Bande Annonce de LE SOURIREDécouvrez la bande Annonce de LE SOURIRE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1551/fond/1551_w_500.jpg
Claude Miller
Emmanuelle SeignerJean-Pierre MarielleRichard BohringerBernard VerleyChantal BanlierChristine PascalMaïté NahyrMathilde SeignerNadia BarentinNathalie CardoneDidier BénreauJean-Paiul BonnaireNoëlla Dussart

LE SOURIRE

85 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Claude Miller.

Casting : Emmanuelle Seigner, Jean-Pierre Marielle, Richard Bohringer, Bernard Verley, Chantal Banlier, Christine Pascal, Maïté Nahyr, Mathilde Seigner, Nadia Barentin, Nathalie Cardone, Didier Bénreau, Jean-Paiul Bonnaire. Noëlla Dussart

Synopsis : Après avoir fait un infarctus, alors qu’il pense que sa vie va bientôt s’arrêter, Pierre-François, un quinquagénaire fatigué fait la rencontre d’une jeune femme qu’il se met à désirer avec une ardeur juvénile. Il tente de la séduire, mais fait assaut de maladresse. La jeune femme n’est pourtant pas étrangère à la douce ivresse de plaire. Elle est tentée par l’offre qui lui a été faite d’intégrer un groupe de strip-teaseuses qui se produisent dans le cadre forain. Pierre-François ne renonce pas à ses fins, il devient un familier de la jeune femme, qu’il accompagne un peu partout. Jusqu’à ce qu’elle cède à ses avances. Mais le désir de strip-tease ne l’a pas quittée pour autant…

Scénario : Claude Miller.
Musique : Antoine Ouvrier, Pierre Boscheron, Vincent Glenn.
Pays : France
Tags : Érotique, Vieillir n'est pas toujours marrant, Des saltimbanques, Sans vêtements.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Au sortir d’un film d’époque, L’Accompagnatrice, dans lequel Claude Miller s’est quelque peu laissé étouffer par les fastes d’une reconstitution pointilleuse, le signataire de La Meilleure Façon de marcher inaugure au mitan des années 90 sinon une nouvelle façon de filmer, du moins un cinéma plus libre, plus poétique, plus onirique, en un mot plus risqué.

Avant La Classe de neige, étouffante plongée dans les méandres d’un esprit malade, avant La Chambre des magiciennes, qui se déroule en majeure partie dans une chambre d’hôpital, Le Sourire nous invite à abandonner tout esprit cartésien pour partager les affres d’un quinquagénaire malade guetté par un infarctus qui pourrait bien se révéler fatal. Alors, avant de quitter ce bas monde, il aimerait bien connaître une dernière fois l’amour. Obsédé par les formes alléchantes d’une jeune inconnue rencontrée dans un train, il se met en tête de la conquérir, quitte à s’y prendre comme un manche car le temps presse. Claude Miller n’y va pas par quatre chemins, et il n’hésite pas à faire montre d’une verdeur qui ne lui est pas coutumière pour parler de ce qui se trame entre deux êtres glissés dans un même lit, insistant sur l’attrait inextinguible exercé par ce qui est du corps féminin le plus bel apanage, comme disait Brassens. Même s’il use en l’occurrence d’un vocabulaire moins châtié que celui que l’auteur du Blason se plaisait à faire entrer dans ses chansons. Personne n’a oublié ce cri du cœur d’Emmanuelle Seigner, alias la douce Odile, décrivant l’évident dessein de notre quinquagénaire en rut, quand elle dit : « Il veut me bourrer, me niquer, défoncer ma barquette. ». Une métaphore nautique qui, n’en doutons pas, saura faire sourire tous ceux qui ne sont pas rétifs aux appas féminins.

Nous aurions pourtant tort d’y voir une espèce de gaudriole à l’intention des moins délicats. Parce que derrière les aspects rabelaisiens de cette fable que n’auraient désavoué ni Bertrand Blier ni Jean-Claude Brisseau (sans doute pour des raisons différentes) se cache une douleur diffuse sur la difficulté d’aimer et sur la fragilité de la vie quand Eros et Thanatos se mettent en tête de se lancer dans une ronde infernale.

Depuis son premier long métrage, La Meilleure Façon de marcher, Claude Miller n’a eu de cesse de parler de l’indicible, de ces pulsions qui nous animent et dont nous nous gardons bien d’en avouer l’emprise. Obsédé sentimental, il nous offre au fil des années, de film en film, de partager les émois de personnages plus grands que nature et dont les irrésistibles passions provoquent les remous les plus divers, flirtant plus souvent qu’à leur tour avec le drame.

Le Sourire est sans doute à part dans son œuvre tant la verdeur dont il fait montre lui fait aborder des rivages nouveaux, du moins sur le plan formel ou sur celui de la langue. Mais force est de reconnaître que le thème du film ne dépayse pas vraiment pour qui est attaché à l’œuvre millérienne, qui n’a de cesse d’explorer les recoins les moins éclairés de l’âme humaine, ces fameux « escaliers de service » dont le cinéaste vante la cinématographie. Et où bien entendu la libido des personnages tient une place privilégiée. La description presque clinique des strip-teases forains, la fascination d’Odile pour ces lieux d’abattage où le corps féminin ne vaut que par le regard des hommes, sont assez dérangeants. Et Miller de nous mettre en face de nos démons, même si en l’occurrence ceux-ci se libèrent sans difficulté au vu du doux sourire et de l’impeccable plastique d’Emmanuelle Seigner.
C’est d’ailleurs la seule apparition de l’actuelle épouse de Roman Polanski dans un film de Claude Miller. Ce qui n’est pas le cas de sa jeune sœur, Mathilde, qui apparaît ici dans l’un de ses premiers rôles, celui d’une strip-teaseuse au déhanchement suggestif. Nous la retrouverons en effet six ans plus tard dans La Chambre des magiciennes, avant que Betty Fisher et autres histoires ne mette en avant sa gouaille populaire.

Jean-Pierre Marielle fera également une seconde apparition dans le cinéma de Miller, sous les traits d’un vieux sage, témoin des désordres (amoureux) du monde dans La Petite Lili. Mais pour l’heure, et sous les traits de Pierre-François Le Clainche, il porte Le Sourire sur ses épaules avec une belle santé. Entre désespoir et truculence, il apporte de nouvelles nuances à ce personnage de grande gueule haute en couleurs qui de Calmos à Que la fête commence en passant par Les Galettes de Pont-Aven tient une place à part dans notre imaginaire.

A voir également
Affiche du film ILS SE MARIÈRENT ET EURENT BEAUCOUP D ENFANTS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE DIABLE PAR LA QUEUE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA PETITE LILI

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film NATASHA
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés