Bande Annonce de LA PRINCESSE DE MONTPENSIERDécouvrez la bande Annonce de LA PRINCESSE DE MONTPENSIER sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2332/fond/2332_w_500.jpg
Bertrand Tavernier
Gaspard UllielGrégoire Leprince-RinguetLambert WilsonMélanie ThierryRaphaël PersonnazAlain SachsAnatole de BodinatCésar DomboyCharles PetitChristine BrücherEric RuillatEvelina MeghnagiFlorence ThomassinJean-Paul DuboisJean-Yves RoanJoséphine de La BaumeJudith ChemlaMichel VuilermozNathalie KrebsPhilippe MagnanSamuel TheisDeborah GrallFrancis CamelFrédéric BourboulonFrédéric LaforetJean-Claude CalonMathieu LourdelOlivier LoustauRomain VergnaudTomasz BialkowskiYann Vaille

LA PRINCESSE DE MONTPENSIER

97 mn

Note de SensCritique :

5.7 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Bertrand Tavernier.

Casting : Gaspard Ulliel, Grégoire Leprince-Ringuet, Lambert Wilson, Mélanie Thierry, Raphaël Personnaz, Alain Sachs, Anatole de Bodinat, César Domboy, Charles Petit, Christine Brücher, Eric Ruillat, Evelina Meghnagi, Florence Thomassin, Jean-Paul Dubois, Jean-Yves Roan, Joséphine de La Baume, Judith Chemla, Michel Vuilermoz, Nathalie Krebs. Philippe Magnan

Synopsis : En cette année 1562, la France, gouvernée par Charles IX, est la proie des guerres de religions. La belle Marie de Mézières, éprise du duc de Guise auquel elle est liée depuis l’enfance, est contrainte d’épouser le prince de Montpensier. Celui-ci la conduit en son château et, parti combattre sous la bannière du roi, la  confie au comte de Chabannes dont il fait son précepteur.

Scénario : Bertrand Tavernier, François-Olivier Roussea, Jean Cosmos.
Musique : Philippe Sarde.
Pays : Allemagne | France
Tags : Drame, Histoires dans l'histoire, Adultère... mode d'emploi, Les aristos, Votre altesse, Des histoires de France, Femmes de France, Festival du film de Cabourg.

Film pas encore disponible

La littérature de Madame de Lafayette, obsolète, ennuyeuse, dépourvue d’intérêt ? C’est ce que d’aucuns, lors de déclarations publiques, ont cru bon, naguère, de laisser entendre. Et c’est ce que le cinéma, de manière éclatante, dément vigoureusement. C’est, en 2008, La Belle personne, adaptation très contemporaine de La Princesse de Clèves par Christophe Honoré. C’est, en 2010, La Princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier, adaptation en costumes mais non sans modernité, d’une nouvelle de Madame de La Fayette écrite en 1662.

Portrait d’une jeune femme qui contrarie son amour pour le duc de Guise en consentant à épouser l’homme que lui ont imposé ses parents, La Princesse de Montpensier a pour cadre la France tourmentée du XVI ème siècle en proie aux guerres de religions. Ce qui a poussé Tavernier à s’immerger dans cette histoire et dans cette période tient en deux raisons essentielles. Après Dans la brume électrique, film noir, d’après James Lee Burke, qui l’avait emmené à la Nouvelle-Orléans, il a, dit-il, « éprouvé le besoin viscéral de (se) plonger dans un film profondément français et raconter une histoire d’amour ample et lyrique ». « Je voulais aussi, dit-il encore,  absorber, m’approprier le XVIème siècle, entrer de plain-pied dans cette époque, comme je l’avais fait avec la Louisiane de James Lee Burke ».

Sa seconde raison tient en un mot : la jeunesse. Celle d’acteurs avec lesquels il n’avait jamais travaillé et auxquels il souhaitait confronter son cinéma. Ils se nomment Mélanie Thierry, Gaspard Ulliel, Grégoire Leprince-Ringuet et Raphaël Personnaz. Ils l’ont emmené, dit-il, « d’éblouissement en éblouissement ».

Le film d’époque n’a jamais fait peur à Bertrand Tavernier. Que la fête commence, son deuxième film, en 1974, se situait en France sous la Régence. La Passion Béatrice (1987) se déroulait au XIVème siècle, Le Juge et l’assassin, à la fin du XIXème siècle et La Fille de d’Artagnan, en 1654.

Capitaine Conan (1996) évoquait les séquelles de la guerre de 14-18 comme La vie et rien d’autre (1988) et Laissez-passer (2002), l’Occupation. Mais la reconstitution historique n’est pas l’enjeu essentiel de ces films. Pas plus qu’il ne l’est pour La Princesse de Montpensier. « J’ai voulu être aussi contemporain et naturel dans ce que je racontais que je l’avais été par rapport au monde de mes précédents personnages, explique-t-il. Je ne voulais pas reconstituer une époque, mais capter son âme ». S’il conserve l’écrin historique choisi par Madame de Lafayette qui, elle, écrit au XVIIème siècle, c’est parce qu’il tient à restituer « les racines des sentiments contenus dans la nouvelle. Leur violence, leur nudité ». Jean Cosmos, déjà présent sur les scénarios de La vie et rien d’autre, Capitaine Conan et Laissez-passer, a fait passer la langue de Madame de La Fayette de l’écrit à l’écran. En des dialogues qui, se réjouit le cinéaste, « rendent palpables l’odeur et le vécu de l’époque ».

Les costumes ont été confiés à Caroline de Vivaise, qui avait œuvré sur Le Temps retrouvé, de Raoul Ruiz et Gabrielle, de Patrice Chéreau, et a récolté un César pour La Princesse de Montpensier. Guy-Claude François, scénographe qui fut longtemps compagnon en théâtre d’Ariane Mouchkine, au sein du Théâtre du Soleil, signe les décors de ce film dont les extérieurs ont été tournés en Auvergne et dans la Loire. Le château du Plessis-Bourré, à Ecuillé dans le Maine-et-Loire, lieu de la première rencontre entre Guise et Montpensier, aura sans doute éveillé des souvenirs auprès des amoureux des films de Jacques Demy. Ils y auront reconnu le château de Peau d’âne.

Quatre visages de l'amour

Vu en avant-première lors de sa sortie La Princesse de Montpensier adapté de la nouvelle éponyme de Madame de Lafayette: le film, très inspiré, s'attache surtout au portrait de la jeune Marie de Mézières et à sa passion pour son cousin, le sensuel et félin Henri de Guise ...

Lire la suite
8
Aurea

Entre beauté, fidélité, authenticité, longueurs et unique erreur de casting...

J'ai pu lire ça où là, des critiques de spectateurs franchement mauvaises, mais qui peinent à expliquer véritablement pourquoi ils leur semble que le film est mauvais. J'avais donc un peu peur de voir ce film de Bertrand Tavernier, dont un film ne m'avait pas vraiment réjouit ...

Lire la suite
7
Guillaume Rouleau

LA PRINCESSE DE MONTPENSIER de Bertrand Tavernier

Film dense et foisonnant, la caméra toujours en mouvement, et le cadre toujours riche. Bertrand Tavernier met en scène avec une maestria dont il a seul le secret ce drame amoureux dans une France divisée en deux camps. Il est vrai que les 10 premières minutes ne sont pas aisées ...

Lire la suite
8
littlebigxav
A voir également
Affiche du film CATWOMAN

à partir de

1.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DJINNS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LAISSEZ-PASSER

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film MARIE ANTOINETTE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés