Bande Annonce de LE MEPRISDécouvrez la bande Annonce de LE MEPRIS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1252/fond/1252_w_500.jpg
Jean-Luc Godard
Brigitte BardotFritz LangMichel PiccoliGiorgia MollJack PalanceJean-Luc GodardLinda Veras

LE MEPRIS

99 mn

Note de SensCritique :

6.9 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jean-Luc Godard.

Casting : Brigitte Bardot, Fritz Lang, Michel Piccoli, Giorgia Moll, Jack Palance, Jean-Luc Godard. Linda Veras

Synopsis : L'histoire d'un film qui se fait et d'un couple qui se défait : Paul Javal, scénariste, et sa jeune femme Camille semblent former un couple uni. Mais un incident apparemment anodin avec un producteur va conduire la jeune femme à mépriser profondément son mari...

Scénario : Jean-Luc Godard.
Musique : Geroges Delerue.
Pays : France | Italie
Tags : Drame, Autour de Thierry Klifa , Meilleurs films de l'histoire selon Télérama, Films plan-séquence, Baignoires, Au lit, Mare nostrum, Vieux couples, Tirés de ....

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Sixième long métrage de Jean-Luc Godard, LE Mépris fait presque figure de superproduction dans la carrière du réalisateur emblématique de la Nouvelle Vague. Convaincu qu’il faut filmer sans cesse pour progresser dans son travail, Godard met en route Le Mépris immédiatement après Les Carabiniers, promettant à ses producteurs un film plus commercial que ses précédents essais, fort d’un budget beaucoup plus confortable : 500 millions de francs, soit dix fois plus que pour A Bout de souffle.

Inspiré par un roman d’Alberto Moravia, le film raconte - citons le pitch le plus célèbre du cinéma français - la double histoire d’un film qui se fait et d’un couple qui se défait. Sur le tournage d’une adaptation de l’Odyssée, un cinéaste affronte une caricature de producteur américain sans âme, sous les yeux de Camille, qui se met à mépriser son scénariste de mari en le voyant courber l’échine devant la puissance du dollar américain. Véritable événement pour tout cinéphile qui se respecte, le rôle du réalisateur artiste est tenu par Fritz Lang, cinéaste emblématique de l’expressionnisme allemand, plusieurs fois défendu par Jean-Luc Godard à l’époque où il était critique aux Cahiers du Cinéma. Fritz Lang n’était quasiment jamais apparu à l’écran: il accepte la proposition de Godard, qui n’envisageait pour le remplacer en cas de refus que Carl Theodor Dreyer ou Eric Von Stroheim. Dans le rôle ingrat du producteur qui brandit son carnet de chèques dès qu’il entend le mot culture, on retrouve Jack Palance, qui s’impose à l’époque comme le méchant de service du cinéma américain. Très peu soutenu par Jean-Luc Godard, qui semble prolonger hors plateau le mépris dévolu à ce personnage de capitaliste imbécile, le comédien ne cachera pas son mécontentement à l’issue du tournage.

Pour le couple phare du film, Godard envisage dans un premier temps Frank Sinatra et Kim Novak, auxquels ses producteurs préfèrent Marcello Mastroianni et Sophia Loren. Des choix qui s’expliquent en partie par la coproduction internationale du film, réunissant l’Italien Carlo Ponti et le Français Geoorges Beauregard, tous deux connus pour leur soutien à la Nouvelle Vague, et l’Américain Joseph E. Levine, futur producteur du Lauréat. Mettant tout le monde d’accord, Godard convainc finalement Brigitte Bardot et Michel Piccoli de se prêter au jeu de l’amour finissant, offrant au cinéma français l’une de ses scènes les plus inoubliables... Régalez-vous ! 

Tourné en 149 plans et interdit aux moins de dix-huit ans à sa sortie, Le Mépris réunit 235 000 spectateurs en France : un joli score pour Jean-Luc Godard, mais une contre-performance pour Brigitte Bardot, à l’époque immense star révélée par Vadim dans Et dieu créa la femme, et sex-symbol harcelé par les paparazzi sur le tournage du film à Capri. Habituée à des rôles plus légers, Brigitte Bardot a d’ailleurs hésité à accepter la proposition de Godard, connu pour son austérité et son agressivité sur un plateau.

Selon son chef opérateur, Raoul Coutard – collaborateur emblématique de la Nouvelle Vague - la mauvaise humeur de Godard était même particulièrement prononcée sur le tournage du Mépris, qu’il considérait comme un film de commande, et pour lequel il avait été obligé d’écrire un vrai scénario : en règle générale, le cinéaste se contentait d’une demi-page de synopsis indiquant ce qu’il avait l’intention de raconter. Il ne fait d’ailleurs aucun doute que Godard a écrit le personnage de Palance en s’inspirant de son propre producteur américain, Joseph E. Levine, qui avait exigé que le film s’ouvre sur une scène de nu : pas question de s’offrir Brigitte Bardot sans montrer ses fesses ! Dans ces conditions, on peut imaginer comme un pied de nez l’utilisation par Godard de filtres de couleur rouge, blanc, et bleu pour une scène finalement peu érotique : un vrai manifestes artistique face aux méprisables exigences de producteurs âpres au gain. Autre extrême originalité du film : son générique, qui égrène le nom de ses interprètes, ceux de l'équipe technique, mais aussi  des entreprises qui ont prêté du matériel au cinéaste. Le tout s’achève par une citation que Godard attribue au critique Andre Bazin: « Le cinéma substitue à notre regard un monde qui s'accorde à nos désirs. Le Mépris est l'histoire de ce monde », sublimée par la musique de Georges Delerue.

Bourré de références cinématographiques – entre autres au Voyage en Italie de Rossellini ou à Un américain bien tranquille de Mankiewicz – Le Mépris peut aussi se voir comme l’un des films les plus autobiographiques de Godard. Le personnage incarné par Michel Piccoli a souvent été perçu comme un double du réalisateur, à l’époque en pleine crise avec sa compagne Anna Karina, et Le Mépris s’achève sur un vrai fantasme de cinéaste : le départ du producteur castrateur, qui laisse place à l’acte de création cinématographique. On pourrait poursuivre pendant des heures l’interprétation du Mépris, mille fois copié, caricaturé ou célébré : un film d’une rare richesse, qui doit sa célébrité à la séquence de nu la plus cérébrale que le cinéma nous ait donnée, mais qui s’impose surtout comme la brillante réflexion d’un cinéaste sur son art. 

Beaucoup de gens détestent Le mépris parce que — disent-ils — c'est du cinéma d'intello qui ne se sent plus pisser depuis qu'il a lu deux nouvelles de Kafka, organisé sa première exposition de peinture sur vitre à la gouache bio, et investi dans les oeuvres complètes ...

Lire la suite
10
Hobbes

Je m'épris. De Godard

Finalement, en quoi « Le mépris» est-il foncièrement mémorable ? Les (très belles) fesses de Brigitte ? Le (sans doute très bon) roman de Moravia ? Une villa (proprement hallucinante) à Capri ? Une musique lancinante reprise en boucle inexorablement ? Un peu de tout ça ...

Lire la suite
7
guyness

vrai

Les mots empruntés à André Bazin, aux premières secondes, font autorité. L'auteur qui nous parle crée immédiatement la toute-puissance : un monde au-delà du film, distendu dans le temps comme dans l'espace. Si l'on dit que les âmes nouvelles de Godard tendent à en faire ...

Lire la suite
10
Max0
A voir également
Affiche du film LE SUCRE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA PROPHÉTIE DES GRENOUILLES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film ADIEU AU LANGAGE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SHINING

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés