LE VILAIN

À partir de 2.99 €
Parce que le quatrième film réalisé par Albert Dupontel (avec lui-même comme d’habitude, plus Catherine Frot, Nicolas Marié bien sûr, et la tortue Pénélope) est aussi fulgurant que les précédents avec cette touche de gravité qui marque les beaux films.
Comédie - 2009 - France - 86 MIN - VF - Tous publics
Un braqueur de banques revient se cacher chez sa mère Maniette, qu'il n'a pas revue depuis vingt ans. Elle est naïve et bigote, c'est la planque parfaite. Jusqu'au jour où celle-ci découvre la vraie nature de son fils et décide de le remettre dans le " droit chemin ".... quitte à utiliser des méthodes peu orthodoxes !

Réalisé par

6.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Mathilde Lorit
Mathilde Lorit
CHRONIQUEUR

Après la quête d’identité dans Bernie, l’impuissance créatrice dans Le Créateur, et les SDF dans Enfermés Dehors, Albert Dupontel, pour son quatrième long métrage, s’attache aux rapports parents/enfants.

Dédié à son propre père, Le Vilain est probablement le film le moins trash de sa production, marqué par un esprit burlesque et bon enfant. Une grande partie de l’histoire se déroule en huis clos, opposant le fameux Vilain, bandit irrécupérable, à sa vieille maman, un modèle de naïveté et de bigoterie. Quoi que… En découvrant les trésors de méchanceté que cache son fils, cette dernière ne sera pas la moins maligne pour tenter de le remettre sur le droit chemin !

L’une des idées géniales du film tient évidemment au choix de Catherine Frot pour interpréter cette femme de 72 ans. Albert Dupontel avait déjà eu l’occasion de lui donner la réplique dans Odette Toulemonde d’Eric-Emmanuel Schmidt, et il était persuadé, dès l’écriture du Vilain, que son mélange d’humanité et de folie douce colleraient parfaitement à la fantaisie du rôle. Effectivement irrésistible, et très crédible sous son maquillage de petite mamie, Catherine Frot avoue s’être inspirée d’Helen Mirren dans The Queen et de sa propre grand-mère pour construire ce personnage extrêmement attachant.

Albert Dupontel s’est lui offert le rôle du sale gosse, rappelant à quel point il reste attaché au monde de l’enfance : la découverte de la cachette du Vilain, dont le mécanisme est resté intact depuis vingt ans, est l’un des grands moments d’un film riche en inventions potaches.

Albert Dupontel signe peut-être son premier film tout public, mais il n’a rien perdu de son mauvais esprit. La preuve, tout de suite !

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Catherine Frot

Albert Dupontel

LE CRIME EST NOTRE AFFAIRE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité