AU-DELà DU RéEL

Bientôt disponible
Parce que c'est dans ce film que débutent ensemble William Hurt et Drew Barrymore
Fantastique / Horreur - 1981 - Etats-Unis - 102 MIN - interdit aux moins de 12 ans
Chercheur anthropologue à l'Université de Cornell, Edward Jessup tente de comprendre les origines communes de l'apparition de la vie. Pour parvenir à ses fins, il n'hésite pas à s'enfermer dans un caisson d'isolation sensorielle tout après avoir absorbé des substances hallucinogènes qu'il s'est procuré chez des indigènes mexicains. Il va alors découvrir sa véritable identité et le contenu universel de cette dernière, au prix d'une incroyable métamorphose...

Réalisé par

6.9 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

Edward Jessup est chercheur anthropologue à l’Université de Cornell. Dans le cadre de ses travaux scientifiques, il tente de comprendre les origines communes de l’apparition de la vie. En se livrant à des expériences à l’intérieur d’un caisson d’isolation sensorielle tout en ayant absorbé des hallucinogènes qu’il s’est procuré chez des indigènes mexicains, il va faire de très étranges découvertes personnelles et intimes… Ainsi commence le film fantastique et de science-fiction que réalisa Ken Russel en 1981, avec William Hurt dans le rôle de ce savant pas très sage et, incarnant son épouse,  Drew Barrymore dans l’un de ses premiers rôles à l’écran. 

Sur l’affiche française du film, les spectateurs pouvaient lire : « L’expérience la plus terrifiante de l’histoire de la science échappe à tout contrôle… » avec en dessous de cette accroche, la tête de William Hurt à l’envers et surmontée d’électrodes, le tout d’un vert électrique. On ne peut faire plus explicite et l’atmosphère visuelle du film est immédiatement donnée. Explosion de couleurs et feu d’artifices biologiques en tous genres, « Au-delà du réel » ne lésine pas sur les effets visuels et fait écho aux visions hallucinées de son personnage principal.

 

Avec « Au-delà du réel », Ken Russell nous livre en fait sa version très personnelle du motif de Dr. Jekyll et Mister Hyde. Le Dr Jessup, comme le personnage inventé en son temps par Stevenson, n’hésite pas en effet à expérimenter sur lui-même ses propres découvertes et intuitions scientifiques au risque d’y perdre et son corps et peut-être même son âme. Russel va cependant bien au-delà des déclinaisons habituelles en donnant à son film l’aspect d’un « bad trip » sous acide avec une utilisation certes encore balbutiante du numérique mais cependant très efficace…

 

 

Contexte

De l'humain à l'animal, ou comment on passe de l'un à l'autre.

Ken Russell

Le film de Victor Fleming partage avec celui de Ken Russell le même personnage principal d'un savant capable de dépasser ses propres limites.

UN DIVAN À NEW YORK

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité