MOONRISE KINGDOM

Parce qu'on imagine mal un film de Wes Anderson sans Bill Murray quelque part
Comédie - 2012 - Etats-Unis - 90 MIN - Tous publics
Sur une île au large de la Nouvelle-Angleterre, au cœur de l’été 1965, Suzy et Sam, douze ans, tombent amoureux, concluent un pacte secret et s’enfuient ensemble. Alors que chacun se mobilise pour les retrouver, une violente tempête s’approche des côtes et va bouleverser davantage encore la vie de la communauté.

Réalisé par

7.6 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique

Prêts à entrer dans la bulle de Wes Anderson ? Dans son univers de maison de poupée, à mi chemin buissonnier entre poésie et dérision ? Avec ce film, son septième, il va au bout de ses marottes : l'enfance et une Amérique innocente, celle des sixties sur une île au large de la Nouvelle Angleterre. Jusque-là les protagonistes de ses films étaient des adultes avec des comportements d'enfants, comme les trois frères de A bord du Darjeeling Limited, ou des personnages-marionnettes comme dans Fantastic Mr Fox.

Dans Moonrise Kingdom, ses deux héros sont des enfants de 12 ans avec des sentiments d'adultes, et ce sont les grands qui ont vraiment des comportements puérils ! Un scout orphelin à lunettes et une adolescente que ses parents croient perturbée font une fugue ensemble un été de 1965 : grâce à eux, et avec une grâce folle, Anderson nous fait redécouvrir la carte du tendre dans un grand champ, en haut d'une phare, dans une crique sauvage, ou en pleine tempête, et avec un bric à brac d'accessoires pop, un tourne disque pour écouter un tube de Françoise Hardy ou une montagne de boîte de pâté pour chat qui pourraient être les boîtes de soupe d'Andy Wharol ! 

C'est à un conte coloré traversé de noirceur que nous invite le cinéaste qui sait, mieux que quiconque, croquer une galerie de personnages : les parents avocats de la fugueuse, incarnés avec gourmandise par Frances McDormand, actrice fidèle des frères Coen, et le grand Bill Murray, le chef de troupe scout auquel Edward Norton offre un sérieux hilarant ou encore le flic de l'île, amoureux transi et coeur d'or, encore un rôle où Bruce Willis peut développer son merveilleux second degré. Et même Harvey Keitel dans un tout petit rôle autoritaire et pathétique ! Et puis il y a les deux acteurs principaux : pas des enfants acteurs lisses et rose bonbon, mais deux débutants prodigieux. Ils sont vraiment à part à l'image de ce film si stylisé, si personnel où le comique doux se mêle au tragique car c'est déchirant de s'aimer contre l'avis général, à 12 ans comme à n'importe quel âge.
Avec ce film boîte à idées, Anderson nous invite au royaume de la nostalgie. Une invitation impossible à décliner. 

Le contexte

Wes Craven

Pas le même contexte géographique du tout mais la même manière de créer un univers bien à soi de la part d'un réalisateur qui aime aussi les contes humanistes dans ce film superbe où un adulte aide un enfant fuyard sans papiers. Une "fable" qui fait grandir.

Wes Anderson

Oui c'est un film d'animation mais à part, comme tout ce que réalise Wes Anderson, avec, là encore, une réflexion piquante et tendre sur l'enfance, un "pays" dont les habitants sont souvent plus mûrs que les adultes. Un film, aussi, sur la famille et contre la méchante société de consommation. Extra !

L'ARMÉE DES 12 SINGES DE TERRY GILLIAM