Bande Annonce de LE GENDARME DE SAINT-TROPEZDécouvrez la bande Annonce de LE GENDARME DE SAINT-TROPEZ sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/6579/fond/6579_w_500.jpg
Jena Girault
Louis de FunèsMichel GalabruChristian MorinClaude PiépluDaniel CauchyGeneviève GradGuy GrossoJean LefèvreMichel ModoPatrice LaffontJacques FameryNorma DugoSylvie Bréal

LE GENDARME DE SAINT-TROPEZ

95 mn

Note de SensCritique :

6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jena Girault.

Casting : Louis de Funès, Michel Galabru, Christian Morin, Claude Piéplu, Daniel Cauchy, Geneviève Grad, Guy Grosso, Jean Lefèvre, Michel Modo, Patrice Laffont, Jacques Famery, Norma Dugo. Sylvie Bréal

Synopsis : Le gendarme Cruchot est nommé maréchal des logis à la brigade de Saint-Tropez, sur la Côte d'Azur, bien décidé y faire du zèle. Tandis qu'il se lance dans une chasse sans répit aux nudistes en vacances, sa fille Nicole se retrouve malgré elle impliquée dans un vol de tableaux de valeur. Que va faire son gendarme de père ?...  

Scénario : Jacques Vilfid, Jena Girault, Ricjard Balducci.
Musique : Raymond Lefebvre.
Pays : France
Tags : Comédie, Des bandes de potes, Fufu, Rions avec la police, Une ville : Saint Tropez.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

"Ce film a été réalisé avec l’aimable collaboration de la gendarmerie de Saint-Tropez qui s’est prêtée de bonne grâce à l’ambiance du scénario." C’est le carton que l’on peut lire en introduction du Gendarme de Saint-Tropez que Jean Girault réalisa en 1964 sur un scénario de Richard Balducci et des dialogues de Jacques Vilfrid. Personne à l’époque ne pouvait prédire le début d’une saga devenue presque mythique et qui compte six films : Le Gendarme de Saint-Tropez donc, Le Gendarme à New YorkLe Gendarme se marieLe Gendarme en balade, Le Gendarme et les extra-terrestres et Le Gendarme et les gendarmettes. A l’origine de ce  premier volet, on trouve la mésaventure vécue par le futur scénariste du film : alors qu’il cherchait une maison à vendre du côté de Saint-Tropez, on lui a volé la caméra qu’il avait laissée dans sa voiture ! Désireux de porter plainte, il fait alors la connaissance des gendarmes et de la gendarmerie de Saint-Tropez. Il ne lui en faut pas plus pour imaginer les transformer en héros et décor de cinéma.

Une fois son idée de départ en tête, Richard Balducci, avant même de se lancer dans l’écriture du scénario proprement dit, en parle à Louis de Funès qu’il avait rencontré à l’occasion de la promotion de Pouic-Pouic et de Faites sauter la banque. L’acteur est enthousiaste, mais les producteurs potentiels ne le voyaient guère dans le rôle d’un gendarme. Ceppendant, la situation évolue et le scénariste écrit un premier synopsis dans lequel il intègre les éléments de base da la future saga que sont notamment les nudistes, le port et les cafés de la petite cité maritime. C’est en revanche de Funès qui imagina l’un des ressorts comiques constants de la série, à savoir l’opposition de son propre personnage avec celui campé par Michel Galabru. Ludovic Cruchot, alias de Funès, aurait en outre la particularité d’être en permanence condescendant avec les faibles et obséquieux avec les forts.

Une ultime recommandation avant de vous laisser découvrir Saint Tropez et ses gendarmes farfelus, ne vous inquiétez pas si ce film de 1964 débute en noir et blanc. Rien de plus normal car l’action se déroule alors dans l’arrière pays niçois, en montagne et le gendarme Louis de Funès n’a pas encore reçu sa nouvelle affectation. C’est donc en noir et blanc qu’il fait la chasse aux braconniers en tous genres, débusquant avec férocité et le pêcheur de truites et le voleur de poules, dans une sorte d’hommage inversé au rôle du braconnier Blaireau qu’il tenait sept auparavant dans le film d’Yves Robert, Ni vu, ni connu. Mais dès qu’apparaît à l’écran la célèbre baie de Saint-Tropez, la couleur surgit et la saga peut commencer sous le soleil.

La comédie sans prétention que l’on vient de voir attira pour la seule année 1964 plus de sept millions de spectateurs, s’inscrivant ainsi dans les premiers rangs du box office de l’époque. Comment expliquer un tel succès auxquels les producteurs eux-mêmes ne s’attendaient pas ? "Par la magie de l’uniforme" avait coutume de répondre le scénariste du film Richard Balducci non sans une ironie certaine. Il faudrait quoi qu’il en soit y ajouter la mode tropézienne de l’époque, Bardot en tête, le petit goût de scandale que constitue la présence, certes très discrète, de nudistes à l’écran ou bien encore, et à l’inverse de ce que prétendait le scénariste, un certain plaisir du spectateur de voir la maréchaussée quelque peu ridiculisée à travers cette brigade en folie… Autant d’éléments qui inscrivent le film et ses suites dans le droit fil de comédies à la française d’abord portées par des acteurs, premiers et seconds rôles réunis, qui n’hésitent pas à multiplier les numéros et autres coups d’éclat.

Il va de soi qu’au milieu de ce premier film brille la figure de celui désormais sera aux yeux du public LE gendarme de Saint-Tropez par excellence : Louis de Funès. Comme on l’a vu, l’acteur, avec son flair habituel, a repéré le bon personnage et le bon filon comique. C’est avec ce gendarme que de Funès peut définitivement asseoir et légitimer son jeu d’acteur, mimiques et vitalité débordante. Avec Cruchot, il se forge un alter ego, une sorte de marque de fabrique qui le singularise définitivement. C’est d’ailleurs durant cette même année 1964 que le comédien tourne également Fantômas et Le Corniaud. Sa carrière d’acteur vedette est ainsi véritablement lancée. Il accède au statut de star et chacun de ses films fait événement.

A l’immédiat succès populaire rencontré par le film répondent comme en écho des réactions journalistiques plus nuancées qu’on ne le croit. Les coups les plus durs viennent d’Henry Chapier qui dans Combat compare de Funès à un "nounours des familles" et voit dans le film une insupportable déclaration d’amour à l’ordre établi et à la gendarmerie. Rappelons que nous sommes quatre ans avant mai 68 et que l’heure est aux affrontements idéologiques. Mais rien n’est simple car Pascal Brienne dans Les Lettres françaises, revue proche du Parti communiste, écrit, lui : "On n’attendait certes pas grand chose de ce film de Jean Girault et l’on n’en est que plus surpris d’y trouver une gaieté, un entrain et pourquoi pas un rythme qui n’ont rien de forcé. C’est léger, hyperléger, mais seul le pisse-froid de service trouvera matière à faire le difficile." Quant aux Cahiers du Cinéma, on y trouve à propos du gendarme de Funès une formule qui laisse poindre et de l’admiration et de la clairvoyance : "De Funès semble toujours avoir plus d’idées que ses employeurs : c’est que le cinéma français manque moins d’acteurs à possibilités burlesques que d’auteurs qui seraient les premiers à rire de leurs grimaces." On ne saurait mieux dire…

Pour quelqu'un comme moi, qui a grandi devant la télé, une série comme le gendarme participe à la construction d'une cinéphilie populaire avant d'être plus exigeante et complexifiée. Mais quoiqu'elle en soit mûrie, enrichie par des ambitions personnelles, ma cinéphilie ...

Lire la suite
7
Alligator

Le gendarme de St Tropez (1964)

Il s'agit d'une comédie policière, le premier film de la série des gendarmes qui en compte 6. Le début du film est en noir et blanc. On y fait connaissance avec Cruchot en poste dans les Hautes Alpes. Il est nommé maréchal de logis chef et est muté dans le Var .. Générique ...

Lire la suite
7
greenwich

Le Gendarme de Saint-Tropez est le film avec Fantômas qui propulsa Louis de Funès à cinquante ans comme l'acteur comique français des années 60-70. Sorti en 1964, attirant plus de 7,8 millions de spectateurs en salles à l'époque, il s'agit déjà de la troisième collaboration ...

Lire la suite
8
Incertitudes
le contexte
  • Egalement interprété par
    Louis de Funès
  • Pas si éloigné
    Saint-Tropez est au centre de ces deux films, dans des contextes et des discours il est vrai fort différents, mais tous deux symbolisent parfaitement la mode tropézienne des années 60 et 70.
  • Egalement realisé par
    Jena Girault
  • Dans le même genre
    Quelques années avant Jean Girault, Yves Robert se délectait lui aussi de l'éternelle match entre gendarmes et... braconniers.
A voir également
Affiche du film LE GENDARME A NEW YORK

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE GENDARME SE MARIE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LES CHARLOTS FONT L ESPAGNE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE GENDARME EN BALADE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés