LE NOM DES GENS

À partir de 2.99 €
Comédie - 2010 - France - 99 MIN - VF - Tous publics
Arthur Martin, quadragénaire, inspecteur sanitaire, a une vie tranquille, basée sur le risque zéro. Elle va être chamboulée par sa rencontre avec Bahia Benmahmoud, jeune femme très extravertie. Son but dans la vie ? Appliquer son idée de l'engagement politique en couchant avec des hommes de droite afin de les convertir aux idées de gauche. Avec Arthur, ce ne sera pas la même chose, elle en tombe amoureuse. Tous deux vont apprendre à conjuguer leur points de vues, leurs origines, peurs et attentes.

Réalisé par

6.9 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Alex Masson
Alex Masson
CHRONIQUEUR

Mine de rien, Le nom des gens pourrait bien avoir posé de nouveaux jalons dans la comédie à la française. Le second film de Michel Leclerc invite la politique dans une chronique de mœurs. Ce n’est vraiment pas une comédie ordinaire, puisqu’on y aborde des sujets peu courants pour ce genre. Il y est question en vrac d’écologie, d’identité nationale, d’immigration, de mixité sociale, de jospinisme, de sarkozysme, de grippe aviaire et surtout d’une histoire d’amour. Celle entre Arthur Martin, un inspecteur sanitaire et de Bahia Benmahmoud, une jeune femme qui se définit littéralement comme "une pute de gauche" s’étant donnée pour mission de coucher avec un maximum de gens de droite pour les convertir aux idées socialistes lorsqu’ils sont le plus vulnérables, au moment de la jouissance. 

Le nom des gens ne fait pas que bousculer la comédie en y faisant infuser une tribune politique engagée. Leclerc rappelle que ce type de film peut aussi bénéficier de soin dans l’écriture et la réalisation. Le nom des gens rallie ainsi à sa cause, le sens formel du cinéma de Jean-Pierre Jeunet et la répartie d’un Woody Allen. On pourrait arguer que tout ceci n’est qu’un tract militant. Leclerc contre-argumente avec aplomb en laissant toujours la part de comédie romantique prendre le dessus, certaines scènes en deviennent irrésistibles. Nottamment une anthologique scène de rue affirmant à chaque seconde le culot d’un film qui a pour programme : coucher pour un monde meilleur.

Le nom des gens

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Jacques Gamblin

Michel Leclerc

A LA PETITE SEMAINE

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS