Bande Annonce de MISCHKADécouvrez la bande Annonce de MISCHKA sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1688/fond/1688_w_500.jpg
Jean-François Stévenin
Jean Paul RousillonJean-François StéveninSalomé StéveninClaire StéveninJean-Paiul BonnairePierre StéveninRona HartnerYves AfonsoElisabeth DepardieuJohnny HallydayPatrick Grandperret

MISCHKA

113 mn

Note de SensCritique :

6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jean-François Stévenin.

Casting : Jean Paul Rousillon, Jean-François Stévenin, Salomé Stévenin, Claire Stévenin, Jean-Paiul Bonnaire, Pierre Stévenin, Rona Hartner, Yves Afonso, Elisabeth Depardieu, Johnny Hallyday. Patrick Grandperret

Synopsis : Jeanne une adolescente est partie de chez sa mère avec son petit frère pour tenter de rejoindre leur père. Ailleurs, un vieil homme oublié de tous dans le coffre de la voiture familiale finit par prendre la poudre d'escampette à la faveur d'une arrêt sur une aire d'autoroute. Destins croisés et rencontres assurées...

Scénario : Jean-François Stévenin.
Musique : Philip Miller.
Pays : France
Tags : Comédie, Belles familles ?, En déplacement, Aventure / Action, Histoire de familles.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Avec ce troisième film, le cinéaste Jean-François Stévenin ouvre plus grandes encore les fenêtres de son cinéma : plus de personnages, plus de situations, plus de décors que d’habitude. De jurassien, le road movie se fait hexagonal, le long d’un axe nord-sud soit sur la route des vacances. On y croise un fils capable d’abandonner sur une aire d’autoroute son vieux père, lequel ressemble à un vieil ours mal léché avide de prendre la poudre d’escampette, des jumelles espiègles, une adolescente et son jeune frère en partance pour les Landes. Sans compter un infirmier branquignol incarné par Stévenin lui-même, une gitane délurée, un routier forcément sympa, des gendarmes dépassés et d’autres figures encore.

Tout ce petit monde assiste à des degrés divers à l’improbable rencontre entre le vieil ours joué et déjoué par Jean-Paul Roussillon expert en grognements bourrus et la jolie poupée futée qu’incarne la propre fille du cinéaste, Salomé Stévenin. Mais comme toujours chez Stévenin, l’ambiance, les corps et les cœurs prendront le pas sur l’histoire proprement dite.
Très vite, rien  ne sera donc vraiment étonnant, pas même l’irruption en hélicoptère d’une star de la chanson populaire. Car, c’est bien un conte dont il s’agit ici, un conte dit par Stévenin le troubadour sous l’arbre à palabres et d’où surgissent des figures connues ou non mais définitivement familières. Tout le monde ici est en vacances, c’est-à-dire dans un état propice à tous les hasards, toutes les rencontres et à tous les états de l’âme. 

Plus que jamais fidèle à l’esprit de Cassavetes, son cinéaste de référence, Jean-François Stévenin avec ce troisième film en 24 ans n’en finit pas dérouler les « love streams ». Si parfois, ils se chamaillent et s’époumonent en borborygmes réjouissants, ses personnages finissent ici par se retrouver dans une maison commune oubliant les conflits de génération et autres vieilles querelles père-fils ou père-fille pour célébrer ensemble et sans réserve les plaisirs d’une fin de journée. Ils nous tendent des miroirs de nous mêmes puisqu’aussi bien, comme le dit Stévenin, je cite, «  mes personnages sortent de leurs trajectoires, mais des comme eux il y en a des milliers. Pour moi, ils sont complètement normaux. Ils sont pleinement eux-mêmes, et en plein dans cette France profonde, la vraie, en province. » Fin de citation.

La magie fonctionne d’autant plus que tout l’art de Stévenin consiste à créer  l’illusion d’une improvisation permanente, d’une énergie spontanée qui imite la vie à la perfection. Alors que Mischka repose au contraire sur un scénario particulièrement travaillé dont on sait qu’il a été entièrement tourné sans retrait ni ajout, à l’inverse de ce qui se passe souvent lors du tournage d’un film. A  propos de Mischka, Stévenin a ainsi déclaré, je cite : « Le film que j’imagine est passé tellement de fois dans ma tête avant même que je l’écrive que le scénario est ensuite calé comme une partition. » fin de citation.  Forme et fond du film se rejoignent ainsi dans une élaboration hautement travaillée, répétée, disséquée pour finalement parvenir à un cinéma en liberté totale, que l’on s’y déplace, comme ses personnages, à pied, en voiture, en train, en camion, en hélicoptère ou même en fauteuil roulant !

Le plus beau film du monde

Je suis tombé dessus par hasard, à la médiathèque, et je l'ai regardé cinq fois, cinq soirs de suite ! C'est drôle, touchant, ça a l'air complètement improvisé (alors que c'est travaillé à la virgule près), c'est libre, fou, Stévenin est imprévisible en ivrogne tendre, ...

Lire la suite
10
racer
le contexte
A voir également
Affiche du film CAMPING À LA FERME

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L HOMME DU TRAIN

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L ODYSSEE SIBERIENNE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BEING LIGHT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés