MACBETH

Bientôt disponible
Drame - 2015 - Etats-Unis | France - 113 MIN - Tous publics
11ème siècle : Ecosse. Macbeth, chef des armées, sort victorieux de la guerre qui fait rage dans tout le pays. Sur son chemin, trois sorcières lui prédisent qu’il deviendra roi. Comme envoûtés par la prophétie, Macbeth et son épouse montent alors un plan machiavélique pour régner sur le trône, jusqu’à en perdre la raison.

Réalisé par

6.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Mathilde Lorit
Mathilde Lorit
CHRONIQUEUR

Macbeth n’est que le deuxième long métrage de l’Australien Justin Kurzel après des débuts très remarqués avec Les crimes de Snowtown : un premier film à la violence brute et à la maîtrise évidente. Guidée par un point de vue moderne et une mise en scène très stylisée, son adaptation du classique de Shakespeare lui a valu une sélection officielle au festival de Cannes en 2015.

Justin Kurzel met en avant deux éléments-clé dans son approche du texte : préserver la langue de Shakespeare en tournant le film en vers, et privilégier réalisme et authenticité en filmant en Ecosse. Comme le raconte l’une des productrices du film, "Justin tenait à créer un monde parfaitement crédible et cohérent, et il en parlait d’ailleurs comme d’un univers de western. L’aridité du monde de Macbeth fait du paysage un personnage à part entière et, du coup, il était essentiel de tourner au coeur de ce paysage". Le tournage, en plein hiver et en décors extérieurs, s’est du coup révélé exigeant pour l’équipe du film et pour ses comédiens, confrontés à des conditions climatiques difficiles.

Egalement sensible à la richesse psychologique de la pièce de Shakespeare, Justin Kurzel réunit deux acteurs puissants à l’écran : Michael Fassbender, pour incarner le fameux guerrier régicide, et Marion Cotillard, alias Lady Macbeth, qui relève un nouveau défi avec ce rôle mythique mais exigeant : "je ne pouvais pas laisser passer la chance d’interpréter ce personnage en anglais", expliquait-elle au moment de la sortie de Macbeth. "Nous avons tous travaillé la langue avec Neil Swain qui, bien plus qu’un répétiteur, est surtout un spécialiste de Shakespeare. Avec lui, nous nous sommes immergés dans l’univers shakespearien, il ne s’agissait pas seulement de trouver le bon accent, le rythme et l’énergie nécessaires". 

Tags

Contexte

Michael Fassbender

Une autre preuve de la modernité de Shakespeare.

Justin Kurzel

La version d'Orson Welles en 1948 a marqué les mémoires.

SHAME

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité