Bande Annonce de BUFFET FROIDDécouvrez la bande Annonce de BUFFET FROID sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2683/fond/2683_w_500.jpg
Bertrand Blier
Bernard BlierGeneviève PageGérard DepardieuJean CarmetLiliane RovèreBernard CrommbeyCarole BouquetDenise GenceJean RougerieMichel SerraultJean BenguiguiMarco PerrinMichel Fortin

BUFFET FROID

89 mn

Note de SensCritique :

7.6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Bertrand Blier.

Casting : Bernard Blier, Geneviève Page, Gérard Depardieu, Jean Carmet, Liliane Rovère, Bernard Crommbey, Carole Bouquet, Denise Gence, Jean Rougerie, Michel Serrault, Jean Benguigui, Marco Perrin. Michel Fortin

Synopsis : Dans la station RER de La Défense, Alphonse Tram, chômeur en proie à des cauchemars, discute avec un comptable qu’il retrouve, un peu plus tard, allongé dans un couloir, un couteau dans le ventre. Le couteau n’est autre que celui d’Alphonse, qu’il récupère avant de réintégrer la tour vide où il habite avec sa femme. Il fait la connaissance d’un nouveau locataire, l’Inspecteur Morvandieu. Lorsque Madame Tram ne rentre pas, un soir, Alphonse prévient son nouvel ami, qui fait appel aux forces de police, et l'épouse est retrouvée, étranglée dans un terrain vague. L’assassin de cette dernière se présente au domicile d’Alphonse, qui l’accueille à bras ouverts. L’étrange trio, ainsi formé, semble, désormais, inséparable…

Scénario : Bertrand Blier.
Musique : Johannes Brahms.
Pays : France
Tags : Comédie, Etrange !, Ne cherchez pas à comprendre !, Tueurs fous, Autour de Bertrand Blier, Moins de 90 minutes, Passionnant mais dérangeant, Drôles d'habitations.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

En 1979, le cinquième long métrage de fiction de Bertrand Blier fit figure de petite bombe dans le paysage lisse du cinéma français. Comédie très noire, follement drôle et totalement absurde, Buffet froid ne ressemble, à l’époque, à rien de connu en la matière, et c’est tant mieux !
L’histoire, parfaitement irracontable, est celle d’Alphonse Tram (Gérard Depardieu), chômeur insomniaque adepte du couteau, qui vit dans une tour déserte du quartier de La Défense. Il rencontre l’inspecteur Morvandieu (Bernard Blier), nouveau locataire dont l’aide lui est précieuse lorsque sa femme disparaît : ensemble, ils la retrouvent dans un terrain vague, étranglée par un petit homme craintif (Jean Carmet) qui ne tarde pas à sonner au domicile d’Alphonse… Je vous présente l’assassin de ma femme, dit ce dernier à Morvandieu, «Très heureux !», répond celui-ci en débouchant une bouteille de rouge… Tous les rapports de ces bonshommes peu recommandables sont inattendus, dépourvus d’affect et à mourir de rire.
Le chômeur, le flic et l’assassin sont les trois entités phares d’une humanité déshumanisée, représentée aussi par quelques quidams (un comptable, une veuve, un médecin…), ainsi que pas mal de tueurs, et des flics – beaucoup de flics. Alphonse et ses compagnons n’ont ni raison ni excuse pour tout ce qu’ils disent et font, et ce qui les lie entre eux tient plus du hasard que de l’amitié.
L’univers urbain est glaçant : le film a été tourné dans les rues vides de Créteil et dans le quartier de la Défense, alors en fin de construction. On n’avait jamais vu à l’écran, et pour cause, ce nouvel univers aux confins de Paris, station de RER aux sièges rouges et à la lumière blafarde, parvis à motifs géométriques et tours gigantesques qui semblent préfigurer un avenir de science fiction… Lorsqu’ils quitteront la jungle des villes pour un séjour à la campagne, la verdure et les oiseaux ne changeront rien à l’humeur macabre des trois protagonistes, ni à leur destin…
La clé du film, si clé il y a, est à chercher dans la phrase qu'Alphonse hurle au début au comptable interprété par Michel Serrault : «Puisque j’vous dis qu’c’est un cauchemar !»

Des dialogues inoubliables : «Un coupable est beaucoup moins dangereux en liberté qu’en prison – Pourquoi ? – Parce qu’en prison, il contamine les innocents !» ; «Mon mari m’a prévenue : ils me descendent et ils montent» ; «J’ai jamais vu un coin aussi humide. Le soir, quand j’me couche, les draps sont humides. Le matin, quand j’me réveille, j’peux plus arquer, j’suis qu’une douleur. J’suis moisi !»…
Des situations qui s’enchainent sans autre logique que celle du rêve ou du cauchemar. Des décors inédits, une image superbement composée, magnifiée par la lumière du chef opérateur Jean Penzer, et un montage au cordeau signé Claudine Merlin. Des personnages tonitruants interprétés par des acteurs dans une forme olympique, jusqu’aux petits rôles tenus par Michel Serrault, Liliane Rovère, Geneviève Page, Denise Gence, Jean Benguigui ou Carole Bouquet… Gérard Depardieu, grand habitué de l’univers de Bertrand Blier depuis Les Valseuses, retrouve ici Bernard Blier, père du réalisateur, qui l’avait rencontré à ses débuts dans Le Cri du Cormoran le soir au dessus des Jonques (de Michel Audiard, 1970) et l’avait ensuite dirigé au théâtre avant de le retrouver dans Le Tueur de Denys de la Patellière (1972).
Si les rapports des deux comédiens ont été compliqués sur le tournage, qui s’est soldé par une brouille assez longue, cela ne se ressent en rien à l’écran. Il y a entre eux une connivence gourmande qui fait plaisir à voir. Le génie de Bertrand Blier, sa musicalité, sa différence et son humour si particulier, fonctionnent ici à plein régime, mais Buffet froid, avec 770 000 entrées de l’époque (qui, aujourd’hui, feraient figure de succès), fut considéré comme un échec. Il n’empêche que le film est resté dans la mémoire de ceux qui l’ont vu, et fut redécouvert au fil des ans et des diffusions télévisées, puis des sorties en cassette et DVD. Il existe un club des adorateurs de Buffet froid, et il compte un très très grand nombre de membres ! 

Critique froide pour film chaud

Bonjour. Comme on dit, la politesse avant tout. Si vous êtes à la recherche de la critique parfaite, passez votre chemin. Vous avez bien remarqué que je n’ai même pas su comment ouvrir ma critique… mon texte… mon billet… Je ne sais pas, appelez cela comme vous le ...

Lire la suite
10
TheBadBreaker

Esprits simples dans un décor malsain

Dans le musée monumental de l’histoire du cinéma, Buffet Froid a droit à sa place, voire sa propre salle. Par sa singularité de ton, sa plastique irréprochable et son expérience de l’absurde, ce film est indispensable. Le récit, profondément déconcertant, procède ...

Lire la suite
9
Sergent Pepper

Y en aura pour tout le monde

Buffet froid est un crachat à la gueule du cinéma français.Un crachat à la gueule de la narration. Une œuvre absurde extrêmement drôle à force de noirceur. Les dialogues se boivent comme du petit lait empoisonné à l'arsenic. Le trio d'acteur principaux composés de ...

Lire la suite
9
Samu-L
le contexte
A voir également
Affiche du film LE GRAND BLOND AVEC UNE CHAUSSURE NOIRE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE SUCRE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE BRUIT DES GLAÇONS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TOURISTES

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés