MONSTER BOY : HWAYI

2014
121 mn
Sous le polar à la violence expéditive, une tragédie bouleversante.
Disponible à la carte à partir de 9.99 €
Hwayi a une mère et cinq pères. Cinq criminels qui l'entraînent à être comme eux et qui le protègent à leur manière. Mais une mission va tout remettre en question. Seok-tae, l'un de ses tuteurs les plus intransigeants, ordonne à Hwayi d'assassiner un homme à bout portant. Pour la première fois, le jeune garçon a du sang sur les mains et l'envie d'en découdre avec son passé.
Disponible à la carte à partir de 9.99 €
Policier / Suspense
Corée du Sud
- 12 ans
VM
1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Le cinéma sud-coréen est sûrement l’un des plus dynamiques de son temps. Il n’a jamais peur de traiter de sujets forts, avec un mélange de grande violence et de poésie dévastatrice. Et c’est souvent en détournant les codes du film d’action, de la science fiction ou du polar, que le pays livre ses histoires les plus émouvantes. Ainsi, Monster Boy : Hwayi aurait pu se contenter d’être un thriller de base, qui s’intéresse à des crapules. Mais non. Il va plutôt aller chercher des thèmes comme la mort de l’enfance, le passage à l’âge adulte, en mettant en scène une famille totalement dysfonctionnelle de criminels sans merci.  

Hwayi a été élevé par cinq gangsters qui ont réduit sa mère en quasi esclavage. Lui, quoique déscolarisé, est un peu mieux loti. Il peut vaquer seul, voir du monde. Ses pères ont de grands projets pour lui. Il pourra peut-être faire des études, sortir du schéma familial. Mais l’un d’eux ne l’entend pas de cette oreille. Seok-tae, le plus intransigeant de la bande, veut faire de Hwayi un grand tueur, un snipper chirurgical. Lors d’une mission, il l’oblige à abattre un homme de sang froid, à bout portant. Cet assassinat va changer la vie de Hwayi car il va comprendre qu’il n’est pas celui qu’il croyait être. 

En psychanalyse, on dit que pour devenir un homme, il faut « tuer le père ». Pas sûr que le message de Monster Boy : Hwayi reste dans le domaine de la métaphore. Car Hwayi, figure vengeresse, va devoir reconquérir sa vie en autopsiant son propre passé. Intervient alors le ressort classique des meilleurs thrillers : l’élève défiant ses maîtres. Voilà le postulat d’une sublime tragédie d’action.  

 
Dans le même genre vous pouvez trouver THE HOST (Caractéristique du cinéma sud-coréen, The Host, de Bong Joon-ho, partage avec Monster Boy : Hwayi cette même identité de grand drame humain, sous ses habits de film de genre violent et spectaculaire.) ou encore LE DERNIER REMPART (Comme la musique de Monster Boy : Hwayi, celle du Dernier Rempart de Kim Jee-Woon est composée par Mowg, un musicien à la carrière éclectique et récompensé en Coréen du Sud pour la qualité de ses scores.).

FilmoTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné