I FEEL GOOD

À partir de 9.99 €
Comédie - 2018 - France - 103 MIN - VF - HD - Tous publics
Monique, qui dirige une communauté Emmaüs, a le coeur sur la main et le sens du partage. Tout l'opposé de son frère Jacques, qui veut faire fortune mais enchaîne les échecs. Après une énième déconvenue, sans un sou, en peignoir et après être parti sans payer d'un hôtel, Jacques retrouve Monique...
6 / 10
6 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Alex Masson
Alex Masson
CHRONIQUEUR

De film en film, Gustave Kervern et Benoit Délépine construisent un cinéma militant assez unique. Des comédies de plus en plus tendres pour soulager les déclassés de la violence et l’absurdité du système capitaliste. I feel good se concentre particulièrement sur l’élément humain. Là où les films précédents, d’Aaltra au Grand soir, vociféraient contre le monde de l’entreprise, celui-ci l’évince pour prôner les valeurs du collectif.

En l’occurrence celui d’une communauté Emmaüs où débarque Jacques, le frère de la directrice du lieu. Totalement accro au fantasme de richesse que promet le modèle de la start-up nation, il est probablement encore plus fragile que les habitants du lieu, acquis aux vertus de la décroissance.

Derrière la comédie de situation, Kervern et Délépine, filment à la fois une sorte de convalescence pour ce charlatan prêt à tout au nom de son obsession par la réussite matérielle comme la tentation d’une rechute pour ceux qui ont décidé de compter sur les autres plutôt que leur argent. Que le duo de réalisateurs ait choisi de tourner I feel good dans un lieu dédié au recyclage des objets comme à la réparation des accidentés économiques de la vie est suffisamment éloquent pour deviner de quel côté de la balance ils penchent.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver LA STRATÉGIE DE L'ÉCHEC (Une autre comédie écharpant les valeurs du capitalisme) ou encore LES CHIFFONNIERS D'EMMAÜS (En 1955, le cinéma racontait déjà le combat d'Emmaüs).

Même réal

Même casting

Pas si éloigné