MAX ET LES FERRAILLEURS

À partir de 2.99 €
Le film préféré de Claude Sautet, le plus secret également, même si ce le récit de ce flic pervers qui manipule une prostituée pour parvenir à ses fins, prend aussi des allures de polar.
Policier / Suspense - 1971 - France|Italie - 107 MIN - VF - Tous publics

Max est un ancien juge devenu policier. Il est obsédé par l’idée de réussir un flagrant délit de telle sorte que les coupables n’échappent pas à la justice. Lorsqu’il retrouve Abel, un camarade de régiment devenu truand, Max comprend qu’il peut parvenir à ses fins. Il se lie avec Lily, une prostituée qui vit avec Abel, se faisant passer pour un banquier, disant qu’il dirige un établissement en espérant que la bande d’Abel le braque.

Réalisé par

7.3 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Michel Boujut
Michel Boujut
ACTEUR

C’était le film préféré de Claude Sautet. Max et les ferrailleurs, 1971, d’après un roman de Claude Néron, est beaucoup plus qu’un polar ordinaire. C’est l’histoire d’une odieuse manipulation policière, celle qu’organise Max, flic pervers qui a l’obsession du flagrant délit. Et n’hésite pas pour ce faire à transformer une petite bande de ferrailleurs de Nanterre en braqueurs de banques. Il utilise Lily la prostituée, maîtresse d’Abel, le chef de la bande, pour les faire tomber dans son piège.

Dans les deux principaux rôles, Sautet retrouvait avec bonheur ses interprètes des Choses de la vie, Romy Schneider et Michel Piccoli.
Max et les ferrailleurs est un immense film, une épure impitoyable où tout passe par le comportement des personnages qu’un engrenage fatal perdra irrémédiablement. Tout y est criant de vérité.

"Entre Romy et Michel, disait Claude Sautet, il y avait une entente comme je n’en ai jamais rencontrée, un rapport tendre et merveilleux. Quand j’étais absorbé par exemple un détail technique, je les entendais dans mon dos se foutaient de moi. Ils étaient comme frère et sœur."

Le contexte

Claude Sautet

UNE ÉTRANGE AFFAIRE

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS