THE MURDERER

Bientôt disponible
Parce que le film a été tourné dans les bas fonds de la Corée du Sud, dans un souci de réalisme
Policier / Suspense - 2011 - Corée du Sud - 135 MIN - interdit aux moins de 12 ans
A Yanji City, petite ville du Yanbian, Gu-Nam un chauffeur de taxi vivote. Pendant que sa femme va régulièrement en Corée pour faire des petits boulots et gagner de l'argent, lui espère toucher le gros lot au mahjong. Il perd et s'endette lourdement. Un mafieux lui propose un marché : effacer sa dette et lui payer une somme rondelette s'il va tuer un homme pour lui, en Corée du Sud. Il accepte sans savoir qu'il va être manipulé.

Réalisé par

7 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Alex Masson
Alex Masson
CHRONIQUEUR

Il y a des coins du monde où le cinéma ne se rend pas souvent. Il faut avouer que la région du Yanbian, bande de terre coincée entre la Corée du Nord, la Chine et la Russie n’est pas des plus touristiques. The murderer la présente comme une zone de non-droit, c’est là que vit Gu-Nam, un chauffeur de taxi qui vivote surtout des parties de Mah-Jong clandestines. Pour effacer une grosse dette, un mafieux lui propose d’aller tuer un homme en Corée du Sud.

On avait repéré Na Hong-Jin avec The Chaser, son premier film. Le second confirme le réalisateur comme nouveau venu dans une nouvelle vague de cinéastes sud-coréens ou se sont illustrés Park Chan-Wook, Bong Joon-ho ou Kim Jee-Woon. Il partage avec les réalisateurs d’Oldboy, Memories of murder ou J’ai rencontré le diable, un regard sombre sur son pays, voire nihiliste avec The murderer, descente aux enfers d’un pauvre hère, dindon d’une farce macabre. Si on s’y entretue à coups, entre autres, de hachette ou de fémur d’animaux, c’est bien une lutte des classes que raconte ici Na, avec ce stupéfiant portrait d’un assassin malgré lui, prêt à tout pour s’extirper de sa misère.

La brutale violence graphique faisant finalement moins de mal que la piètre condition humaine d’une saisissante cour des miracles contemporaine. The murderer est définitivement un film noir,  impressionnant parce qu’au sens le plus désespéré du terme.

Le contexte

Le film de Lu Chuan fait lui aussi se confronter des ethnies asiatiques différentes.

Na Hong-Jin

Le film de Kim Jee-Woon partage avec The murderer une ultra-violence et un climat des plus tendus.

SOUFFLE