LES NOUVEAUX SAUVAGES

À partir de 2.99 €
Comédie - 2015 - Argentine - 117 MIN - VM - HD - interdit aux moins de 10 ans
Dans l'Argentine d'aujourd'hui, des hommes et de femmes s'entredéchirent autour de situations de la vie quotidienne dans lesquelles la voiture et la place qu'elle prend, tend à rendre les gens très, très nerveux...

Réalisé par

7.3 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Carlos Gómez
Carlos Gómez
CHRONIQUEUR

En 2014 à Cannes, un jeune cinéaste argen­tin avait secoué la compé­ti­tion avec la comé­die acide que vous vous apprêtez à découvrir. Sous la forme du « film à sketches », une véritable surprise auquel le grand public a réservé un accueil chaleureux en salle avec plus de 600 000 spectateurs au rendez-vous.

Lors de la projection cannoise l’ambiance avait été telle qu’on se serait cru dans un cinéma de quar­tier. Une session ryth­mée par d’énormes éclats de rire. Et des applau­dis­se­ments. Et de nouveau des rires. Quelque chose d’inouï, d’exceptionnel dans le festival le plus exigeant du monde. Rela­tos salvages est une comé­die à sketches, comme les Italiens en faisaient dans les années 60. Mais une comé­die plus proche, croyez-le, d’An­ton Tchekhov que de Dany Boon, sans que cela soit pris pour une pique envers le Ch’ti numéro 1.

Le rire que provoquent ces tranches de vie argentine, naît de la féro­cité dont fait preuve le réali­sa­teur vis-à-vis de ses congé­nères. Chez Damian Szifron, 38 ans, on finit par s’en­tre­tuer pour avoir refusé de se lais­ser doubler en voiture. On fait explo­ser son mariage, le jour de la noce. On rackette un bour­geois dont le fils a renversé une passante. Une sorte de remake non avoué d’Affreux, sales et méchants à tona­lité argen­tine. A vous d’en juger.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Encore un film argentin avec Ricardo Darin !

Damián Szifrón

Le maître étalon du film à sketches, auquel Les nouveaux sauvages fait penser par sa dimension de satire sociale.

DANS SES YEUX

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS