RUBBER

Bientôt disponible
Fantastique / Horreur - 2010 - France - 84 MIN - Tous publics

Dans le désert américain, un pneu fait exploser la tête des gens qu’il rencontre et sème les cadavres sur son passage. Une jeune conductrice semble faire naître chez lui des sentiments amoureux, car il l’épargne à plusieurs reprises. Les forces de police sont dubitatives. Au loin, des spectateurs munis de jumelles assistent au «film» et commentent l’action (ou son absence). Décimés par un repas empoisonné, ils meurent tous sauf un. A cause de ce «dernier spectateur», le film doit continuer. Les policiers reprennent leur traque et tendent un piège au serial killer, aidés par la jolie conductrice.

Réalisé par

6.7 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Isabelle Danel
Isabelle Danel
CHRONIQUEUR

«No Reason»/«Pas de raison» : c’est sous cette égide que se place d’entrée Rubber, comme l’explique dès la scène d’ouverture le shérif qui, face caméra, pointe dans un certain nombre de films - qui vont de E.T. de Steven Spielberg au Pianiste de Roman Polanski en passant par Love Story d’Arthur Hiller - des faits inexplicables. C’est donc par la volonté pure du scénariste et réalisateur que nous suivons ici le périple d’un pneu serial killer dans le désert californien. Pourquoi un pneu ? Et pourquoi pas ? Après les hommes, les mutants, les extra-terrestres, les morts vivants, les chien et les fourmis il y a bien eu les tomates !

Car John Bello en 1978 réalisa L’Attaque des tomates tueuses, suivi dix ans plus tard du Retour des tomates tueuses avec le débutant George Clooney, puis des Tomates tueuses contre attaquent et même d’un quatrième opus inédit chez nous : Killer Tomatoes eat France. Dupieux ajoute des spectateurs qui assistent au film à quelques mètres de l’endroit où se situe l’action et qu’ils regardent avec des jumelles. Pourquoi des jumelles ? No reason ! Ce film qui s’apparente à la tradition de la série B, voire la série Z, mais en plus soigné, est bourré de références au genre que les cinéphiles ne manqueront pas de remarquer. Il les détourne et pousse le postulat jusqu’au bout, un peu trop loin peut-être car au delà de l’effet de surprise des premières images, et de quelques effets amusants, le voyage du pneu (nommé Robert au générique) finit par tourner... en rond !

Musicien dans le courant électro de la «french touch» sous le nom de Mr Oizo, Quentin Dupieux signe également la bande son de ce deuxième long métrage présenté à la Semaine de la Critique en 2010. Il avait précédemment réalisé un court, Nonfilm, et un premier long, avec Eric Judor et Ramzy Beda, Steak

Le contexte

Comme Robert, le pneu tout ce qu'il y a de plus ordinaires, Henry est en apparence un homme comme les autres... Mais en fait pas du tout!

Quentin Dupieux

Les objets inanimés ont ici, comme, dans Réalité, une âme... meurtrière!

A MA SOEUR ! DE CATHERINE BREILLAT (2001)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS