HAPPY BIRTHDEAD

2017
92 mn
La rencontre de l'horreur et du paradoxe temporel est fructueux
À la carte à partir de 2.99 €
Tree, une étudiante sans histoire est sauvagement assassinée par un maniaque. Ce qui ne l'empêche pas de se réveiller le lendemain. Le problème est qu'elle est de nouveau assassinée. Avant de se réveiller à nouveau. Elle prend conscience qu'il lui est peut-être loisible de déjouer le sort en essayant de semer son persécuteur. Mais rien n'y fait...
À la carte à partir de 2.99 €
Fantastique / Horreur
Etats-Unis
- 12 ans
VM - HD

1 min avant
2 min après
Les + de filmo

Encore un film dont le titre français est écrit en anglais. Le titre original, Happy Deathday étant l’inverse parfait du fameux Happy Birthday que vos amis viennent vous chanter une fois par an en vous invitant à souffler les bougies. Mais les distributeurs français ont préféré conserver la sonorité du mot, et Birthday est devenu Birthdead. C’est subtil, sauf que Joyeux Naissancemort, ou même Annimort, ça ne veut rien dire… Ce dont se moque sans doute notre héroïne, Tree, une étudiante condamnée à revivre en boucle la journée où elle a été assassinée…

Happy Birthdead est un film d’horreur, mais dont le scénario épouse la trame du très subtil et réjouissant Un jour sans fin, qui mettait en scène un journaliste incarné par Bill Murray condamné à revivre tous les jours exactement la même journée sans que personne d’autre que lui ne s’en émeuve. D’autres films moins délectables reposent d’ailleurs sur une boucle temporelle du même acabit, comme Le Dernier Jour de ma vie ou de ce côté-ci de l’Atlantique le récent La Colle.

Jessica Rothe, qui prête ses traits à l’héroïne assassinée, fait en tout cas assaut d’imagination pour amener son personnage sous des rivages nouveaux chaque jour, espérant échapper à son sort funeste. Happy Birthdead n’est sans doute pas un chef-d’œuvre impérissable, y compris dans son propre créneau horrifique, mais la comédienne sait tirer toute la sève du personnage. Avis à ceux qui auront le sentiment de l’avoir déjà vue : oui, c’est bien elle l’a colocataire d’Emma Stone dans le multiprimé, multicélébré, multivisionné La La Land.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver LES GRIFFES DE LA NUIT (Les nuits de sommeil ponctuent les agressions dont l'héroïne est victime) ou encore UN JOUR SANS FIN (Dans ce film là, aussi, la même journée recommence encore et encore...).

FilmoTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné