Bande Annonce de DIALOGUE AVEC MON JARDINIERDécouvrez la bande Annonce de DIALOGUE AVEC MON JARDINIER sur FilmoTVhttp://
Jean Becker
Daniel AuteuilElodie NavarreFanny CottençonHiam AbbassJean-Pierre DarroussinAlexia BarlierAndré LutrandBernard CrombeyChristian SchiarettiJean-Claude Bolle-ReddatNicolas VaudeRoger Van HoolCoralie AndréMonique Roussel

DIALOGUE AVEC MON JARDINIER

104 mn

Note de SensCritique :

6.4 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jean Becker.

Casting : Daniel Auteuil, Elodie Navarre, Fanny Cottençon, Hiam Abbass, Jean-Pierre Darroussin, Alexia Barlier, André Lutrand, Bernard Crombey, Christian Schiaretti, Jean-Claude Bolle-Reddat, Nicolas Vaude, Roger Van Hool, Coralie André. Monique Roussel

Synopsis : Un peintre parisien arrive dans sa région natale afin de prendre possession de la maison qui l'a vu grandir. Pour entretenir le terrain jouxtant la propriété, cet artiste quinquagénaire décide de recruter un jardinier. Un ami d'enfance se présente alors à lui. Bientôt, ils retrouvent leur complicité...

Scénario : Jacques Monnet, Jean Becker.
Pays : France
Tags : Drame, Nature et vie sauvage, Comédie, SensCritique - Best of films à la campagne, Jardins et jardiniers, Peintres français, La campagne française, Amis français.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Dialogue avec mon jardinier porte un titre intrigant. Il semble tellement simple que l’on se demande s’il ne cache pas un secret, une perversion, une violence. En fait non, il ne faut pas avoir l’esprit tordu. Le film raconte bel et bien la relation simple et belle entre un quinquagénaire parisien retiré à la campagne pour peindre et le brave homme qu’il a chargé d’entretenir son jardin. 

Exposé de cette façon, l’argument du film peut sembler bien mince. Mais c’est tout le talent de Jean Becker, qui fait décidemment des films que d’autres n’auraient sans doute jamais imaginés, que d’oser des histoires simples, avec des personnages qui ne font rien d’autre que d’échanger des phrases, parfois des sentiments, et même des émotions. Dialogue avec mon jardinier est un film sans violence, presque sans douleur, il n’est pas sans enjeu. C’est un film zen qui retrace la genèse d’une amitié. Pourquoi pas ?

Il faut dire que les personnages sont portés par deux grands acteurs, Daniel Auteuil et Jean-Pierre Darroussin. Leur apparente quiétude est transcendée par la moindre inflexion du jeu des deux acteurs, par leur plus infime sourire, par leur moindre geste. Ce n’est pas pour autant un film désincarné, japonais. Car c’est bien un jardin à la française que cultive le cinéaste, avec quelques herbes folles ici ou là. A noter que c’est Jacques Villeret qui aurait dû enfiler la salopette du jardinier. Pour l’avoir dirigé dans Les Enfants du marais ou Un crime au paradis, Jean Becker raffolait du comédien. Mais Villeret est mort avant le premier tour de manivelle…

Dialogue avec mon jardinier est l'adaptation d’un roman d'Henri Cueco. Si celui-ci a signé quelques livres, notre homme est avant tout un peintre, adepte de ce qu’il nomme la figuration narrative, une peinture participant à un engagement politique, attachée à la nature, aux relations entre les hommes et les femmes, et au rapport au langage. Un programme ambitieux, on en conviendra. Il n’est pas douteux que Cueco a mis une part de lui-même dans le personnage du peintre. Ni que son écriture doive beaucoup à sa passion pour la peinture. Pourtant ce néo-rural est en retrait dans le livre, plus observateur des autres qu’acteur de sa vie. Jean Becker, avec l’aide de Jean Cosmos, le très talentueux scénariste avec lequel Bertrand Tavernier a signé certains de ses plus beaux films, a préféré établir un rapport plus équilibré entre les deux personnages.

Amoureux de la campagne, Jean Becker l’est incontestablement, lui aussi. Comme le souvenir d’une certaine quiétude quand il était enfant pendant la seconde guerre mondiale et que la campagne était un havre de paix. Il saura s’en souvenir en tournant L’Eté meurtrier, Les Enfants du marais ou Effroyables jardins. Pour ne rien dire de Deux jours à tuer où le personnage incarné par Albert Dupontel plaque violemment la vie citadine, décidemment odieuse et artificielle pour se ressourcer à la campagne… Mais l’œuvre de Becker ne se résume pas pour autant à sa passion du vert. Une œuvre étonnante quant à sa temporalité soit dit en passant, le cinéaste ayant suivi dès les années 60 les traces de son père, Jacques Becker, le signataire de Casque d’or et de Touchez pas au grisbi, pour livrer quelques comédies policières dans l’air du temps. Mais 17 ans sépareront Tendre Voyou de L’Eté meurtrier, et il lui faudra 12 ans de plus pour enchaîner sur Elisa. Depuis la fin des années 90, à un âge où tant d’autres décrochent, il semble saisi par une frénésie créatrice à laquelle nous n’avons rien à redire, au contraire.

Jean Becker occupe une place à part dans le cinéma français. Son air bonhomme et le classicisme que certains trouvent un rien pantouflard de ses films ont vite fait de le cataloguer et de le mettre sur la touche d’une critique décidément trop parisienne. Or c’est justement ce parisianisme que Becker fuit, au profit de la France profonde, celles des campagnes et des petites villes, quelle que soit par ailleurs la période considérée. Une France qui a fait un triomphe à certains de ses films, L’Eté meurtrier a dépassé les cinq millions d’entrées, onze de ses quinze films ayant franchi la barre du million.

Je justifie ma cote élevée par le fait que j'aime Auteuil et Daroussin et que j'encourage le cinéma français quand il est intéressant. Deux personnes ayant fréquenté la même école primaire se retrouve à l'âge adulte avec un parcours différent. Original et émouvant ...

Lire la suite
8
Marmo

Ce film de Jean Becker a le mérite de remettre quelques bonnes vérités en place, ne serait-ce qu'en offrant de la vie d'un un rat des villes et d'un rat des champs une vision juste et une morale salutaire. Entre un peintre et un jardinier qui se retrouvent après avoir partagé, ...

Lire la suite
7
abarguillet

On récolte ce que l'on sème

Et si c'était ça le bonheur, et si c'était juste apprécier ce que l'on a, aimer les choses simples, dire ce que l'on pense sans animosité, sincèrement. Jean-Pierre Darroussin est formidable dans le rôle de cet homme tendre, généreux avec de belles valeurs familiales, ...

Lire la suite
8
amarie
 
le contexte
  • Egalement interprété par
    Daniel Auteuil
  • Pas si éloigné
    Une autre amitié entre un employeur et son employé. Le premier est tétraplégique, le second vient de banlieue, ce qui est aussi un handicap. Le succès a été au rendez-vous.
  • Egalement realisé par
    Jean Becker
  • Dans le même genre
    Un homme d'affaires débordé se ressource dans la campagne bordelaise. On connaissait Ridley Scott pour ses grands spectacles, on le découvre cinéaste du terroir.
A voir également
Affiche du film FANNY

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film MARIUS

à partir de

8.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film UN CRIME AU PARADIS
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LES ENFANTS DU MARAIS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film LINE OF FIRE

à partir de

6.99
 
Affiche du film ABDEL ET LA COMTESSE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA PRISONNIÈRE (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film RAMPAGE - HORS DE CONTRÔLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film A BEAUTIFUL DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Enter the Void

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés