Bande Annonce de D'ARTAGNANDécouvrez la bande Annonce de D'ARTAGNAN sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/3985/fond/3985_w_500.jpg
Peter Hyams
Catherine DeneuveDaniel MesguicheJean-Pierre CastaldiJustin ChambersTim RothDavid SchofieldJan Gregor KrempNick MoranStephen ReaSteve SpiersBill TreacherJeremy ClydeTsilla Chelton

D'ARTAGNAN

100 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Peter Hyams.

Casting : Catherine Deneuve, Daniel Mesguiche, Jean-Pierre Castaldi, Justin Chambers, Tim Roth, David Schofield, Jan Gregor Kremp, Nick Moran, Stephen Rea, Steve Spiers, Bill Treacher, Jeremy Clyde. Tsilla Chelton

Synopsis : D’Artagnan cherche à venger ses parents, assassinés par le sinistre Fèbre. Il quitte sa Gascogne et se rend à Paris où il devient mousquetaire. C’est ainsi qu’il se lie avec Athos, Porthos et Aramis. Par ailleurs il tombe amoureux de la nièce de son logeur. Mais un complot est tramé par Richelieu pour perdre la reine. Fèbre se met au service du cardinal. Mais quand celui-ci comprend que sa nouvelle recrue veut détruire la couronne, il le lâche. La voie est libre pour que D’Artagnan tienne sa vengeance.

Scénario : Gene Quintano.
Musique : David Arnold.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Politique / Histoire, Aventure / Action.

Film pas encore disponible

Tout le monde connaît D’Artagnan, le plus célèbre des mousquetaires du roi Louis XIII. Pas parce qu’il s’agit d’un personnage historique appartenant au régiment des Cadets de Gascogne, dont le nom complet était Charles de Batz de Castelmore D'Artagnan. Celui-là a fait une jolie carrière militaire, il a été suffisamment remarqué pour être cité dans les correspondances de l’époque, à commencer par celle de Madame de Sévigné. Mais, bon, ce n’était quand même pas un gradé de premier plan. Si notre homme est mondialement célèbre, c’est parce qu’il est accessoirement le personnage central d’un des romans les plus lus du monde, Les Trois mousquetaires, d’Alexandre Dumas père, publié dans un premier temps sous forme de feuilleton de mars à juillet 1844, soit deux siècles après les faits. Sous Louis-Philippe, donc.

Tout le monde sait qu’Alexandre Dumas avait pris de nombreuses libertés avec la réalité historique, et que ce faisant il avait donné ses lettres de noblesse à un genre qui allait faire des petits, le roman de cape et d’épée. En attendant de trouver de nouveaux débouchés au théâtre, dans la bande dessinée, et bien sûr au cinéma. Nous y reviendrons. Les Trois Mousquetaires raconte donc les aventures d’un jeune gascon venu faire fortune à la capitale, qui se lie avec trois mousquetaires du roi, Athos, Porthos et Aramis. Tous les quatre feront feu de tous bois pour contrer la noire machination du Cardinal de Richelieu qui n’a de cesse de déconsidérer Anne d’Autriche, qui comme son nom l’indique est espagnole et reine de France, aux yeux de son royal époux. Ce faisant nos mousquetaires vont prendre des coups en se mesurant à de féroces ennemis, parmi lesquels l’odieux Comte de Rochefort et la séduisante et fourbe Milady de Winter.

C’est ce schéma que la plupart des adaptations cinématographiques du roman avaient peu ou prou respecté. Ce n’est pas le cas de ce D’Artagnan, qui prend ses aises avec l’œuvre de Dumas, plus encore que ce dernier ne l’avait fait avec la grande Histoire. C’est ainsi que Milady passe à la trappe. Excusez du peu. Il est vrai qu’il s’agit d’un film international (il suffit de regarder le casting pour s’en persuader) et que la fidélité à un monument littéraire français est le cadet (de Gascogne) de ses soucis. En fait les personnages principaux et la ligne narrative sont également soumis aux nécessités d’un cinéma grand public. De ce point de vue il faut bien avouer que l’objectif est atteint et que l’on ne s’ennuie pas une seconde, à condition bien sûr que l’on soit un aficionadio des films d’action.  

Bien sûr les versions cinématographiques qui ont précédé ne manquaient le plus souvent pas de panache, mais aucune n’avait été aussi loin dans les cascades et les effets spéciaux, tant la gourmandise acrobatique de ce D’Artagnan semble sans fin. Il est vrai que tous les classiques du film d’aventure sont depuis les progrès du numérique logés à la même enseigne et que les derniers avatars de Robin des bois sont tout aussi enclins à user de dopants. Mais personne n’avait été aussi loin que Peter Hyams dans l’usage qu’il fait des échelles quand il s’agit d’assiéger un château. Nous sommes plus proches de Tigre et dragon que des cavalcades habituelles des fidèles du roi. Il est vrai que la même année, Christophe Gans se plaît à ajouter quelques cuillerées de kung fu à sa fresque historique narrant les riches heures de la bête du Gévaudan, Le Pacte des loups.

Les tenants de la tradition peuvent d’autant moins se plaindre qu’ils ont des dizaines d’autres adaptations du roman de Dumas à se mettre sous la dent. Sans remonter à la version d’André Calmettes et Henri Pouctal, en 1912, ou à celle d’Henri Diamant-Berger en 1921, muettes toutes les deux, il n’est pas interdit de citer les adaptations de Rowland V. Lee, d’Allan Dwan, ou plus proches de nous de Richard Lester, de Stephen Herek. Sans oublier le plus pétillante de toutes, celle de George Sidney, en 1948. Il est vrai que D’Artagnan n’y est autre que le prince des danseurs, Gene Kelly. Curieusement les adaptations françaises sont moins cotées, André Hunebelle ou Bernard Borderie étant aux commandes. A ma très grande honte, je ne pourrai rien vous dire de la version de Miguel Delgado ou de celle de Georgi Yungvald-Khilkevich, deux cinéastes un rien exotiques, le premier étant mexicain, le second russe. Mais il n’est pas interdit de louer certaines parodies, par exemple celle du grand Max Linder. Son film a pour titre L’Etroit Mousquetaire. Pour qui aime les calembours...

Le film qui nous intéresse est quant à lui signé Peter Hyams. Un cinéaste rare, car ils sont peu à être leur propre directeur de la photo. Après des débuts de bon aloi à la télévision, il se tourne vers le grand écran à la fin des années 70. Son premier film majeur est Capricorn one, un thriller de l’espace. Le genre est quasi inédit, et Hyams va s’en faire une spécialité. Suivront en effet Outland, où Sean Connery remplace Gary Cooper dans un remake spatial du Train sifflera trois fois. Et 2010, une suite inattendue de 2001, l’odyssée de l’espace. Une suite qui n’a pas le brillant du chef d’œuvre de Kubrick, bien sûr, mais qui bénéficie néanmoins de l’apport de Arthur Clarke, l’auteur du roman dont Kubrick s’était inspiré. Les autres réalisations d’Hyams sont sans doute moins remarquables, qu’il s’agisse de polars, de films d’horreur ou même de films d’action où il a le privilège de diriger l’inénarrable Jean-Claude Van Damme. Pour cela, il lui sera beaucoup pardonné.

le contexte
A voir également
Affiche du film LA GUERRE DES MISS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES PRÉDATEURS

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film 2010 :  L ANNÉE DU PREMIER CONTACT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés