Bande Annonce de LE CAMÉLÉONDécouvrez la bande Annonce de LE CAMÉLÉON sur FilmoTVhttp://
Jean-Paul Salomé
Brian GeraghtyEllen BarkinEmilie de RavinFamke JanssenMarc-André GrondinGary GrubbsJames DumontJd EvermoreLance E NicholsNick ChinlundNick StahlRitchie MontgomeryTory Kittles

LE CAMÉLÉON

106 mn
voir la bande annonce

Réalisateur : Jean-Paul Salomé.

Casting : Brian Geraghty, Ellen Barkin, Emilie de Ravin, Famke Janssen, Marc-André Grondin, Gary Grubbs, James Dumont, Jd Evermore, Lance E Nichols, Nick Chinlund, Nick Stahl, Ritchie Montgomery. Tory Kittles

Synopsis : Un ado est retenu dans un centre pour mineurs délinquants en Espagne. Il révèle être un jeune Américain disparu cinq ans plus tôt. Il est rendu à sa famille, qui l'acueille avec une joie immense. En fait le jeune homme est un imposteur. Il n'est ni Américain ni mineur. C'est un escroc et un mythomane français qui n'en est pas à son coup d'essai...

Scénario : Jean-Paul Salomé, Natalie Carter.
Musique : Bruno Coulais.
Pays : France
Tags : Drame, Enfant fugueurs, Histoire vraie, Plus d'émotion, Policier / Suspense.

Inclus danspassillimite
voir ce film
Comme chacun sait, le caméléon est un saurien qui a la capacité de changer de couleur en fonction de ses émotions, ce qui le conduit souvent à se dissimuler parmi les feuillages. Considérant la capacité du personnage central du film à se muer en un autre pour s’adapter à son milieu social, il était effectivement tentant de penser que l’homme est parfois, lui aussi, un caméléon. D’où les très troublantes questions d’identité qui s’attachent au personnage, dont on se demande si oui ou non il a usurpé son état civil… 

Le film est basé sur une histoire vraie, celle de Frédéric Bourdin, un jeune Français, natif de Nanterre, majeur au moment des faits, qui, après avoir écumé tous les centres pour mineurs fugitifs, s’est fait passer pour un Américain de 13 ans, disparu quatre ans plus tôt. Et là où l’histoire devient folle, c’est que la famille du disparu l’a accueilli sans rechigner… Avant qu’il aille faire son nid dans un autre foyer. Au final, l’imposteur s’est inventé près de cinq cents identités, tout en conservant à chaque fois le même profil, celui d’un enfant maltraité ou abandonné.

C’est Romain Duris qui devait interpréter le rôle-titre, Jean-Paul Salomé ayant conservé un très bon souvenir de leur collaboration sur Arsène Lupin. Mais c’est finalement au Québécois Marc-André Grondin qu’a échu le rôle. On ne s’en plaindra pas tant le comédien excelle dans la peau de ce personnage hors-normes qui justement change de peau. Les scènes entre Grondin et Ellen Barkin, qui incarne sa mère, sont d’anthologie tant elles nous frappent par leur intensité crue.

Jean-Paul Salomé est un cinéaste au premier abord assez éclectique, capable de signer des films historiques à gros budget autant que des œuvres apparemment moins ambitieuses. Le Caméléon apparaît ainsi plus modeste que Belphégor ou Arsène Lupin. Mais c’est sans doute le film qui lui tient le plus à cœur. Il se situe au point de rencontre de plusieurs axes créatifs. Le film se déroule en grande partie aux Etats-Unis, comme Restons groupés. Et son histoire est née d’un fait divers, comme Les Braqueuses. Il s’enroule qui plus est autour d’une énigme policière, ce dont l’auteur de Je fais le mort est friand.

Mais de façon plus fondamentale c’est l’appétence du cinéaste pour les masques, la clandestinité, les changements d'identité qui apparaît. Belphégor, Arsène Lupin, Les Femmes de l’ombre ont en commun et dans des contextes on ne peut plus différents de jongler avec les identités et de poser en permanence la question du mensonge. Question fondamentale qui est également au cœur de Je fais le mort, où un comédien est embauché pour prendre la place d’une victime pour les besoins de la reconstitution d’un meurtre. Au jeu des apparences, on ne pouvait pas rêver mieux.

Mais au-delà du portrait que propose le film, Le Caméléon est aussi une fresque intimiste qui nous laisse entrevoir une Amérique que le cinéma n’explore que rarement, celle des laissés pour compte qui n’ont pas trouvé leur place dans un monde décidément trop dur. Il capte parfaitement cet univers de quartiers pauvres où l’échec affectif, relationnel, familial de ceux qui y vivent sont à l’unisson de leur désarroi économique et social. Le film de Jean-Paul Salomé aurait pu donner lieu à une comédie douce-amère où les talents de transformiste du personnage central auraient débouché sur du pittoresque. Le cinéaste a choisi l’inverse, ne multipliant surtout pas ses zigzags existentiels pour mieux imprimer le blues profond d’un personnage paumé, cherchant un peu de réconfort au milieu de ceux qui n’ont au fond pas plus de raisons d’espérer.
 
le contexte
A voir également
Affiche du film FLIGHT
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film X-MEN 2
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LA NUIT DE VARENNES
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film TITANIC
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film SKYSCRAPER

à partir de

4.99
 
Affiche du film L ÉCOLE EST FINIE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film EVERYBODY KNOWS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DOGMAN

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AU POSTE!

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TULLY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés