LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE

À partir de 7.99 €
Politique / Histoire - 1954 - Etats-Unis d'Amérique - VF - Tous publics
Décidé à ramener la paix en Angleterre, le roi Arthur s’allie avec Lancelot, un loyal chevalier. Mais Mordret un des chefs de clan soumis à Arthur est jaloux. Il complote avec sa complice Morgane, demi-sœur d’Arthur, en souhaitant utiliser les sentiments que Lancelot et Guenièvre, la jeune épouse du roi, éprouvent l’un pour l’autre. Les deux jeunes gens résistent à leur passion. Lancelot choisit même de se marier. Mais Hélène sa femme meurt en couche. Et au retour d’une campagne guerrière dans le Nord, il finit par se faire piéger (avec Guenièvre) par Mordret. Le roi Arthur doit réagir face au scandale.

Réalisé par

6.4 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

Richard Thorpe, qui s’était fait la réputation de finir chaque journée en avance sur le plan de travail, a beaucoup tourné depuis ses débuts à l’époque du muet, avant de trouver sa meilleure inspiration dans le film d’aventures historiques à la Métro-Goldwyn-Mayer au début des années 50. C’est ainsi qu’avant Les Chevaliers de la table ronde en 1953, il a filmé pour ce studio les excellents Ivanhoe et Le Prisonnier de Zenda. Suivra encore Quentin Durward avant que notre homme se recycle. Notamment dans la comédie musicale avec Elvis Presley : Le Rock du bagne en 1957.

Pour incarner Lancelot, Thorpe a fait appel à Robert Taylor qui avait déjà été son Ivanhoe. Grâce à son physique avantageux, Taylor a longtemps joué les jeunes premiers romantiques comme dans Le Roman de Marguerite Gauthier avec Greta Garbo en 1937. Mais avec l’âge, il a aimé les contre-emplois et a offert quelques unes de ses meilleurs compositions en incarnant des personnages blessés : l’Indien de la Porte du Diable, le fou sanguinaire de La Dernière Chasse ou encore l’avocat infirme de Traquenard de Nicholas Ray en 1958.

Pour jouer la reine Guenièvre la bonne idée est d’avoir fait appel à Ava Gardner. Sa beauté sculpturale lui donnait un port de déesse, alors que son regard et ses attitudes suggérait sa vulnérabilité. Elle venait alors d’interpréter Pandora dans le film d’Albert Lewin et devait enchaîner avec une de ses plus émouvantes interprétations : Maria Vargas dans La Comtesse aux pieds nus de Mankiewicz. Opposée dans le film de Thorpe à Ann Crawford  blonde et cruelle dans le rôle de Morgane, Ava Gardner a livré une composition si puissante qu’elle a durablement imposé qu’à l’écran Guenièvre soit jouée par une brune.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Richard Thorpe

QUENTIN DURWARD

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS