SCARFACE

À partir de 2.99 €
C'est le film de toutes les démesures, qui s'inscrit dans la mythologie du cinéma
Policier / Suspense - 1984 - Etats-Unis - 170 MIN - VM - HD - interdit aux moins de 12 ans
Un truand cubain, Tony Montana, est libéré des prisons castristes. Il débarque avec son ami Manny en Floride où il se fait embaucher par un truand local, trafiquant de drogue. Mais Tony voit grand, il ne tarde pas à trahir son patron, avant de s'en débarrasser, pour traiter directement avec un baron de la drogue sud-américain. Dès lors sa montée en puissance n'a plus de limite. Il épouse la femme qu'il convoitait et bâtit un empire de la cocaïne, qui semble ne pas avoir de limites. Pourtant le caïd perd peu à peu le sens des réalités, se brouille avec ses alliés, voire avec ses plus fidèles lieutenants, quand il ne les élimine pas... Tant et si bien que son trône vacille quans le baron sud-américain décide de mettre le hola aux dérives de Tony...

Réalisé par

7.6 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR

Pour ceux qui ne parleraient l’anglais qu’avec réticence, Scarface veut dire Visage balafré. C’était le surnom d’Al Capone, qui régna en maître sur la pègre de Chicago dans les années 20, à l’époque de la Prohibition. En 1932, alors qu’il était encore au faite de sa puissance, Howard Hawks lui avait consacré un très grand  film, qui n’a pas pris une ride : Scarface. Le film de Brian de Palma est donc un remake. A noter que le cinéaste s’intéressera lui aussi peu après à Capone, en en faisant l’un des personnages centraux de son film Les Incorruptibles.

Mais le Scarface de De Palma est infidèle, transposant l’action de Chicago à Miami et remplaçant l’alcool par la cocaïne. C’est le producteur Martin Bregman qui en a eu l’idée. Il a demandé à Oliver Stone, qui n’avait alors pas encore fait ses preuves derrière la caméra, d’écrire le scénario, et à Al Pacino d’être le personnage central. C’est Sidney Lumet qui devait mettre en scène. Il s’était très bien entendu avec Pacino sur le tournage de Serpico puis d’Un après-midi de chien. Mais jugeant le scénario trop peu politique, il a préféré décliner l’offre, laissant la place à Brian de Palma.

Finalement, personne ne s’en plaint, le film ayant depuis lors des milliers de fans inconditionnels à travers le monde. Il faut dire que De Palma a choisi de faire un film à la mesure de la démesure de son personnage. Baroque, outré, violent, Scarface pratique cette mise en scène à l’estomac qui fascine les uns et révulse les autres…

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Al Pacino

C'est le remake puissance dix d'un premier film qui eut son heure de gloire

Brian de Palma

C'est la même irrésistible ascension et la même chute d'un caïd de la pègre

SERPICO

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS

Pas si éloigné