LES YEUX SANS VISAGE

À partir de 2.00 €
Parce que le film de Franju engendrera plein de descendants, de Carpenter à Almodovar
Fantastique / Horreur - 1960 - France | Italie - 85 MIN - VF - interdit aux moins de 16 ans
Après avoir causé un très grave accident de voiture dont sa fille a été la victime, un chirurgien esthétique cherche à lui reconstituer un visage. Dans un laboratoire secret, secondé par une assistante qui est aussi son âme damnée, il attire des jeunes filles pour leur voler leur visage et en reconstituer un à sa fille. Laquelle porte en permanence un masque blanc pour cacher son horrible infirmité. Mais perdre son visage n'est-ce pas aussi un peu perdre son âme?

Réalisé par

7.4 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

En 1960 sort Les yeux sans visage film effrayant de George Franju avec Pierre Brasseur dans le rôle d’un savant fou… de douleur. Le film s’aventure dans les domaines encore peu explorés de la chirurgie esthétique qui fascine les magazines féminins.

L’étrange Edith Scob incarne, c’est le cas de le dire, la fille de l’étrange docteur et c’est un rôle qui, bien qu'elle le joue avec un masque, la poursuivra toute sa vie et parce qu’il marquera durablement les esprits. Alida Valli et Juliette Mayniel sont aussi du voyage ainsi d’ailleurs que le tout jeune Brasseur, Claude, fils de Pierre.

C’est le second film de Georges Franju et c’est tout simplement une œuvre essentielle.

FILMOTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Le premier grand film d'horreur basé sur la naissance d'une créature composée d'éléments humains greffés. Un grand moment d'expressionnisme et de violence tragique et désespérée. Le roman de Mary Shelley dont il est inspiré mettait plutôt l'accent sur la disgrâce de la créature, qui, faute d'amour, devenait un monstre de frustration et de violence.

Georges Franju

L'enfant perverti du film de Franju. Outre l'artifice du masque qui cette fois-ci dissimule le masque du démon et non de la victime, Carpenter a créé un terrible suspense sur la violation de l'intimité et la mutilation de la jeunesse. Un film qui à son tour, a généré un véritable genre, le slasher, décliné depuis à l'infini.

JUDEX DE GEORGES FRANJU (1963)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité