UN MONSTRE À PARIS

2011
86 mn
le film multiplie les références artistiques et sociales à la Belle Epoque tout en faisant la part belle aux chansons originales de -M-
Disponible à la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Dans le Paris inondé de 1910, un monstre sème la panique. Traqué sans relâche par le redoutable préfet Maynott, il demeure introuvable... Et si la meilleure cachette était sous les feux de "L'Oiseau rare", un cabaret  où chante Lucile, la star de Montmartre au caractère bien tempé ?
Disponible à la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Jeunesse
France
Tous publics
VF - HD
1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Paris, 1910.  La Seine est inondée  et un monstre terrorise la capitale. Traqué sans relâche par le redoutable préfet Maynott, il demeure cependant introuvable. Et si pour lui la meilleure cachette  était en pleine lumière, celle du cabaret « L’Oiseau rare » dont la vedette est la chanteuse Lucille, la star de Montmartre au caractère bien trempé ? Ainsi débute l’histoire du film d’animation Un monstre à Paris réalisé par Bibo Bergeron, l’auteur de Gang de requins  et de La Route d’Eldorado. 

De l’aveu de son réalisateur, le film est né d’une nostalgie, celle de Paris alors qu’il résidait aux Etats-Unis : « J’avais envie de faire un film sur ma ville, un film romantique qui pourrait par moment aller vers le cinéma d’épouvante. J’avais aussi envie de traiter  du début du XXe siècle, une période historique en incroyable ébullition et qui a connu une multitude de révolutions scientifiques  et technologiques comme l’automobile et le train et qui me passionne depuis toujours. Enfin, dès le départ, j’avais envisagé ce film comme très musical. » 

L’idée d’une puce qui devient géante à la suite d’une expérience de laboratoire est venue supplanter la figure d’un vampire pour camper le monstre qui est au centre du scénario développé par Bibo Bergeron et son complice Stéphane Kazandjian. Vint ensuite se greffer tout un univers à la fois réaliste et fictionnel qui prenait appui sur l’importante documentation rassemblée pour l’occasion par le cinéaste comme ces références assumées à la naissance d’une police moderne à travers les célèbres « Brigade du Tigre » lesquelles ont finalement disparu du scénario final.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver LE MONDE DE NEMO (Le film d'Andrew Stanton utilise comme celui de Bibo Bergeron les techniques de l'animation en images de synthèse) ou encore DILILI À PARIS (Délaissant Kirikou et l'Afrique, Michel Ocelot crée un nouveau personnage qui évolue comme les héros du film de Bibo Bergeron dans le Paris de la Belle Epoque).

FilmoTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné