AU NOM DE LA TERRE

À partir de 2.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Edouard Bergeon passe par le biais de la fiction pour rendre hommage au combat de son père, un agriculteur aux prises avec la crise du monde agricole
Drame - 2019 - France - 99 MIN - VF - HD - Tous publics
À 25 ans, Pierre reprend la ferme familiale avec enthousiasme. Il investit et l'agrandit. Mais les dettes s'accumulent et Pierre est incapable de redresser son exploitation malgré un travail acharné. Débute alors une longue descente aux enfers pour ce père de deux enfants, en dépit du soutien de sa famille...
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

Pierre a 25 ans quand il rentre des Etats-Unis pour retrouver Claire sa fiancée et reprendre la ferme familiale en France.  Vingt ans plus tard, Pierre a succédé à son père et notablement agrandi l’exploitation. C’est le temps de l’abondance mais déjà les dettes s’accumulent et les ennuis commencent pour l’agriculteur dépassé par ses propres investissements. C’est son avenir même qui est en jeu.

Avec Au nom de la terre, le reporter et documentariste Edouard Bergeon signait son premier de fiction pour le cinéma. « Le film est tiré de mon vécu » a-t-il d’emblée déclaré. Il est le descendant d’une longue lignée de paysans du côté maternel et paternel. Fils et petit-fils de paysans, c’est en fait l’histoire de son propre père Christian qu’il a voulu raconter à travers cette saga familiale. Soit l’évolution du monde agricole français sur une quarantaine d’années, depuis le productivisme à outrance jusqu’à sa remise en cause récente. 

Outre cette dimension très personnelle, le film tire également ses origines une rencontre entre le cinéaste et son futur producteur, Christophe Rossignon. Ce dernier, fils et frère d’agriculteurs du Nord de la France, s’est retrouvé dans ce projet. Et c’est donc ensemble qu’ils ont souhaité élaborer une fiction très documentée, reflet pour le moins fidèle de réalités agricoles dramatiques souvent méconnues. Ainsi est né Au nom de la terre.

Réalisé par

6.9 / 10

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Je Règle Mon Pas Sur Le Pas de Mon Père

Avec ce dernier volet d'une trilogie consacré au monde paysan, Raymond Depardon aborde la douloureuse question de la transmission des exploitations agricoles qui est au centre du film d'Edouard Bergeon

Edouard Bergeon

Le film que Jean Dréville réalisa en 1945 se déroule lui aussi dans un monde paysan confronté au conflit des générations

GUILLAUME CANET