Bande Annonce de LES HUIT SALOPARDSDécouvrez la bande Annonce de LES HUIT SALOPARDS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/9225/fond/9225_w_500.jpg
Quentin Tarantino
Jennifer Jason LeighKurt RussellSamuel L JacksonTim RothWalton GogginsBruce DernChanning TatumDana GourrierDemián BichirJames ParksMichael MadsenZoë Bell

LES HUIT SALOPARDS

167 mn

Note de SensCritique :

7.4 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Quentin Tarantino.

Casting : Jennifer Jason Leigh, Kurt Russell, Samuel L Jackson, Tim Roth, Walton Goggins, Bruce Dern, Channing Tatum, Dana Gourrier, Demián Bichir, James Parks, Michael Madsen. Zoë Bell

Synopsis : Peu après la guerre de Sécession, dans les montagnes enneigées du Wyoming, le chasseur de primes John Ruth voyage en diligence avec sa captive, Daisy Domergue, une criminelle condamnée à être pendue à Red Rock. En chemin, ils embarquent Major Marquis Warren, un autre chasseur de primes, ainsi que Chris Mannix, le futur shérif de Red Rock. Pour échapper à la tempête, ils s'arrêtent dans l'auberge de Minnie, où les attendent quatre personnages patibulaires. Très vite, il s'avère que la plupart d'entre eux ne sont pas qui ils prétendent être. La méfiance règne et la tension monte. 

Scénario : Quentin Tarantino.
Musique : Ennio Morricone.
Pays : Etats-Unis
Tags : Guerre / Western, Aventure / Action, Empire awards, Los Angeles film critics assocation awards, Vancouver film critics circle, AACTA International Awards, Village Voice Film Poll, Western crépusculaire, Chasseurs de prime.

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Comme son titre le souligne, les Huit salopards est le huitième film de Quentin Tarantino, et on serait tenté de le qualifier de film-somme, dans la mesure où il convoque des ingrédients familiers: mélange de genres (ici, western et de film d'horreur), priorité aux scènes dialoguées, direction d'acteurs virtuose, mariage idéal de la musique et de l'image. Pourtant, Tarantino franchit un palier en se surpassant dans l'absurde et dans la noirceur. 

L'action rassemble dans le huis clos d'une auberge huit personnages qui ont toutes les raisons de se méfier les uns des autres. Hommes de loi contre hors-la-loi, Blancs contre Noirs, hommes contre femmes, anciens confédérés contre anciens nordistes. Tout le monde ment, et la rhétorique trompeuse sert soit à dissimuler, soit à révéler la vérité en poussant les uns et les autres à se dévoiler.

Comme d'habitude, les acteurs sont particulièrement mis en valeur, mais derrière la virtuosité, ils contribuent à dresser un tableau extrêmement sombre de l'histoire américaine, en montrant qu'elle s'est écrite dans le mensonge et dans le sang.

Pas besoin de chercher très loin pour situer les influences de Tarantino pour son huitième long métrage. La plus évidente est The thing de John Carpenter. Dans l'un et l'autre film, Kurt Russell sent que quelqu'un n'est pas qui il prétend être, et il entend bien le démasquer. L'enquête prendra des détours complexes et imprévisibles, selon une narration très tarantinienne, qui consiste parfois à répéter les mêmes scènes pour leur donner différentes significations.  Cet aspect du récit s'est imposé un peu par hasard. A l'issue d'une indiscrétion, une première version du scénario avait fuité sur internet, et le cinéaste a juré qu'il ne ferait pas le film. Quelque temps plus tard, il a organisé une lecture du script avec des acteurs qui sont sortis emballés au point de convaincre Tarantino de poursuivre son projet.  Il s'est donc remis à l'ouvrage et a écrit plusieurs versions successives, chacune selon le point de vue d'un personnage différent. C'est ce qui, dans la version finale du script, donne cette impression de répétition, lorsqu’un même fait est raconté différemment, selon un procédé inventé par Kurosawa dans Rashomon.

Pour ce huitième film,  Tarantino a obtenu des moyens à la hauteur de ses ambitions: il s'est enfin assuré la collaboration d'Ennio Morricone, qui lui a composé une partition à dominante de cordes, et à la tonalité beaucoup plus proche du thriller horrifique que du western. Le résultat a été unanimement salué par une pluie de récompenses, dont l'oscar de la meilleure BO.

Tarantino s'est aussi payé le luxe de tourner en 70mm au format ultra panavision, un ratio exceptionnellement large, mais qui assure un tel confort de vision qu'il donne l'impression d'avoir toujours été la norme. Le directeur de la photo Robert Richardson l'utilise magistralement, non seulement en extérieurs pour mettre en valeur de vastes paysages, mais aussi en intérieur pour définir l'espace avec précision et scruter les personnages en gros plans. C'est le onzième film américain à utiliser ce procédé le dernier en date étant Khartoum réalisé en 1966,  soit cinquante ans plus tôt.  Rien qu'aux Etats Unis, le distributeur a dépensé une dizaine de millions de dollars pour équiper une centaine de salles, et former des projectionnistes capables d'assurer les projections en 70 mm.

8 hommes en polaires

On pourrait gloser des heures sur chaque nouvel opus de Tarantino, attendu comme le messie par les uns, avec les crocs par les autres. On pourrait aussi simplement dire qu’il fait des bons films, et qu’en cinéphage ayant vibré toute sa vie durant devant un écran, il tente ...

Lire la suite
7
Sergent Pepper

Peckinpah Hardcore

Le film va diviser... Encore plus que d'habitude pour du Tarantino, mais sur le plan moral essentiellement, là où les précédents Tarantino décevaient également sur la forme, avec des films bordéliques pas toujours très maîtrisés, et peut-être un peu en roues libres. ...

Lire la suite
8
KingRabbit

Classe de neige

Il n'est finalement pas étonnant que Tarantino ait demandé aux salles qui souhaitent diffuser son dernier film en avant-première des conditions que ses détracteurs pourraient considérer comme gadgets, ou accessoires, propres aux délires parfois un peu vain de son réalisateur: ...

Lire la suite
9
guyness
 
le contexte
A voir également
Affiche du film PULP FICTION

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MOTHER AND CHILD

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Inglourious Basterds

à partir de

2.99
 
Affiche du film THE DARK VALLEY

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film LES GARDIENNES

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THELMA

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA PROMESSE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SANTA & CIE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L HÉRITIER (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film PADDINGTON 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés