Bande Annonce de DRIVEDécouvrez la bande Annonce de DRIVE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2933/fond/2933_w_500.jpg
Nicolas Winding Refn
Brian CranstonCarey MulliganRyan GoslingAlbert BrooksChristina HendricksOscar IsaacRon PerlmanCesar GarciaChristian CageSarah Adela Tirado

DRIVE

96 mn

Note de SensCritique :

7.4 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Nicolas Winding Refn.

Casting : Brian Cranston, Carey Mulligan, Ryan Gosling, Albert Brooks, Christina Hendricks, Oscar Isaac, Ron Perlman, Cesar Garcia, Christian Cage. Sarah Adela Tirado

Synopsis : Un jeune homme solitaire, le "Driver", officie en tant que cascadeur le jour, chauffeur de truands la nuit. Jamais il ne s'est mêlé des affaires de ceux qui l'emploie, jusqu'au jour où sa route croise celle d’Irene, sa voisine, et de son jeune fils. Pour la première fois de sa vie, il n’est plus seul...

Scénario : Hossein Amini.
Musique : Cliff Martinez.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : En voiture, Mafieux, Films de gangsters, Aventure / Action, Policier / Suspense, Des vêtements, Films de casse, Au supermaché, Des malfaiteurs, Sofilm Summercamp Festival 2016, Festival de Cannes, Coups de coeur de l'été, Vroum Vroum, Les villes d'Amérique, Encore plus noir, VRAIS MÉCHANTS.

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
voir ce film

Polar vintage et virtuose, association parfaite entre le film d’auteur et la production hollywoodienne, Drive mêle les genres et les références ! Adapté d’un court roman signé James Sallis, le film suit le parcours du Driver, cascadeur le jour, chauffeur pour des braqueurs la nuit, qui tombe amoureux de sa voisine de palier, incarnée par la douce Carey Mulligan.

Le scénario arrive sur la table de Nicolas Winding Refn par l’intermédiaire de Ryan Gosling, déjà attaché au projet, et fan de la première heure du réalisateur de la trilogie Pusher – qui comparera plus tard leur collaboration à celle de Steve McQueen et Peter Yates sur le tournage de Bullitt. Le cinéaste danois, réputé pour son style visuel, voit dans cette histoire apparemment simple l’occasion rêvée de réunir tous les genres en un. « Drive est l’aboutissement d’un fantasme », déclare-t-il à la sortie du film : « tourner un conte de fées à Los Angeles ».

Quitte à filmer au cœur de la Cité des anges, Refn imprègne effectivement son film de mythologie du cinéma : du western version Sergio Leone au polar melvillien en passant par l’ambiance crépusculaire propre aux films de Michael Mann, le cinéaste quadragénaire rend hommage aux classiques qui l’ont bercé, et en profite pour sérieusement renouveler les figures fétiches du film de bagnole !
Au passage, il renoue aussi avec un personnage clé de son univers : le héros solitaire et mutique qu’il exploitait déjà dans Le guerrier silencieux.

Présenté au festival de Cannes en mai 2011, Drive repart avec un très mérité Prix de la mise en scène. A sa sortie, le film suscite excitation et fascination chez les spectateurs, y compris chez les femmes… qui font de Ryan Gosling le nouveau sex symbol du cinéma américain ! 

Beaucoup ont découvert l’univers de Nicolas Winding Refn avec Drive, qui a réuni en France plus de 1 500 000 spectateurs. Jusque là connu des plus cinéphiles, le réalisateur du Guerrier silencieux s’ouvre, avec l’aide de Ryan Gosling, les portes du grand public, qui passe outre les éclats de violence graphique propres à son style. Pour l’anecdote, sachez que Refn a bénéficié des conseils avisés de Gaspar Noé, réalisateur français d’Irréversible, pour la scène la plus éprouvante de Drive, qui voit un crâne voler en éclats !

A la fois spectaculaires et intimes, les séquences de poursuite du film confirment le pouvoir de l’imagination sur l’argent. Loin du budget maousse d’un Fast And Furious, Nicolas Winding Refn ne disposait que deux jours de tournage pour chacune des trois course-poursuites du film. Pas question pour lui de multiplier les tonneaux comme on avait l’habitude de le voir dans ce type de scène d’action. Son choix : « envisager les choses en fonction du bruit du moteur, de façon à donner une orientation presque sexuelle à ces scènes. Je voulais aussi, raconte-t-il, « que les trois poursuites diffèrent les unes des autres, d’où l’idée de filmer la première uniquement depuis l’intérieur de la voiture ».

Ces scènes bénéficient aussi de l’expérience du chef opérateur de Drive : Newton Thomas Sigel, le collaborateur attitré de Bryan Singer, qui a débuté sa carrière auprès de Kenneth Anger, l’un des réalisateurs fétiches de Nicolas Winding Refn qui avait d’ailleurs demandé à Ryan Gosling de regarder Scorpio Rising pour se préparer à son rôle de cascadeur solitaire.

On retrouve logiquement chez  Nicolas Winding Refn  le fétichisme propre au cinéma de Kenneth Anger : entre le cure-dents du Driver, emprunté au Doulos de Melville, son blouson satiné, que Refn envisageait comme une armure pour le personnage, et l’extraordinaire scène de baiser dans l’ascenseur, le film regorge de motifs fascinants, emprunts d’une dimension sexuelle ou cinéphile.
Impossible d’ignorer l’importance de la musique dans le succès rencontré par le film.  Nicolas Winding Refn a fait le choix d’une bande originale électronique pour accompagner un héros moitié homme, moitié machine, qui apparaît pour la première fois à l’écran sur le titre Nightcall, signé du groupe français Kavinsky.

Bonne nouvelle : Nicolas Winding Refn, qui a parlé de « collaboration mystique » avec Ryan Gosling, a embarqué le comédien sur ses prochains films : Only God Forgives, un western moderne sur fond de boxe thaïe, et l’ambitieux remake de L’Âge de Christal, classique de la SF des années 70

Grand Movie Auto

Décidément Nicolas Winding Refn n'est jamais là où on l'attend. Après la chronique sociale de petites frappes dans la trilogie Pusher, après l'opéra carcéral avec Bronson, après le trip mystico-viking sur Valhalla Rising on est ici face à une histoire de pilote exceptionnel ...

Lire la suite
9
Plug_In_Papa

Permis à poings

Quand ça roule, tout roule. L'incipit pourrait bien être, à mon humble avis, une des plus belles scènes de caisse qu'il m'ait été donné de voir. C'est simple, nerveux et réaliste. On est à Los Angeles, certes, mais pas du côté de Snoop Dog. Pas de California Love, pas ...

Lire la suite
9
Marius

A real human being...

Drive est beau. C'est sans doute la première chose qui vient à l'esprit. Étonnamment, j'en ai eu la boule au ventre. Pour le fond autant que pour la forme, mais la forme surtout. Une esthétique si maîtrisée, une mise en scène quasi-parfaite, un enchevêtrement de scènes ...

Lire la suite
8
Lehane
le contexte
A voir également
Affiche du film CRAZY, STUPID, LOVE

à partir de

1.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film CALCULS MEURTRIERS

à partir de

9.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film CASINO
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film THE MURDERER

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film JULIETA

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CAFE SOCIETY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film OPERATION EYE IN THE SKY

à partir de

6.99
 
Affiche du film TOUT, TOUT DE SUITE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film UN HOMME À LA HAUTEUR

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BRAQUEURS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés