BURN AFTER READING

À partir de 2.99 €
Parce que c’est le 3ème volet de la trilogie des frères Coen avec George Clooney et que c’est le plus réussi, notamment grâce à Brad Pitt en short de lycra moulant affrontant le monde de l’espionnage !
Policier / Suspense - 2008 - France|Etats-Unis d'Amérique - 92 MIN - VF - Tous publics
Osborne Cox, analyste à la CIA, est licencié; Harry Pfarrer est un marshal fédéral assez porté sur le sexe, et amant de la femme d'Osborne ; Linda Litzke et Chad Feldheimer sont employés du club de remise en forme Hardbodies Fitness : ils découvrent un CD appartenant à Osborne et renfermant les premières notes de son autobiographie...

Réalisé par

6.6 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Mathilde Lorit
Mathilde Lorit
CHRONIQUEUR

Treizième film de Joël et Ethan Coen, cette comédie d’espionnage marque un virage à 180° par rapport à leur précédent long métrage, le très noir No Country For Old Men, salué par 4 Oscars, dont celui du Meilleur Film, en 2008. Avec pour sous-titre "l’intelligence est relative", le film clôt une Trilogie des Idiots entamée avec O’Brother et poursuivie avec Intolérable cruauté. Point commun de ces trois films : la présence au générique de George Clooney, playboy absolu en qui les frères Coen ont manifestement trouvé le benêt idéal. Il pousse cette fois la plaisanterie un cran plus loin en incarnant un passionné du sexe qui s’est fabriqué une incroyable machine à plaisir et qui ne se déplace jamais sans son coussin point G, qui, comme son nom l’indique, est censé aider aux positions favorables à la conquête du septième ciel !

Tourné dans la joie et la bonne humeur, ce nouveau film est né du simple désir des frères Coen de se faire plaisir avec leurs acteurs fétiches, auxquels ils ont ajouté quelques nouveaux venus dans leur univers : si Frances McDormand, par ailleurs compagne de Joël Coen, est une habituée de leur cinéma - comment oublier sa prestation loufoque de flic enceinte dans Fargo ! – c’est en revanche la première fois que le duo collabore avec John Malkovich et Brad Pitt, à qui il a été demandé pour l’occasion de "réveiller l’andouille qui sommeillait en eux". Le résultat: une improbable intrigue d’espionnage, mêlant coulisses de la CIA, club de sport, opération de chirurgie esthétique, couple adultère et CD-ROM égaré….

Notons toutefois que l’apparente légèreté du propos n’enlève rien de leur cinéphilie aux frères Coen, qui ont souhaité, via l’affiche du film, rendre un hommage appuyé à Saul Bass, inoubliable graphiste à qui l’on doit entre autres les génériques et les affiches de L'Homme au bras d'or d’Otto Preminger ou Sueurs Froides d’Alfred Hitchcock, devenus des références absolues pour les collectionneurs de goût…

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Ethan Coen

OCEAN'S TWELVE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Pas si éloigné