LA HAINE

Bientôt disponible
Parce que le film a bien été tourné en couleurs, mais tiré en noir et blanc
Drame - 1995 - France - 94 MIN - Tous publics
Trois copains d'une banlieue ordinaire traînent leur ennui et leur jeunesse qui se perd. Ils vont vivre la journée la plus importante de leur vie après une nuit d'émeutes provoquée par le passage à tabac d'Abdel Ichah par un inspecteur de police lors d'un interrogatoire.

Réalisé par

7.8 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique

Oui Vinz, Hub et Saïd ont la haine. Tout le temps. Contre les flics. Contre le monde entier. A l'hôpital, il y a leur pote Abdel, dans le coma à la suite d’une bavure policière. Et la cité gronde à cause de ça. Si Abdel meurt, Vinz a juré de tuer un « keuf » avec ce Smith and Wesson 44 qu'il a ramassé lors d’une bagarre. Les flics sont partout, harcelant le trio de rageurs, pendant que sur des panneaux géants une pub proclame « Le monde est à vous » comme un mensonge intolérable, une incitation à la haine, justement. Pour son deuxième long métrage après Métisse, Mathieu Kassovitz, frappait vraiment là où ça faisait mal, et plus mal encore aujourd’hui : la banlieue, la jeunesse multiraciale écoeurée qui tape mais pourrait autant se taper la tête contre les murs ou tomber d’une barre d’immeuble en chute libre. Dans le film, une voix off résume cet état d’esprit en une blague : «  c’est l'histoire d'un mec qui tombe d'un immeuble de cinquante étages. Au fur et à mesure de sa chute, le mec n'arrête pas de se répéter : "Jusqu'ici, tout va bien ; jusqu'ici tout va bien ; jusqu'ici tout va bien !" ». Et chaque scène de ce film syncopé et au noir et blanc somptueux qui l’empêche de vieillir, est comme un niveau de plus dans la dégringolade. Un film qui met des baffes à tout le monde : les flics bien sûr mais aussi les médias, ces rapaces, ces « bâtards », qui veulent absolument faire passer ces jeunes de banlieues pour des voyous au JT. La Haine, réalisé en 1995, reste un coup de poing de cinéma avec ses mouvements de caméra bluffants, sa tchache, son humour noir du désespoir, mais aussi ses grands moments surréalistes. Et quand Vinz/Vincent Cassel, explosif et explosant dans ce film là, imite devant son miroir, le De Niro de Taxi Driver, on se dit que oui, Scorsese a forcément aimé cette Haine-là.

 

Tags

Contexte

Vincent Cassel

Autre constat violent d'une jeunesse de banlieue en perdition par le futur réalisateur de Mesrine

Mathieu Kassovitz

Parce que Brisseau, avant tout le monde, défaisait un constat désespéré mais lucide sur la banlieue avec de grandes scènes surréalistes

LES PROMESSES DE L'OMBRE DE DAVID CRONENBERG

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur





Paiement sécurisé
Mode de paiement
Partenaires

Avec la plateforme d'abonnement vidéo à la demande à petit prix FilmoTV, regarder les meilleurs films sur vos supports préférés en un clic ! FilmoTV, un système multisupports : Windows, application Google Android, iPhone et tablettes, TV par câble, TV connectée, il n'y a plus qu'à profiter ! Découvrez vos films historiques par abonnement VOD ou de vos films policier à télécharger. Pour cela allez sur les espaces mode d'emploi ou comment s'abonner.