LÉON

À partir de 2.99 €
Parce que le film marquait aussi les débuts de Natalie Portman et de Samy Naceri
Policier / Suspense - 1994 - France - 128 MIN - VO - HD - interdit aux moins de 12 ans

Une adolescente new-yorkaise assiste au massacre de sa famille par une bande de flics véreux. Elle frappe à la porte de son voisin pour chercher refuge. Celui-ci est un tueur à gages, qui n’a que faire d’une gamine. Mais celle-ci se montre attachante, elle finit par convaincre le tueur de lui enseigner quelques rudiments de son métier afin qu’elle puisse venger les siens. Ils cherchent un autre refuge de concert. Mais les flics retrouvent leurs traces. Un combat homérique s’engage…

 

Réalisé par

7.6 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR

Léon, c’est d’abord un personnage, un personnage surgi de nulle part, un archétype, trop beau, ou trop laid, pour être vrai. Un jour Luc Besson a aperçu Léon, ou en tous cas quelqu’un qui lui ressemblait, avec ce look improbable. Il attendait sous une porte cochère, avec un grand sac posé à ses pieds. Un type normal n’aurait pas forcément conclu qu’il s’agissait d’un tueur professionnel. Mais Luc Besson n’est pas un type normal, c’est un cinéaste. Son imagination a fait le reste. Il s’en est en tous cas souvenu quand il a écrit Nikita. Aux côtés d’Anne Parillaud, qui incarnait le rôle-titre, Besson avait besoin d’un tueur, un vrai, un nettoyeur. Il a pensé à Jean Reno pour l’incarner. Mais à l’époque Léon s’appelait encore Victor. Et il n’avait qu’une semaine de tournage.

Nikita a fait des petits. D’abord un remake américain, la blonde Briget Fonda remplaçant la brune Anne Parillaud de l’autre côté de l’Atlantique. Parallèlement Besson a l’idée de développer le personnage de Victor pour lui donner le rôle principal dans un nouveau long métrage, qu’il ne prévoit pas de mettre en scène lui-même. Reno sera bien entendu le tueur. Immobilisé par les lenteurs de la production du Cinquième Elément, Besson se jette dans l’écriture de Léon avec fougue. Tant et si bien qu’il se persuade qu’il devra le mettre en scène lui-même. En Amérique de préférence. Quitte à chercher une star yankee et bankable. Exit Jean Reno. Jusqu’à ce que le réalisateur se rende compte qu’il a fait fausse route et que personne ne peut remplacer son vieux complice – Reno est quand même de tous ses films depuis le début de sa carrière. Reste à compléter le casting avec des stars du cru…

Pour le rôle, capital, de Mathilda, il voit des centaines de candidates. Dont Liv Tyler, qui n’a pas encore tourné, mais elle est trop vieille, elle a 15 ans. Natalie Portman est quant à elle trop jeune, puisqu’elle n’a que 11 ans. Mais c’est le coup de foudre. Reste à convaincre les parents de la gamine que celle-ci ne risque rien à s’embarquer dans une histoire où elle sera amoureuse d’un type de 40 ans pendant qu’autour d’eux les cadavres s’amoncèlent. Ca s’arrange… Personne ne le regrettera, et Natalie Portman ne lâchera plus jamais le cinéma, imposant sa silhouette tant dans le cinéma d’auteur, Black Swan, que dans les blockbusters. Star Wars, bien sûr. Qui s’en serait douté en la voyant, dans Léon, imiter Madonna, Charlot ou Marilyn ?

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Jean Reno

Une autre aventure new-yorkaise d'une cinéaste française

Luc Besson

Des gangsters poursuivent le témoin de leurs exactions pour le faire taire

NIKITA

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS