Bande Annonce de J'AI ÉPOUSÉ UNE OMBREDécouvrez la bande Annonce de J'AI ÉPOUSÉ UNE OMBRE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/3988/fond/3988_w_500.jpg
Robin Davis
Francis HusterGuy TréjanMadeleine RobinsonNathalie BayeRichard BohringerAndré TorentHumbert BalsanMaurice JacquemontVéronique GenestVictoria AbrilArlette GilbertMarcel RocheSolenn Jarniou

J'AI ÉPOUSÉ UNE OMBRE

104 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Robin Davis.

Casting : Francis Huster, Guy Tréjan, Madeleine Robinson, Nathalie Baye, Richard Bohringer, André Torent, Humbert Balsan, Maurice Jacquemont, Véronique Genest, Victoria Abril, Arlette Gilbert, Marcel Roche. Solenn Jarniou

Synopsis : Hélène a été larguée par son copain, Frank, alors qu’elle était enceinte de lui. Elle décide de prendre le large et monte dans un train qui va vers le Bordelais. Pendant le voyage, elle fait connaissance d’un couple sur le point de se marier, Bertrand et Patricia. Cette dernière est enceinte. Le train déraille, il y a de nombreuses victimes, dont Bertrand et Patricia. Hélène est rescapée. Lui vient alors l’idée de se faire passer pour Patricia auprès des parents de Bertrand, de riches viticulteurs. Ceux-ci l’adoptent volontiers. Mais Frank a eu vent de la bonne fortune de son ex…

Scénario : Patrick Laurent.
Musique : Philippe Sarde.
Pays : France
Tags : Policier / Suspense, Trains, Bizarre Bizarre, Des couples dans tous leurs états, Drame.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

J’ai épousé une ombre raconte l’histoire d’une femme que son compagnon vient de lâcher alors qu’elle est enceinte jusqu’aux dents. Son désarroi est total quand le destin lui donne un coup de pouce. Elle réchappe en effet à un accident de train. Un coup du sort qui se révèle une aubaine puisque tout le monde pense qu’elle est la fiancée de l’une des victimes de l’accident. C’est ainsi qu’elle se retrouve adoptée par une riche famille. Qui la couve plus que de raison. Jusqu’au jour où son ancien compagnon réapparaît… Rien à redire : l’argument est en béton armé. Il faut dire que le film de Robin Davis est l’adaptation d’un livre signé par un maître du roman noir, William Irish.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que I married a dead man est porté à l’écran. En 1950, Mitchell Leisen, qui jusque là signait plutôt des comédies sophistiquées, avait réalisé un très solide No man of her own, traduit (très librement) en français par Chaines du destin. Et c’est Barbara Stanwyck, une figure emblématique du film noir (c’est elle qui manipule le pauvre Fred McMurray dans Assurance sur la mort, de Billy Wilder) qui incarne le double personnage de Helen et Patricia. Ce que fait à son tour Nathalie Baye dans le film que vous allez voir. En 1996, une nouvelle version verra le jour, signée Richard Benjamin : Mrs. Winterbourne, le personnage central étant interprété par la peu connue Ricki Lake. Mais c’est Shirley McLaine qui incarne sa belle-mère d’adoption, le rôle que tient Madeleine Robinson chez Robin Davis.

Au petit jeu des comparaisons, et bien que William Irish soit américain, le film français n’a pas à rougir. Pas plus que Le dernier tournant, première adaptation du Facteur sonne toujours deux fois (avec Michel Simon dans le rôle du mari cocu puis occis par les amants criminels) n’a à le faire comparé à la version de Tay Garnett avec Lana Turner. Coincée entre deux hommes, le premier qui lui veut du bien mais à qui elle ment, le second qui la fait chanter, Nathalie Baye livre en tous cas une prestation mémorable.

Mais qui était William Irish ? Tout simplement l’un des maîtres du roman noir, avec Chandler, Hammett, James Cain ou Goodis. Si son premier roman, Chef d'accusation, publié en 1935, est influencé par l'œuvre de Francis Scott Fitzgerald, il se dirige assez vite vers d’autres horizons. Il est tout d’bord embauché par Hollywood, ce qui constitue d’une certaine manière la norme à ce moment-là pour ceux qui possèdent un petit talent de plume. Mais c’est à ses propres romans qu’il a réellement envie de donner son énergie, son temps, son talent. Après avoir signé des centaines de nouvelles sous des noms divers, il publie enfin, en 1940, La mariée était en noir. Il mourra 28 ans plus tard, alcoolique, dépressif et amputé d’une jambe. Mais en laissant derrière lui une œuvre.

Une œuvre qu’Hollywood s’est empressé de porter à l’écran. On compte une bonne trentaine de films directement adaptés de ses romans. Parmi lesquels L'Homme-léopard, de Jacques Tourneur, Les Mains qui tuent, de Robert Siodmak, Les Yeux de la nuit, de John Farrow, ou encore l’épatant Une incroyable histoire, un film de Ted Tetzlaff qui met aux prises un enfant avec un voisin assassin qui cherche à le faire taire depuis qu’il sait que le gamin est témoin du meurtre dont il est coupable. Mais bien entendu c’est Fenêtre sur cour, l’un des plus grands chefs d’œuvre d’Hitchcock, que l’on porte en premier lieu au crédit de l’écrivain. En admirateur du maître du suspense, François Truffaut ne pouvait pas ne pas s’intéresser à son tour à William Irish. Il a adapté non pas un seul mais deux de ses livres, à une année d’intervalle. La critique penche en général plutôt pour le premier, La mariée était en noir que pour le second, La Sirène du Mississippi. Mais il n’est pas interdit d’aimer les deux. Ni de remarquer que la trame tourne une nouvelle fois autour d’une usurpation d’identité.

Le signataire de J’ai épousé une ombre, Robin Davis compte quant à lui plusieurs points d’inflexion dans sa carrière. Disons pour faire vite que celle-ci a connu trois phases. La première est celle de l’assistanat. Notre homme épaule notamment Georges Lautner, entre 1967 (Fleur d’oseille) et 1974 (Les Seins de glace). La troisième est celle de la télévision, à partir des années 90. Mais c’est bien sa carrière cinématographique, lovée entre les deux précédentes, qui nous intéresse en premier lieu. Robin Davis réalise six films entre 1974 et 1989, avec un bonheur inégal. Son premier film, Ce cher Victor, vaut pour le cruel face à face que se livrent deux vieillards, interprétés par Bernard Blier et Jacques Dufilho. Le film suivant lui permet d’acquérir une stature nouvelle : La Guerre des polices connait un vrai succès en salle, c’est d’ailleurs l’un des très bons polars de la période. Puis vient Le Choc, qui met en scène Alain Delon et Catherine Deneuve et dont il n’est pas interdit de penser qu’il n’était pas indispensable de le faire. Les deux derniers films, qui suivent J’ai épousé une ombre, Hors-la-loi et La Fille des collines se sont peut-être pas sans maladresses, mais ils marquent de toute évidence un renouveau de son inspiration. Dommage qu’ils aient également sifflé la fin de la récréation…

le contexte
A voir également
Affiche du film LES UNS ET LES AUTRES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TOUT ÇA... POUR ÇA ! (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BORSALINO & CO.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TRANCE
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés