LE VOLEUR

1967
116 mn
Parce que le film est aussi sur les fils de famille, comme Louis Malle, comme Belmondo
Disponible à la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés

Georges Randal, un jeune bourgeois orphelin, ruiné par l’oncle qui l’avait élevé est amoureux de sa cousine Charlotte. De retour du service militaire, il découvre que celle-ci va se fiancer à un autre. Invité à la réception, Randal entamera sa carrière de voleur en subtilisant les bijoux de la belle-mère qui, ruinée, annulera tout projet de mariage. Devenu voleur par dépit...

Disponible à la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Comédie
France|Italie
Tous publics
VF - HD
1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

C’est après le tournage de Viva Maria ! que Louis Malle (33 ans) rencontra Jean-Paul Belmondo (32 ans) pour un projet de biographie romancée du boxeur Marcel Cerdan, assez vite abandonnée. C’est en faisant ainsi la connaissance de celui qui venait de tourner Pierrot le fou et Les Tribulations d’un Chinois en Chine qu’il pensa au Voleur, l’épais roman que Georges Darien, journaliste, dramaturge et écrivain français proche du mouvement anarchiste, avait fait paraître en 1897.

En fait, Louis Malle avait déjà tenté, en vain et en compagnie de Jean-Claude Carrière, d’en rédiger une première adaptation. Cette fois, c’est la personnalité de Belmondo qui le décida à s’y intéresser de nouveau : « Je ne pouvais m’empêcher de penser, expliqua-t-il, qu’il était un fils de famille comme [le héros du livre] ou comme moi. »

Malle et Carrière, bientôt rejoints par Daniel Boulanger pour les dialogues, se remirent donc au travail et, rapidement cette fois, adaptèrent pour l’écran l’histoire de Georges Randal (Belmondo), un jeune bourgeois orphelin, ruiné par l’oncle qui l’avait élevé et amoureux de sa cousine Charlotte (Geneviève Bujold). Découvrant que celle-ci va se fiancer à un autre, il entamera sa carrière de voleur en subtilisant les bijoux de la belle-mère qui, ruinée, annulera tout projet de mariage. Devenu voleur par dépit, il le restera par vocation.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver LA BANDE À BONNOT (1968) (Anarchistes antibourgeois, la bande qui entoure Jules Bonnot braque et tue. Le commissaire Jouin se lance à sa poursuite...) ou encore LE CASSE (1971) (Inspiré par The Burglar [Le Voleur] de David Goodis, Le Casse donne à Belmondo l’occasion de jouer un tout autre voleur.).

FilmoTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné