Bande Annonce de LE QUAI DES BRUMES (VERSION RESTAURÉE)Découvrez la bande Annonce de LE QUAI DES BRUMES (VERSION RESTAURÉE) sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/10369/fond/10369_w_500.jpg
Marcel Carné
Jean GabinMichel SimonMichèle MorganPierre BrasseurRobert Le ViganEdouard DelmontJenny BurnayMarcel PérèsMartial RèbeRaymond AimosRené GéninRoger Legris

LE QUAI DES BRUMES (VERSION RESTAURÉE)

89 mn

Note de SensCritique :

7.4 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Marcel Carné.

Casting : Jean Gabin, Michel Simon, Michèle Morgan, Pierre Brasseur, Robert Le Vigan, Edouard Delmont, Jenny Burnay, Marcel Pérès, Martial Rèbe, Raymond Aimos, René Génin. Roger Legris

Synopsis : Jean, un déserteur, arrive au Havre dans l’espoir de monter sur un bateau et quitter la France. Dans le bar du débonnaire Panama, il rencontre Quart Vittel un alcoolique philosophe, un peintre qui «peint les choses derrière les choses» et la jeune Nelly, orpheline qui se cache de son tuteur, l’infâme Zabel. Ce dernier est harcelé par une bande de voyous menée par leur petit chef, Lucien. Bouleversé par Nelly, Jean s’interpose entre elle et Lucien, puis indispose Zabel de sa présence : il se fait, sans le vouloir, des ennemis qui ne le laisseront pas en paix.

Scénario : Jacques Prévert.
Musique : Maurice Jaubert.
Pays : France
Tags : Drame, SensCritique - Best of films en noir et blanc, SensCritique - Les meilleurs films français, Brouillard, Film des années 1930, de moins de 90 minutes, Editions Originales.

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
voir ce film

"T’as d’beaux yeux tu sais ! —Embrassez-moi !"… Qui ne connaît pas cette réplique du Quai des brumes échangée dans une ruelle obscure par Jean Gabin et Michèle Morgan au son de la musique de limonaire composée par Maurice Jaubert ? Ce troisième long métrage de Marcel Carné, tourné en 1938,  vaut mieux que cette unique réplique devenue légendaire. Réalisme poétique, disait la presse… Réalisme fantastique, écrivait Jean Cocteau.

Le Quai des brumes, c’est un tout, une merveille de travail d’équipe où chaque maillon a du génie. Il y a d’abord la collaboration magnifique entre le réalisateur et son scénariste et dialoguiste Jacques Prévert, les mots élégants et railleurs du second contribuant à l’atmosphère de drame et de fatalité créée par le premier ; tous les acteurs, ces incroyables gueules de cinéma qui de Michel Simon à Pierre Brasseur en passant par Edouard Delmont, Aimos et Robert Le Vigan habitent leurs personnages d’une humanité parfois veule parfois émouvante ; l’idée brillante, en adaptant ce roman de Pierre Mac Orlan situé à Montmartre, de le transposer dans un port : ce qui fut fait en décors naturels au Havre puis dans ceux inventés par le magicien Alexandre Trauner aux studios de Joinville ; la lumière et les cadres du chef opérateur Shufftan qui joue avec les clair obscurs, les nappes de brouillards et les étincelles dans les yeux de Morgan et Gabin.

La rencontre d’un déserteur et d’une orpheline sur le quai, un bateau prêt à partir ; autour d’eux, un petit chien errant avec une tâche sur l’œil, un accueillant patron de bar guitariste à ses heures, un peintre suicidaire, un alcoolique repenti qui rêve de draps blancs, et puis quelques méchants, car c’est toujours pareil avec le destin : il ne peut s’empêcher d’être mesquin… C’est du beau grand cinéma d’hier et de toujours et ça se revoit avec bonheur !

Troisième long métrage de Marcel Carné en 1938, Le Quai des brumes succède à Jenny (1936) et Drôle de drame (1937) et, comme ses prédécesseurs, il est adapté et dialogué par Jacques Prévert. Les deux hommes se sont rencontrés autour du premier projet de Carné : celui-ci, alors âgé de trente ans, cherchait un auteur pour scénariser et dialoguer le gros mélodrame signé Pierre Rocher et intitulé Prison de velours qu’il envisageait de porter à l’écran avec Françoise Rosay en vedette. Il avait soudain repensé à une pièce anar et hénaurme signée Jacques Prévert et interprétée par le groupe Octobre, La Bataille de Fontenoy. Lorsqu’il glissa, timide et inquiet, à son producteur Albert Pinkévitch le nom de Prévert, Carné eut la surprise de voir celui-ci s’exclamer : «Je ne connais que lui !» Quelques jours plus tard, Carné assistait dans un cinéma à la projection privée avant présentation en soirée, du Crime de monsieur Lange, en compagnie de Jean Renoir et Jacques Prévert : immédiatement, entendant les dialogues précis, drôles, poétiques, il sut qu’il avait sonné à la bonne porte. Leur rencontre simple comme bonjour se concrétisa en une belle confiance réciproque, une amitié et une collaboration de dix ans et sept films.

D’après Marcel Carné dans son livre de souvenirs, La Vie à belles dents, c’est suite aux très mauvais articles vilipendant le scénario et les dialogues de Prévert dans Aux portes de la nuit (1946) que ce dernier décida de mettre fin à son travail, disant au réalisateur : «Tu comprends, j’en ai marre de bosser dix mois sur un scénario pour me faire engueuler en dix lignes par un con de critique !» Et non, comme il a souvent été dit, à cause d’une dispute entre les deux hommes. C’est trois ans plus tard, en 1949, que Prévert publia son premier recueil de poèmes devenu un classique et aussi un best seller : Paroles.

Ensuite, il se consacra surtout à la poésie tout en continuant à écrire un peu pour le cinéma, avec son frère Pierre, Paul Grimault, André Cayatte ou Christian-Jaque… et aussi Marcel Carné sur La Marie du Port, adapté en 1950 d’un roman de Georges Simenon : resté volontairement dans l’ombre de ses amis Louis Chavance et Georges Ribemont-Dessaignes, Prévert a supervisé les dialogues sans être crédité.

De funestes avenirs.

Survivre dans un monde hostile. On est en 1938 quand la 3ème collaboration entre Jacques Prevert et Marcel Carné voit le jour, après Jenny et Drôle de Dame. C'est dans cette période d'avant guerre que Quai de Brumes essaye, avec beaucoup de difficulté, à prendre sa place ...

Lire la suite
7
Amethyste

Le Quai des brumes est mon premier Marcel Carné mais aussi mon premier Jean Gabin, après avoir vu ce film on n'a qu'une envie explorer leur filmographie a fond . L'histoire est simple, Jean a déserté l'armée et se retrouve au Havre ou il va essayer de prendre un bateau pour ...

Lire la suite
8
Truman-

Quand Jeannot rencontre Nelly

C’est d’abord, derrière une vitre embuée, l’image du couple éternel, lui, regard un peu perdu, en képi et en capote, elle, avec son béret, son écharpe, son ciré et ses yeux. (Et l’image demeure malgré le fil très ténu du récit, le vieillissement du thème, le ...

Lire la suite
8
pphf
 
le contexte
A voir également
Affiche du film LA BANDERA
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LA TRAVERSÉE DE PARIS

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LES PORTES DE LA NUIT (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE TROU (VERSION RESTAURÉE)
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film NEUILLY SA MÈRE, SA MÈRE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film UNDER THE SILVER LAKE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DETECTIVE DEE : LA LÉGENDE DES ROIS CÉLESTES

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CONTRÔLE PARENTAL

à partir de

4.99
 
Affiche du film READY PLAYER ONE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film PRINCE DES TÉNÈBRES (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés