L'an 01

Bientôt disponible
Pour l'incroyable galerie d'apparitions, de Gotlib à Depardieu en passant par Wolinski et Higelin
Politique / Histoire - France - 90 MIN - Tous publics
Un beau matin deux hommes sur le quai d'une gare décident ne pas prendre le train qui les mène au travail. Ce refus des contraintes est dans l'air du temps, il se répand comme une traînée de poudre. C'est en fait toute une société qui refuse les cadences infernales, l'autorité des petits chefs, le productivisme, la propriété individuelle et jalouse. Certains essayent de résister, ils complotent pour que tout revienne à l'ordre ancien, les publicitaires essayent de récupérer le mouvement.  Mais tout cela fait long feu. Car L'An 01 est une fête autant qu'une libération et c'est à un véritable vertige collectif que tout le monde s'adonne...
7.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Yves Alion
Yves Alion
CHRONIQUEUR

Avant d’être un film, L’An 01 est une bande dessinée, publiée dans la première moitié des années 70 sous forme de série dans Politique hebdo, puis dans Charlie Mensuel et Charlie-Hebdo. Elle est signée par Georges Blondeaux, alias Gébé, dessinateur industriel défroqué et anar convaincu. Derrière son graphisme particulier, un rien anguleux, la BD propose tout simplement que l’on change de société. "On arrête tout, on réfléchit, et c'est pas triste". Effectivement.

Au sein de Charlie, Gébé n’a sans doute pas la surface médiatique de Cavanna, Reiser, Cabu ou Wolinski. Ce n’est pas pour autant un inconnu. Ses BD à la fois libertaires et surréalistes, Qu’est-ce que je fous là ? ou Cracher dans l'eau, ça ne fait plus de ronds, ont des admirateurs. Et c’est sous ses traits que Gotlib dessine l’inénarrable inspecteur Bougret dans ses Rubriques à Brac. Un personnage auquel Jean Rochefort prêtera ses traits dans le film de Patrice Leconte, Les Vécés étaient fermés de l’intérieur.

La BD de Gébé et le film qui en découle ne sont pas seulement jouissifs. Ils offrent à nos yeux ébahis le précieux avantage de proposer un catalogue des utopies post-soixante-huitardes. Soit l’avènement d’une nouvelle société, plus libre, où l’on renverse la hiérarchie des verbes être et avoir. Un monde où, pour reprendre un slogan de Mai, il n’est plus question de perdre sa vie à la gagner. Joyeusement foutraque, fait de bric et de broc, le film est dans l’air du temps, décidément rétif à l’autorité. Il rencontrera un joli succès lors de sa sortie, début 1973. Plus de 500 000 entrées !

Contexte

C'est aussi un joli catalogue des utopies de mai

Jacques Doillon

C'est un film fou, libertaire, démesuré, infaisable sur le papier.

LES VALSEUSES

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur





Paiement sécurisé
Mode de paiement
Partenaires

Avec l'offre de téléchargement légal de films FilmoTV, visionner les meilleurs films sur vos supports préférés c'est tous les jours et à petit prix ! FilmoTV, un service multi-supports : PC, application système Android, système iPhone et tablettes, Numericable, TV connectée, c'est ouvert ! Profitez de vos films comédies romantiques en abonnement VOD illimité ou de vos films d'horreur à télécharger. Pour cela rendez-vous sur nos pages mode d'emploi ou comment s'abonner.