UN DIVAN À TUNIS

À partir de 3.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
La Tunisie fait sa psychanalyse non sans humour et émotions
Comédie - 2020 - France - 84 MIN - VF - HD - Tous publics
Après avoir exercé en France, Selma, 35 ans, ouvre son cabinet de psychanalyse dans une banlieue populaire de Tunis. Au lendemain de la Révolution, la demande s'avère importante dans ce pays « schizophrène ». Mais entre ceux qui prennent Freud et sa barbe pour un frère musulman et ceux qui confondent séances tarifées avec "prestations tarifées", les débuts du cabinet sont...

Réalisé par

6.2 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Perrine Quennesson
Perrine Quennesson
CHRONIQUEUR

Pour son premier long métrage, Un Divan à Tunis, la réalisatrice franco-tunisienne Manele Labidi a décidé de se lancer dans une radioscopie de la Tunisie, post-printemps arabes. Mais loin d’en tirer un drame ou un thriller tendu, sa thérapie à elle passe avant tout par l’humour.

On y suit Selma, 35 ans, qui ouvre son cabinet de psychanalyse dans une banlieue populaire de Tunis après avoir exercé en France. Dans cette Tunisie post-révolutionnaire, les clients se font nombreux. Seulement, Selma a oublié un détail majeur : s'acquitter des formalités pour obtenir l'indispensable autorisation nécessaire à pratiquer son activité.

Situations rocambolesques, voisinages hauts en couleurs, bavards ou traumatisés, réadaptation à un environnement connu mais soudain devenu un peu étranger, tout y passe dans cette psychanalyse légère menée par la talentueuse actrice iranienne Golshifteh Farahani que l’on avait pu notamment croiser chez Jim Jarmusch ou Atiq Rahimi.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Golshifteh Farahani

Là aussi la Tunisie réfléchit sur sa propre situation et surtout sur la place des femmes du point de vue d'une cinéaste

Manèle Labidi

Les deux films sont à la lisière de la comédie et du drame dans un contexte post-Printemps arabe

PATERSON DE JIM JARMUSCH

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS