Bande Annonce de STAVISKYDécouvrez la bande Annonce de STAVISKY sur FilmoTVhttp://
Alain Resnais
Anny DupereyCharles BoyerFrançois PérierJean-Paul BelmondoMichael LonsdaleClaude RichJacques SpiesserPierre VernierRoberto BisaccoSylvia BadescuGérard DepardieuMarcel CuvelierMichel BeauneNike Arrighi

STAVISKY

112 mn

Note de SensCritique :

6.2 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Alain Resnais.

Casting : Anny Duperey, Charles Boyer, François Périer, Jean-Paul Belmondo, Michael Lonsdale, Claude Rich, Jacques Spiesser, Pierre Vernier, Roberto Bisacco, Sylvia Badescu, Gérard Depardieu, Marcel Cuvelier, Michel Beaune. Nike Arrighi

Synopsis : Tandis que Léon Trotski obtient le droit de s’installer en France, à Cassis, à condition de ne pas s’occuper de politique française, Sacha Alexandre (en réalité Stavisky), bien que couvert de dettes, mène grand train entre Paris, Deauville et le Sud de la France. Il est propriétaire du théâtre de l’Empire, possède un titre de presse et une bijouterie, a des amis hauts placés au gouvernement du Cartel des Gauches, dans la police, et dans la sphère financière. L’inspecteur principal Bonny tente de stopper ce gentleman-escroc.

Scénario : Jorge Semprun.
Musique : Stephen Sondheim.
Pays : France
Tags : Aventure / Action, Drame, Bebel forever, Spécial années 30.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Ecrite par l’écrivain et scénariste espagnol Jorge Semprun, cette fiction signée Alain Resnais, bien que basée sur des faits réels qui ont fait trembler la IIIème République n’est pas un film historique conventionnel. C’est plutôt une rêverie flamboyante et mortifère autour d’un personnage d’élégant escroc Stavisky/Alexandre, homme d’origine juive russe introduit dans la bonne société française des années 1930, spectaculaire flambeur et séducteur de femmes qui obtient aussi l’oreille des notables, banquiers et autres hommes politiques. Le scénario se concentre sur les derniers mois de sa vie jusqu’à ce coup de feu du soir de Noël 1933, mais revient sur son passé, notamment son arrestation en 1926 qui déboucha sur le suicide de son père, honnête dentiste ne supportant pas l’opprobre entachant son nom. Le récit se projette aussi dans l’avenir lors des auditions des témoins au cours de l’enquête qui suivit la mort de Stavisky.

Totalement ancré dans son époque, le film évoque aussi un autre personnage historique présent dès la scène d’ouverture : Léon Trotski, réfugié avec son épouse à Cassis, et finalement expulsé. Le rapport entre les deux n’est pas immédiatement compréhensible, mais il est évoqué en conclusion par un dialogue entre un militant communiste et une immigrée juive allemande : «Sans Stavisky, pas de 6 février, sans l’émeute fasciste du 6 février devant laquelle Daladier capitule, pas de gouvernement d’union nationale. Sans gouvernement d’union nationale ; pas d’expulsion de Trotski. Donc, sans Stavisky…» Tout est double dans ce film : c’est le portrait d’un homme duel, d’une époque ambiguë où l’antisémitisme fait rage ; la temporalité du récit est contemporaine à celui-ci mais aussi postérieure, car la plupart des voix-off des amis et les discours face caméra se révèlent comme étant les témoignages prodigués lors de la commission d’enquête qui suivit la mort d’Alexandre.

Certaines scènes sont de pure comédie, comme ce moment où, tout en conversant dans le hall d’un hôtel avec son ami le Baron Raoul, Alexandre couve du regard une inconnue qu’il couvre littéralement de fleurs quelques minutes plus tard sans bouger de son fauteuil mais après avoir fait passer discrètement un billet à un majordome ; d’autres scènes sont totalement irréelles, telle celle où, s’étant éclipsés d’un dîner mondain, Alexandre et son médecin déambulent en smoking et haut de forme dans les allées d’un cimetière, le premier s’allongeant sur une tombe, comme un gisant.  La mort, d’ailleurs, est omniprésente : lors d’une promenade champêtre, un pied frôle dans la mousse un écureuil mort ; Arlette, la femme d’Alexandre fait un rêve récurrent où leur voiture tombe, où la neige les engloutit ; une Rolls Royce noire remplie de fleurs obligeant ses occupants à marcher derrière elle figure un corbillard, une hermine disparaît dans un trou tandis que des chiens aboient…

Producteur et interprète principal, Jean-Paul Belmondo, énorme vedette, tourne ce film entre Le Magnifique de Philippe de Broca et Peur sur la ville d’Henri Verneuil. Avec un peu plus d’un million d’entrées France ce sera un beau succès pour Alain Resnais, mais un résultat mitigé pour l’acteur habitué à des scores bien plus importants. Il est remarquable dans ce rôle d’homme qui joue sa vie dans tous les sens du terme : il se met en danger et se met en scène. Ce qui, parfois, peut être la même chose…

Né le 3 juin 1922, Alain Resnais a réalisé de nombreux documentaires dont Nuit et brouillard et dix-neuf films de fictions, parmi lesquels on peine à n’en choisir que quelques uns. Citons tout de même Hiroshima mon amour, L’Année dernière à Marienbad, Providence, Mon oncle d’Amérique, Mélo, Smoking/No smoking, Vous n’avez encore rien vu. Il est mort le 1er mars 2014 à l’âge de 91 ans, peu avant la sortie de son dernier film Aimer, boire et chanter.

Cinéphile, amoureux de la peinture, de la photographie, de la BD, de la grande littérature, des livres de science-fiction et des romans de gare, de la musique classique de la chanson et de l’opérette, Alain Resnais possède un registre large. Son œuvre, bien qu’hantée par la mort et la mémoire, imprégnée – surtout dans sa première moitié - par les conflits du XXème siècle (Seconde guerre mondiale, guerre d’Espagne, guerre du Vietnam…) est formidablement ludique.

Cinéaste de forme il a bousculé le récit, joué avec les temporalités, la logique, l’imaginaire et l’irrationnel. Il a souvent, dans ses films, inséré des plans énigmatiques d’une beauté absconse comme le temple du Parc Monceau dans Stavisky, la neige qui fait intermède dans L’Amour à mort, les méduses de On connaît la chanson. Il n’aimait pas tout expliquer, se disait intuitif et il l’était. Diablement. Il cherchait constamment, prenait des risques, ne s’enfermait pas dans un genre, même si ses films sont immédiatement reconnaissables. Il y avait une patte, un ton Resnais. Contemporain de la Nouvelle Vague il en était proche tout en restant en marge. Il a travaillé avec des scénaristes aussi divers que Marguerite Duras, Jean Gruault, Jorge Semprun, Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri… A partir de 1983 avec La vie est un roman, il s’est allié un trio d’acteurs qui est devenu le fer de lance de sa «troupe» : Sabine Azéma, Pierre Arditi et André Dussollier, auxquels il faut ajouter d’autres comédiens récurrents : Claude Rich, Fanny Ardant, Lambert Wilson. Il faut voir et revoir les films d’Alain Resnais… 

L'histoire de Serge Alexandre Stavisky, ou « le beau Sacha », permet à Alain Resnais de réaliser un film à la fois politique, onirique et théâtral, dont l'esthétique emprunte beaucoup à l'univers de la bande-dessiné. Une œuvre de transition, son dernier film politique, ...

Lire la suite
7
oxyboldine

Jean Paul Belmondo est Serge Alexandre Stavisky un escroc français d'origine polonaise impliqué dans plusieurs affaires de fraudes et délits (falsifications de chèques, ventes de produits qui n'existent pas, salles de jeux clandestines avec sa maîtresse Jane Darcy (non crédité ...

Lire la suite
8
Eric31
le contexte
  • Egalement interprété par
    Jean-Paul Belmondo
  • Pas si éloigné
    Présenté au Festival de Cannes comme Stavisky d’Alain Resnais, qui, lui, mal reçu, est revenu bredouille... Tandis que ce film remporta la Palme d’Or qui s’appelait à l’époque Le Grand Prix International du Festival.
  • Egalement realisé par
    Alain Resnais
  • Dans le même genre
    Une histoire de faussaire et d’escroc ayant existé, comme Stavisky, celui-là n’était pas mêlé à un scandale politique, il s’appelait Frank Abagnale et est interprété par Leonardo Di Caprio.
A voir également
Affiche du film ITINÉRAIRE D UN ENFANT GÂTÉ

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film GLISSEMENTS PROGRESSIFS DU PLAISIR (VERSION RESTAURÉE)
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LES HERBES FOLLES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES MARIÉS DE L AN DEUX

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés