GARDE À VUE

Bientôt disponible
Pour le scénario sobre et tragique, pour ses 4 césars, pour la mélancolie des acteurs
Policier / Suspense - 1981 - France - 84 MIN - Tous publics
A Cherbourg, un soir de réveillon, un notaire honorablement connu est entendu par la police après qu'on a découvert le corps d'une fillette violée et assassinée. L'homme connaissait l'enfant et entretiendrait une étrange relation avec les petites filles. Bientôt sa propre femme vient témoigner contre lui... Les policiers le mettent en garde à vue, de plus en plus convaincu qu'il est...
7.8 / 10
7.8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

En 1981 un cinéaste français prometteur est promu dans la catégorie supérieure. C’est Claude Miller (39 ans) qui avec Garde à vue se voit confier les clés d’une rolls du cinéma français. Devant sa caméra : trois monstres sacrés Romy Schneider, Lino Ventura et Michel Serrault. Au script Michel Audiard et Jean Herman. A l’époque c’est ce qui se fait de mieux.

C’est un film d’interrogatoire, mais c’est bien plus que ça. Une étude de mœurs quasi simenonienne d’abord, même si l’œuvre est inspirée d’un livre anglais. C’est aussi une méditation quasi philosophique sur le désamour, le soupçon et la culpabilité. Dostoïevski n’est pas loin et Michel Serrault grandiose en a toute la beauté morbide. Voici donc Cherbourg, un sinistre soir de réveillon, du côté du poste de police.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver QUAI DES ORFÈVRES DE HENRI-GEORGES CLOUZOT (1947) ou encore LE FAUX COUPABLE D'ALFRED HITCHCOCK (1956) .

Réalisé par