Bande Annonce de CONVOI DE FEMMESDécouvrez la bande Annonce de CONVOI DE FEMMES sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1323/fond/1323_w_500.jpg
William Wellman
Denise DarcelHope EmersonJohn McintireJulie BishopRobert TaylorBeverly DennisHenry NakamuraLenore LonerganMarilyn ErskineRenata VanniClaire AndrePolly BursonTed Adams

CONVOI DE FEMMES

112 mn

Note de SensCritique :

7.8 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : William Wellman.

Casting : Denise Darcel, Hope Emerson, John Mcintire, Julie Bishop, Robert Taylor, Beverly Dennis, Henry Nakamura, Lenore Lonergan, Marilyn Erskine, Renata Vanni, Claire Andre, Polly Burson. Ted Adams

Synopsis : En 1851, Roy Whitman confie à Buck Wyatt, un convoyeur de bétail, la mission délicate de ramener cent femmes dans la vallée de Californie, où il a fondé son ranch, afin que les cent hommes, qui y travaillent, y fondent un foyer. Les deux hommes partent à Chicago et y recrutent cent cinquante dames : en comptant les pertes, il y en aura ainsi cent à l'arrivée ! Le périple commence, plein d'embûches et d'événements dramatiques...

Scénario : Charles Schnee, Francis Capra.
Musique : Jeff Alexander.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Guerre / Western, Hollywood sans Technicolor, Drame, Films de Western, Héros en équipe, Road movies, Entre femmes, Américains à l'Ouest, Femmes historiques.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Attention cet extraordinaire western de 1951 ne ressemble à rien de connu ! Le genre de prédilection du cinéaste William Wellman était le western, mais ses westerns, en plus de leur souci de réalisme et leurs décors naturels, avaient une autre particularité : ils témoignaient de sa volonté de montrer la contribution essentielle de la femme dans l'histoire des Etats Unis.
Les autres cinéastes encensaient les pionniers, lui, c'était les pionnières ! Dans La ville abandonnée, par exemple, Anne Baxter tenait tête à une bande de hors la loi. Mais le plus bel exemple est bien sûr cet étonnant Convoi de femmes, sans doute l'un des plus beaux westerns jamais réalisés ! L'idée de départ, déjà, est géniale : le si séduisant Robert Taylor convoyant 150 femmes de Chicago vers la Californie ! La scène de la sélection de ces dames pour le grand voyage vaut son pesant d'or ! Tout le film est ensuite une véritable odyssée, avec toutes ces femmes si différentes qui s'affirment et réduisent progressivement en poussière le machisme de leur convoyeur. Le scénario écrit par Frank Capra, qui voulait réaliser le film, mais n'avait pas le temps, est une d'une rare force dramatique et humaine. Ce qui permet à William Wellman de multiplier les grands moments de cinéma : la mort d'un enfant, tué accidentellement par sa propre mère, la descente périlleuse des chariots dans la montagne et une fantastique scène d'accouchement dans le désert. Mais ce ne sont que quelques exemples de tous les moments formidables de ce film qui donne à rire, à pleurer et où Wellman excelle aussi dans la direction d'acteurs et surtout d'actrices !
Robert Taylor, habitué aux rôles de séducteurs, fait un parfait contre-emploi, en mec dur et cynique qui finit par tirer son chapeau à ces sacrés nanas qui n'abandonnent jamais. Parmi la pléiade de rôles féminins, on retiendra la veuve de marin de Boston, incarnée par la géante et truculente Hope Emerson, la tireuse d'élite jouée par Leonore Lonergan ou la prostituée repentie, une vraie femme libre à laquelle Denise Darcel apporte son charme très français. Le plus féministe de tous les westerns avec un happy end bien mérité. 

Qu’y a-t-il de commun entre un pamphlet contre le lynchage, la première version de A star is born, la meilleure adaptation de Jack London à l’écran et un western dont la distribution réunit cent cinquante femmes ? William Wellman, grand cinéaste oublié, réhabilité auprès des cinéphiles par Bertrand Tavernier, proche de John Ford par ses thèmes et de Raoul Walsh par sa manière de filmer sans fioritures. Pendant la guerre de 14-18, où il avait été ambulancier puis pilote dans la fameuse escadrille La Fayette, il fut surnommé Wild Bill (Bill le Sauvage) par ses compagnons et ce surnom lui resta sur les plateaux. En tant que réalisateur, pourtant, il mériterait un tout autre qualificatif : le discret audacieux.
Le plus souvent, en effet, quand un sujet lui tient à cœur et qu’il se démarque par rapport à un genre ou au diktat d’un studio, il le fait avec une ambition réelle mais à peine repérable à l’écran, préférant l’ellipse au spectaculaire. Un critique a écrit à propos de son style très allusif : "les films de Wellman traitent de héros qui sont assis à ne rien faire " ! On peut ainsi trouver statique la mise en scène de L’Etrange Incident, premier western sur le lynchage qu'il réalise en 1943. C’est pourtant ce film au sujet si peu patriote à une époque où il valait mieux l’être qui fit réellement entrer le western dans l’âge adulte. Wellman y reprend des figures imposées – le saloon, la ville venteuse, les bagarres… –, mais ajoute un élément inédit dans le genre : l’antihéros. Un innocent lynché, pendu haut et court parce qu’il est impossible de faire entendre raison à une bande d’abrutis. Très souvent, les protagonistes des films de Wellman n’ont pas gain de cause contre le destin comme Clark Gable, le chasseur d’Au-delà du Missouri en 1951 ou James Cagney qui murmure « Je ne suis pas si costaud »avant de s’écrouler, blessé à mort, dans L’Ennemi public en 1931. Par sa violence sèche et une économie de récit très moderne, ce film de gangsters fut la matrice de beaucoup de films noirs à venir.
Pourtant très conservateur en politique, Wellman était allergique à l’injustice, et ses films sociaux comptent parmi les plus radicaux des années 30. Pas de happy end dans Héros à vendre, où Tom, soldat bafoué devenu employé dans une blanchisserie, prend la défense des ouvriers. A la fin, les victimes de la crise mendient sous la pluie. Auparavant, Wellman aura montré des forces spéciales de police faisant la chasse aux communistes. De mémoire de cinéphile, il est le seul à avoir jamais filmé une telle scène. Cet humaniste, qui, avec Convoi de femmes, a aussi dirigé le western le plus féminin de tous les temps portait bien son nom : Wellman, un homme bien. 

Comme un chien dans un jeu de filles

L’introduction du film n’est pas sans rappeler le sujet –en partie inspiré d’une histoire vraie- du roman de Jim Fergus "1000 femmes blanches". Sauf qu’ici (outre que le film soit bien antérieur au roman) ce n’est pas vers des indiens que doivent être convoyées ...

Lire la suite
7
guyness

Good old Quackenbush !

Il y a des films, de temps en temps, qui vous sortent par grosses claques de votre torpeur et qui vous rappellent pourquoi vous aimez le cinéma. Plusieurs fois déjà, j’ai remercié le grand William Wellman de m’avoir mis les joues rouges. Ce que j’aime par-dessus tout, ...

Lire la suite
9
gallu

L'Amérique, cette terre promise, cette terre de tous les possibles pour les Pilgrim Fathers, les migrants de tous horizons, venus y concrétiser leurs rêves de toujours. Le rêve américain devient un mythe savamment entretenu encore aujourd'hui. Le cinéma n'est sans doute pas ...

Lire la suite
8
Kalopani
A voir également
Affiche du film QUAND LA VILLE DORT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA PERLE NOIRE
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LES FORÇATS DE LA GLOIRE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L ASSASSINAT DE JESSE JAMES PAR LE LÂCHE ROBERT FORD

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés