SHERLOCK HOLMES

À partir de 2.99 €
Parce que la chambre de Sherlock est la même que celle de Gary Oldman dans Harry Potter!
Policier / Suspense - 2010 - Allemagne|Etats-Unis d'Amérique - 124 MIN - VM - Tous publics
Alors qu'ils pensaient en avoir fini avec Lord Blackwood, Sherlock Holmes et son cher associé, le Dr Watson, se retrouvent confrontés à une série de crimes, tous signés du maléfique baron du crime, adepte de la magie noire. Il semblerait qu'il ait cette fois-ci décidé de s'attaquer à la démocratie même...

Réalisé par

6.7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Jacky Goldberg
Jacky Goldberg
CHRONIQUEUR

Il fallait une certaine audace pour rompre aussi radicalement avec la vieille image de Sherlock Holmes, celle d'un homme entièrement dédié aux choses de l'esprit, mince, excentrique, vêtu d'une redingote et d'un chapeau deerstalker, toujours affublé d'une pipe. Forgé par plus d'un siècle de lecture des romans d'Arthur Conan Doyle, et surtout par 80 années d'adaptations cinématographiques, dont la plus célèbre par Billy Wilder, ce cliché fait ici place à une vision beaucoup plus en phase avec le présent, dans cette nouvelle version réalisée par Guy Ritchie et produite par Joel Silver ; une version qui tient plus du reboot que du remake.

Délaissant son habituelle tendance à l'arabesque gratuite, le réalisateur d'Arnaques, crimes, et botannique et de Snatch signe ainsi un film dense et charpenté, fort sur la distance mais capable de fulgurance ; bref un Sherlock Holmes d'avantage dopé à l'EPO qu'aux amphétamines. A l'heure des Batman et Iron Man, à l'heure des Jack Bauer (héros de la série 24h chrono) et Jason Bourne (héros de la trilogie du même nom), le Sherlock Holmes de 2009 est devenu un quasi superhéros, un action man ultramalin, aussi habile avec ses poings qu'avec ses méninges, toujours porté sur la bouteille et sensible à la dépression, mais totalement irrésistible puisque c'est Robert Downey Jr qui lui donne ses traits.

L'acteur, que tout le monde croyait en chute libre après ses frasques sur les plateaux d'Ally Mc Beal au début des années 2000, confirme là son spectaculaire come-back, entamé avec Zodiac de David Fincher et Iron Man de Jon Favreau. Composant un Holmes débraillé et taquin, il fait une nouvelle fois trembler la fine paroi qui sépare sa vie réelle de celle des personnages qu'il incarne. Avec Johnny Depp et Tom Cruise, il est sans doute le seul acteur américain à ce niveau de célébrité qui parvient à fondre aussi bien la fiction dans la vie réelle, le mythe dans la réalité.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Guy Ritchie

GOOD NIGHT AND GOOD LUCK

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité