateurs ont-ils abordé cette nouvelle histoire  ? Jusqu’ici le personnage de Po se définissait comme le panda, le gaffeur de la bande, le joyeux drille au milieu de maîtres plutôt coincés. Avec ce troisième opus de la saga, les réalisateurs Alessandro Carloni et Jennifer Yuh Nelson ont voulu trouver une nouvelle dynamique et faire évoluer le héros aux côtés de personnages pas très différents de lui. La cohérence entre les trois volets n’en est pas moins solide : l’affrontement entre Kai et Po à la fin du film, reprend ainsi certains plans de la scène d’ouverture du tout premier Kung Fu Panda où Po s’imaginait dans la peau d’un héros.

Pour donner forme au Royaume des Esprits, les réalisateurs ont puisé leur inspiration dans une des oeuvres d’art les plus célèbres de Chine, « Le Jour de Qingming au bord de la rivière ». Cette toile du XIIe siècle qui se présente sous la forme d’un rouleau de plus de cinq mètres est si réputée qu’elle a été qualifiée de « Joconde de Chine ». En hommage à ce chef-d’œuvre, une part de l’animation a été réalisée à la main avant d’être retravaillée à l’ordinateur. Ce mélange de techniques 2D et 3D donne ainsi l’impression qu’on est face à un tableau qui prend vie progressivement. Le village des pandas est quant à lui le fruit de repérages effectués par les créateurs à travers la Chine, et en particulier au Mont Qinseng, berceau du taoïsme.

De leur côté, les ingénieurs du son ont déployé des trésors d’imagination pour composer les bruitages. Leur objectif était d’apporter aux scènes de combat une dimension insolite et joyeuse. Les roulades sont ainsi accompagnées par le son d’un improbable instrument : une vaste bassine métallique retournée et percée d’un trou combinée avec un grand bâton et une corde dont le pincement évoquait parfaitement le rebond des animaux. Pour les sauts et les envolées de Po, une série de micros a été disposée sur toute la longueur du studio de la Fox et une corde élastique a été tendue qui produit un son incroyable d’une durée de 5 secondes. Dans les scènes au Royaume des Esprits, le travail a surtout consisté à épurer pour mettre en valeur les rares sons liés aux états émotionnels des personnages. Moins de son pour plus d’émotions…

 
le contexte