Bande Annonce de THE HOUSE THAT JACK BUILTDécouvrez la bande Annonce de THE HOUSE THAT JACK BUILT sur FilmoTVhttp://
Lars Von Trier
Bruno GanzMatt DillonSiobhan Fallon HoganSofie GrabolUma ThurmanChristian ArnoldCohen DayDavid BailieEd SpeleersJeremy DaviesRiley KeoughGlenn GouldJean-Marc BarrUdo Kier

THE HOUSE THAT JACK BUILT

146 mn

Note de SensCritique :

7.1 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Lars Von Trier.

Casting : Bruno Ganz, Matt Dillon, Siobhan Fallon Hogan, Sofie Grabol, Uma Thurman, Christian Arnold, Cohen Day, David Bailie, Ed Speleers, Jeremy Davies, Riley Keough, Glenn Gould, Jean-Marc Barr. Udo Kier

Synopsis : Jack revendique une soixantaine de meurtres. Cet assassin méthodique revient sur le sort qu'il a réservé à cinq femmes. Jack est fou, atteint de TOC et narcissique. Seuls les meurtres lui permettent de se soulager. Jack se prend pour un artiste, ce que conteste Verge, à qui il se confie...

Scénario : Lars Von Trier.
Musique : Divers.
Pays : Danemark|France
Tags : Fantastique / Horreur, Descentes aux enfers, Humour noir, Artistes contemporains, Tueur en série, Serial killer.

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Lars Von Trier est-il vraiment un provocateur ? Et si derrière les outrances de ses films se cachait un réalisateur particulièrement mal à l’aise avec le monde ?  Plus encore que les autres, The house that Jack built confirme l’idée d’un autoportrait d’artiste, totalement désemparé face à ses névroses.

Depuis Breaking the waves, quoiqu’on puisse se demander si ce n’est pas le cas depuis son premier long métrage, Element of crime, Von Trier ne cesse d’explorer les chemins de croix de personnages torturés. Le tueur en série de The house that Jack built fait encore moins exception à cette règle mais retourne ce principe quand le récit de son parcours meurtrier à un mystérieux confesseur laisse peu à peu apparaître les questionnements personnels du réalisateur plus marqué qu’on le pensait par la fameuse conférence de presse cannoise de Melancholia en 2011, et son aussi grinçante que malheureuse sortie sur sa compréhension du nazisme.

Pour aussi perturbant qu’il soit dans sa crudité, The house that Jack built a pourtant tout du mea culpa d’un Von Trier interrogeant le bien-fondé de son travail comme de ses valeurs. Et s’il ne demande sans doute pas, égocentrisme oblige, qu’on le pardonne, cette éprouvante odyssée dans l’esprit malade d’un tueur en série, s’avère moins dérangeante que la mise à nu de son auteur, l’auto-introspection de d’un Von Trier prisonnier de son enfer personnel étant à l’arrivée bien plus sombre que la balade sanglante qu’elle propose.

Il y a plusieurs origines à The house that Jack built. Dans un premier temps, Lars Von Trier annonçait en 2014 se lancer dans une mini-série télé de huit épisodes pour faire un nouvel état des lieux d’un monde gangréné par le Mal après L’hôpital et ses fantômes. Le projet se trouva impacté au gré de son écriture, par la montée en puissance de mouvements nationalistes en Europe et celle vers le pouvoir suprême de Donald Trump en Amérique. Von Trier y voyant la confirmation d’une ère des plus sombres, allant jusqu’à la qualifier dans la presse anglaise de celle du remplacement de l’homo sapiens par l’homo trumpus.

Difficile pour autant de ne pas voir aussi dans The house that Jack built, une sorte de bilan d’étape de la carrière de Von Trier, prolongeant celui qui s’esquissait déjà dans le dyptique des Nymphomaniac lorsqu’en plus de faire du personnage de Jack un tueur qui voit ses crimes comme une forme d’art, une œuvre en construction, le film inclut dans les discussions entre Virgil et lui, des extraits de la plupart des longs métrages de Von Trier, citant quasiment toute sa filmographie, d’Europa au Volume 2 de Nymphomaniac en passant par Dogville ou Antichrist, quand le titre lui-même n’est pas une référence directe à Element of crime, où son rôle féminin principal apparaissait en chantant des paroles d’une berceuse intitulée elle aussi The house that Jack built.

Von Trier s’écarte pour autant de lui-même avec d’autres clins d’œil dans son film : Jack se voit comme un architecte du meurtre ? Matt Dillon, engagé pour ce rôle n’en était pas si loin dans Mary à tout prix, où son personnage prétendait être un architecte soupçonné d’être un tueur en série. De même pour le comportement de Jack, inspiré par celui de légendaires tueurs : la manière dont il tue une de ses victimes est la même que celle de Jack L’éventreur, tandis qu’il conserve des corps dans un frigo comme Richard Kulinski ou simule une blessure pour piéger une autre proie comme le fit Ted Bundy. The house that Jack built restant sous une influence principale littéraire : l’épilogue du film faisant autant écho direct à une des parties de La divine comédie de Dante, celle consacrée à l’enfer, confirmant que ce film-là n’est pas une apologie du crime mais bel et bien le récit d’une damnation.

Fame ! What you get is no tomorrow !

Je suis Jack, et je tue des gens pour réaliser une œuvre d'art digne de devenir iconique. Je suis Lars, et je fais des films parce que je crois encore à l'Art. Et aux icones, même si je m'embrouille parfois à comprendre Hitler en tant que créateur génial de futures ruines ...

Lire la suite
8
Eric Pokespagne

Antichrist

Alors que la polémique gonflait depuis quelques heures sur la prétendue violence de son film, alimentée par les nombreux claquements de porte lors de la projection officielle au Festival de Cannes 2018, le nouveau bébé de Lars Von Trier est donc enfin arrivé. Comédie dérangeante ...

Lire la suite
9
Velvetman

Wise on dumb foundations

Il y a de très nombreuses mauvaises raisons d’aller voir le dernier film de LVT : pour se rincer l’œil, pour le challenge qu’est censé nous lancer le provocateur aux déclarations et œuvres fracassantes, pour lui régler son compte, pour y trouver une justification fumeuse ...

Lire la suite
8
Sergent Pepper
 
le contexte
A voir également
Affiche du film CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film PETITES CONFIDENCES (À MA PSY)

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film Taking Lives, destins violés

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Touristes !

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film UN HOMME PRESSÉ

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES CHATOUILLES

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES FILLES DU SOLEIL

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES ENQUÊTES DU DÉPARTEMENT V : DOSSIER 64

à partir de

6.99
 
Affiche du film A STAR IS BORN

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film YETI & COMPAGNIE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés