Bande Annonce de LE BRUIT DES GLAÇONSDécouvrez la bande Annonce de LE BRUIT DES GLAÇONS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2317/fond/2317_w_500.jpg
Bertrand Blier
Albert DupontelAnne AlvaroAudrey DanaJean DujardinMyriam BoyerChrista ThéretEmile BerlingEric PratFarida RahouadiGenviève MnichAvy MarcianoBaptiste RoussillonLaurent Desponds

LE BRUIT DES GLAÇONS

84 mn

Note de SensCritique :

5.8 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Bertrand Blier.

Casting : Albert Dupontel, Anne Alvaro, Audrey Dana, Jean Dujardin, Myriam Boyer, Christa Théret, Emile Berling, Eric Prat, Farida Rahouadi, Genviève Mnich, Avy Marciano, Baptiste Roussillon. Laurent Desponds

Synopsis : Dans sa bastide des Cévennes, l’ancien Prix Goncourt Charles Faulque a sombré dans l’alcool. Depuis que l’inspiration l’a fui et que Carole sa femme l’a quitté avec leur fils Stanislas, il se réfugie dans le vin blanc. Louisa sa domestique qui est secrètement éprise de lui, veille sur son quotidien. Mais un jour, Charles reçoit la visite de son… cancer. Il n’a plus que trois mois à vivre. Au début, il tente de chasser l’intrus. Mais son cancer s’incruste et bientôt Charles se fait une raison. Ensemble, ils vont partager ses derniers moments.

Scénario : Bertrand Blier.
Musique : Pascal Dusapin.
Pays : France
Tags : Drame, The winner is, Avec un cancer, La France à huis clos, Sofilm Summercamp Festival 2016, A boire, Duos masculins, Je me fais vieux, Comédies à la française, Autour de Bertrand Blier, Films de duos.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Comme toujours Bertrand Blier est à la fois le réalisateur et le scénariste de son film. L’idée du Bruit des glaçons, sorti fin août 2010, remonte une vingtaine d’années en arrière. Au jour où Blier a croisé un homme qui lui paraissait avoir (je cite) "une tête de cancer". Sans vraiment songer à en faire un film, le cinéaste en avait parlé un peu autour de lui. Jusqu’à ce qu’il décide d’en tirer une nouvelle d’une quarantaine de pages à partir de laquelle il a ensuite écrit son scénario. Pour Les Valseuses, son grand succès de 1974, il avait carrément publié le roman avant de réussir à en faire un film.

Malgré la notoriété de ces Valseuses, de Buffet froid, de Trop belle pour toi et de quelques autres titres, Bertrand Blier n’avait plus tellement la côte auprès des financiers avant Le Bruit des glaçons. "J’étais un monument décati du cinéma français", ironise-t-il. "J’avais écrit sans succès des scénarios, une pièce et j’avais beaucoup réfléchi au cinéma. J’ai constaté que les plans sublimes, la belle lumière, ça n’intéressait plus grand monde. J’en suis arrivé à la conclusion qu’il fallait faire des films, non pas à la va comme j’te pousse, mais d’une manière sans doute moins ambitieuse et moins esthétique. Finis, les grands travellings latéraux du cinéma de Resnais. Pour Le Bruit des glaçons tout a été fait à la steadycam". Ce qui a été unanimement salué comme un plus pour le film, ce système de harnais pour promener la caméra assurant une fluidité et un naturel qui convenaient bien à l’histoire.

La première scène montrant Albert Dupontel de dos marchant à grandes enjambées dans la campagne a fait forte impression. Blier a expliqué qu’en la tournant il avait pensé à l’univers cauchemardesque de David Lynch.

Dans ses castings, Bertrand Blier aime mélanger acteurs fidèles et nouveaux venus. Ainsi, il avait déjà dirigé deux fois Myriam Boyer (dans Trop Belle pour toi et Un, deux, trois soleil) et Albert Dupontel avait joué dans Les Acteurs le rôle de l’assassin de Belmondo. C’est la première fois que Blier dirigeait Anne Alvaro, mais il lui avait précédemment proposé deux scénarios qui ne s’étaient pas tournés. Quant à Jean Dujardin, il l’a convaincu en lui donnant à lire une vingtaine de pages. La star d’OSS 117 et de 99 francs s’est d’emblée sentie en phase avec le cinéaste et a confié avoir bien apprécié l’ambiance décontractée sur le plateau, dans les Cévennes, en équipe réduite. Ce qu’Anne Alvaro explicite de manière très concrète quand elle raconte : « Sur ce tournage, on a bien mangé, on a bien bu et j’ai découvert les vertus du citrate de bétaïne. »

Plus sérieusement, Blier explique que dans ce film comme dans les précédents, il a adopté le point de vue du cancre, celui qui ne comprend rien. En l’occurrence un écrivain alcoolique. Et d’ajouter : « Je n’ai jamais fait de film sérieux, et c’est pas demain la veille, vous pouvez me faire confiance… Mais il y a toujours quand même, cette petite envie de pleurer qui ne me quitte pas. C’est, sans doute, l’enfant que je suis resté qui fait des grosses bêtises et qui a peur d’être découvert. » Point de vue que complète Dujardin quand il explique son personnage comme une projection fantasmatique de son réalisateur : « Je sens chez Bertrand, comme chez beaucoup d’artistes, une angoisse très forte devant la mort. D’où le besoin de faire un gros doigt à la faucheuse. »

La lumière du film est l’œuvre de François Catonné qui a l’habitude de travailler avec Blier puisqu’il avait déjà éclairé Les Acteurs, Les Côtelettes et Combien tu m’aimes. Mais ce directeur de la photographie a aussi travaillé avec Jane Birkin sur son premier long métrage Boxes et sur plusieurs superproductions de Régis Wargnier dont Une femme française et Indochine qui lui a valu en 1992 le César de la meilleure photo.

Je crois que si le film reçoit des critiques aussi tranchées (pour ne pas dire mauvaises...) c'est parce que les spectateurs s'attendaient à quelque chose de plus convenu (humour noir classique servi par Dujardin, l'acteur rigolo-sympa-décalé en vogue) alors que Blier a su ...

Lire la suite
7
Aemonstage

Cinq ans après son dernier film, tous les critiques cinéma de ce bas-monde étaient d'accord pour dire que Bertrand Blier, 71 ans, était cuit. Cuit cuit cuit. Faut-il rappeler que le Blier est un monument de la réalisation cinématographique française ? On lui doit Buffet ...

Lire la suite
8
Fab

Le début est décevant, à part la main qui tremble. La fin aussi, l'est ; à partir de la scène avec son enfant, j'ai perdu le lien émotionnel avec le film. J'hésite entre sept et huit. Le reste est très bien. Les deux cancers sont à mourir - mmh - de froideur, de méchanceté, ...

Lire la suite
7
J. Z. D.
A voir également
Affiche du film 600 KILOS D OR PUR
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film 9 MOIS FERME

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BEAU-PÈRE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DATE LIMITE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés