Bande Annonce de SOUS LE SOLEIL DE SATANDécouvrez la bande Annonce de SOUS LE SOLEIL DE SATAN sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/5324/fond/5324_w_500.jpg
Maurice Pialat
Alain ArthurGérard DepardieuMaurice PialatSandrine BonnaireYann DedetBrigitte LegendreJean-Christophe BouvetJean-Claude BourlatMarcel AnselinPhilippe PallutFrédéric AuburtinMarie-Antoinette LorgeYvette Lavogez

SOUS LE SOLEIL DE SATAN

93 mn

Note de SensCritique :

6.6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Maurice Pialat.

Casting : Alain Arthur, Gérard Depardieu, Maurice Pialat, Sandrine Bonnaire, Yann Dedet, Brigitte Legendre, Jean-Christophe Bouvet, Jean-Claude Bourlat, Marcel Anselin, Philippe Pallut, Frédéric Auburtin, Marie-Antoinette Lorge. Yvette Lavogez

Synopsis : Le doyen Menou-Segrais essaie de rappeler les chemins de la foi chrétienne à l’abbé Donissan, un jeune homme troublé, maladroit, qui persiste à se mortifier pour affirmer son amour de Dieu. Menou-Segrais estime que Donissan fait là péché d’orgueil et ouvre la voie à Satan. Mouchette, jeune fille du village, entretient une relation adultère avec deux hommes plus âgés qu’elle, le marquis de Cardignan, un noble ruiné, et son ami le docteur Gallet.

Scénario : Sylvie Pialat (sylvie Danton).
Musique : Henri Dutilleux.
Pays : France
Tags : Drame, Littérature classique, Regards sur la religion, Jeunes filles, Festival de Cannes.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Le doyen Menou-Segrais essaie de rappeler les chemins de la foi chrétienne à l’abbé Donissan, un jeune homme troublé, maladroit, qui persiste à se mortifier pour affirmer son amour de Dieu. Menou-Segrais estime que Donissan fait là péché d’orgueil et ouvre la voie à Satan.

Mouchette, jeune fille du village, entretient une relation adultère avec deux hommes plus âgés qu’elle, le marquis de Cardignan, un noble ruiné, et son ami le docteur Gallet. Lorsque Mouchette apprend qu’elle est enceinte de Cardignan et que celui-ci la rejette, elle le tue.

Donissan tente de sauver l’âme de Mouchette.

« Si on fait un grand film ou un bon film en tournant comme cela, alors c’est complètement injuste puisque ce que je fous tous les jours c’est une honte, c’est dégueulasse, on peut pas tourner aussi mal ! ». Ce sont les mots d’un Maurice Pialat en souffrance alors qu’il tourne Sous le soleil de Satan. En effet, loin du cinéma du réel qu’il représente habituellement, Maurice Pialat s’éloigne un peu de ses drames conjugaux pour aller vers son premier film en costume. Avec un sujet périlleux également pour le réalisateur notoirement athé : le questionnement religieux et la transcendance. Mais dans ce drame qui se finit en tragédie avec ce personnage mortifère, Pialat ne s’éloigne pas, tant que ça, de la destruction et du malheur qu’il avait déjà filmées de façon plus triviale auparavant.

 

Mais ici, le cinéaste atteint une forme de sublimation. Tout en intériorité, Pialat s’intéresse aux tourments, à la fièvre de son personnage principal qu’est Donissan et se demande si, au fond, il ne faudrait pas être fou pour croire. Evidemment, chez le réalisateur d’A nos amours, le spirituel ne peut se détacher du corps. Ainsi met-il en scène un Depardieu au physique imposant jouant en permanence sur sa lourdeur et sa grâce naturelle. Il le place également dans un milieu représentant les tourbillons intérieurs du personnage : un paysage de plomb, une lumière entre chien et loup, des ombres à peine dessinées et des lumières aveuglantes de pâleur. Tout ici est fait pour écraser le spectateur qui souhaite désespérément entrevoir une lueur.

 

Mais Pialat n’est pas là pour contenter le public. Preuve s’il en est son commentaire lors des huées à Cannes quand il reçoit la palme d’or en 1987 : « Vous ne m’aimez pas ? Je ne vous aime pas non plus ». Car le réalisateur prouve ici qu’il n’est dans aucune mode. Quand celle-ci se contente de filmer des acteurs et leur image, Pialat les pousse à aller au-delà d’eux-mêmes. Et lui, en démiurge peu tranquille, s’offre le rôle de l’abbé Menou-Segrais. Plus développé que dans le livre dont il est tiré, il est presque de chaque scène comme si Pialat souhaitait se placer en témoin impuissant d’une humanité en proie à la faute et au mal.

En 1926, dans le bourg de Campagne, au nord de la France, le curé-doyen l'abbé Menou-Segrais décide de prendre sous sa coupe un jeune séminariste, abbé Domissan. Pour arriver à sa fonction ses études ne furent guère brillantes, et ici même l'homme est torturé par le ...

Lire la suite
8
Gérard Rocher

Du spirituel dans le concret...

Et vice versa.Au départ le titre un peu grossier m'a fait peur et le sujet d'un homme torturé par la perte de sa foi ne me disait pas plus que ça. Finalement, j'ai vite été séduite en premier lieu par le jeu de Depardieu et de Bonnaire.Même si, pendant les vingt premières ...

Lire la suite
7
Ligeia

"Il faut n'être qu'un pauvre prêtre pour connaitre l'effroyable monotonie du péché."

Il a sans doute fallu à Pialat un certain courage pour se lancer dans un projet d’une pareille envergure. Tout, a priori, l’éloigne de ce sujet, son propos comme son cadre, son époque comme ses implications esthétiques. C’est un film âpre et austère, profondément ...

Lire la suite
7
Sergent Pepper
le contexte
A voir également
Affiche du film A NOS AMOURS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES ANGES GARDIENS

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film POLICE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DES HOMMES ET DES DIEUX

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés