MULHOLLAND DRIVE (VERSION RESTAURÉE)

À partir de 2.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
C’est le nom de l’Avenue qui serpente au dessus d’Hollywood. C’est le titre d’un film de David Lynch qui fit comprendre à beaucoup que la fascination est parfois plus forte que l’incompréhension, et qui en le démontra en 145 minutes.
Policier / Suspense - 2001 - France|Etats-Unis d'Amérique - 141 MIN - VM - HD - Tous publics
Un violent accident de voiture sur la route de Mulholland Drive sauve une femme de ses assassins potentiels. Hagarde, la belle s'enfonce dans la nature et se réfugie dans une demeure inoccupée. Le lendemain, Betty Elms débarque à l'aéroport de Los Angeles, où elle rêve de devenir actrice...
7.6 / 10
7.6 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Prix de la mise en scène au festival de Cannes 2001 et César du meilleur film étranger, Mulholland Drive était à l’origine destiné au petit écran. David Lynch en avait eu l’idée en 1990. à l’époque, il pensait en faire le cœur de la troisième saison de Twin Peaks. Mais ABC a arrêté cette série juste avant, à la fin de la seconde saison. En revanche, cette même chaîne s’est montré intéressée en 1998 par une nouvelle série de David Lynch qui s’intitulerait Mulholland Drive. Comme c’est toujours le cas dans ce genre d’entreprise, la chaîne a alors commandé au réalisateur un pilote destiné à tester les réactions du public. Mais quand Lynch a livré son travail, ABC n’en voulait plus et a même refusé de le diffuser en tant que téléfilm unitaire. Désespéré, Lynch s’en est ouvert à ses amis producteurs de Studiocanal avec lesquels il venait de tourner Une histoire vraie. Ces derniers ont proposé d’en racheter les droits et de lui allouer un petit budget afin qu’il tourner des scènes supplémentaires pour transformer son pilote en film de cinéma. Après un temps de réflexion, Lynch a accepté et a donné ainsi sa forme définitive à Mulholland Drive.
Dans la perspective d’une série télévisée, Lynch a fait un casting où les premiers rôles étaient tenus par des jeunes talents pas encore connus En revanche pour l’exubérante Coco, il a choisi une légende de Hollywood : Ann Miller, une quarantaine de films à son actifs dont pas mal de comédies musicales comme Parade de printemps et Un jour à New York qui lui avaient valu le surnom de reine des claquettes.
Quant au mafieux qui se montre si exigeant avec son expresso. regardez-le bien, c’est Angelo Badalamenti, le compositeur de la musique du film.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver SUNSET BOULEVARD ou encore TWIN PEAKS .

Réalisé par

Même réal

Même casting

Pas si éloigné