LE PRÉSIDENT

Disponible dans le Pass Illimité
Parce que si le film (sur un dictateur déchu) se déroule dans le Caucase, il a été tourné en Géorgie
Drame - 2015 - Royaume-Uni|Iran - 114 MIN - VO - HD - Tous publics
Le Président et sa famille dirigent leur pays d’une main de fer, profitant d'une vie luxueuse pendant que ses sujets vivent dans la misère. Du jour au lendemain, un violent coup d’état met fin à cette dictature et le Président devient l’homme le plus recherché du pays. Avec son petit-fils de 5 ans, il tente alors de rejoindre la mer où un navire les attend pour les mettre hors de danger. Grimés en musiciens de rue, ils se retrouvent confrontés à la souffrance et à la haine que le Président a suscitées….

Réalisé par

6.7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

Mohsen Makhmalbaf s’est essayé à divers petits boulots avant de se lancer dans le cinéma et devenir un des chefs de file de la nouvelle vague iranienne, dans les années quatre-vingt-dix. Récompensé dans les grands festivals internationaux grâce à des films comme Salaam Cinema (1995) ou Kandahar (2000), il a néanmoins quitté son pays en 2004, pour protester contre la censure exercée contre son œuvre. En exil à Londres et à Paris, il a continué à réaliser des films, mais uniquement dans des pays étrangers.

À l’instar de ce Président, coproduit par la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et la Géorgie, en 2014. La Géorgie, et notamment sa capitale Tbilissi, ont fourni au film quelques de ses principaux extérieurs, le reste du tournage ayant pris place au Tajikistan. Se retrouve dans ce film l’intérêt de Makhmalbaf pour les personnages d’enfant mais aussi pour la forme du conte. L’action se situe dans une contrée imaginaire car elle évoque des événements qui se sont déroulés dans différents pays par le passé et qui, pourraient tout aussi bien se reproduire à l’avenir.

L’idée en est venue à Makhmalbaf au moment des révolutions du Printemps arabe. Il a alors remarqué que, trop souvent, la violence des dictateurs était remplacée par la violence encore plus brutale et sanguinaire des révolutionnaires, qui devaient à leur tour se salir les mains pour garder le pouvoir qu’ils avaient durement conquis. En réaction contre cette escalade dans l’horreur, il a imaginé une fable moderne autour du pouvoir, de la réconciliation et du fol espoir de briser la spirale de la violence.

FILMOTV vous recommande

Pas si éloigné

Contexte

une autre fable autour de la violence et de l'enfance conçue par Hana Makhmalbaf, la monteuse du Président

Mohsen Makhmalbaf

un autre voyage initiatique d'un vieux monsieur avec un petit garçon

ETAT DE GUERRE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité