Bande Annonce de DE BON MATINDécouvrez la bande Annonce de DE BON MATIN sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/3061/fond/3061_w_500.jpg
Jean-Marc Moutout
Jean-Pierre DarroussinValérie DrévilleXavier BeauvoisAladin ReibelLaurent DelbecqueRalph AmoussouYannick RenierFrançois ChattotPierre Aussedat

DE BON MATIN

89 mn

Note de SensCritique :

6.1 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jean-Marc Moutout.

Casting : Jean-Pierre Darroussin, Valérie Dréville, Xavier Beauvois, Aladin Reibel, Laurent Delbecque, Ralph Amoussou, Yannick Renier, François Chattot. Pierre Aussedat

Synopsis : De bon matin, un cadre quinquagénaire rejoint son bureau dans une agence bancaire. Il sort une arme de son cartable et abat deux de ses collègues. Il s’enferme alors dans la salle de réunion. Alors que les policiers arrivent peu à peu pour le mettre hors d’état de nuire, notre homme se remémore les circonstances de son acte, l’humiliation au quotidien dans son cadre de travail et les coups de mou de son couple à l’extérieur. Alors que les policiers s’apprêtent à intervenir, il se tire une balle dans la bouche.

Scénario : Jean-Marc Moutout, Olivier Gorce, Sophie Fillières.
Pays : France
Tags : Drame, Traqués, Seuls contre tous, La vie de bureau, Le secteur tertiaire, Travailleurs, travailleuses, En une journée.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Les faits divers sont évidemment des révélateurs du monde dans lequel nous vivons. Ils expriment les débordements des passions, flamboyantes ou sordides, en tous cas douloureuses. Longtemps considéré comme frileux ou germanonopratin, ce qui revient au même, le cinéma français semble de plus en plus souvent s’intéresser à la question sociale. Qu’il s’agisse d’histoires puisées dans l’actualité ou inventées de toutes pièces, nous sommes de toute évidence gâtés.

En l’espace de quelques mois, Cédric Kahn nous brosse avec Une vie meilleure le portrait d’un couple défait par le manque d’argent, Philippe Lioret fait le procès du surendettement dans Toutes nos envies, Raphaël Jacoulot éclaire le choc entre le patron d’un hôtel de montagne et l’un ses employés avec lequel il entretenait une relation étrange, Cédric Klapish fustige dans Ma part du gâteau le monde de la finance. Et Eric Guirado revient sur l’affaire Flactif, qui défraya la chronique en 2003, avec Possessions.  

Dans ce film tous les ingrédients d’un grand film noir sont réunis : les antagonismes sociaux, le mystère, des caractères forts, etc.  Pour un peu on dirait que Ken Loach a traversé la Manche. Ou du moins qu’il a fait des émules.

De bon matin est également basé sur un fait divers, survenu en 2004. Lorsqu’un employé de banque a descendu deux de ses supérieurs en arrivant au boulot, avant de s’enfermer et de se tirer une balle dans la bouche. On ne saurait mieux parler des rapports de travail dans cette France des années 2000 angoissée par l’avenir.

Le film débutant sur le meurtre des deux banquiers, se terminant par la mort du personnage principal, la chair du film se situe donc dans l’entre-deux. D’où le balancement de la ligne narrative entre flash back, moments de la vie du personnage, où se développent sa frustration, son exaspération, son désespoir, et les scènes où enfermé dans un bureau de la banque, il attend son inéluctable fin. Sans l’avoir sciemment voulu, le réalisateur a ainsi reproduit la structure du Jour se lève, quand Gabin se remémore les étapes de son histoire, alors que la police fait le siège de sa chambre.

Jean-Marc Moutout reconnaît que les rapports sociaux, notamment dans le cadre du travail, constituent comme une obsession, qui a en tous cas fortement marqué tous ses films jusqu’ici. Y compris ses courts métrages, Tout doit disparaître et Electrons statiques. Mais c’est son premier long, Violence des échanges en milieu tempéré, qui a attiré l’attention du public sur le cinéaste.
Il faut dire que le film n’était pas banal, qui racontait l’itinéraire d’une jeune cadre travaillant pour une société d’audit dont le métier est de recueillir la confiance des salariés d’une entreprise en difficulté pour mieux estimer les licenciements nécessaires. Mais si c’est le monde du travail, et plus précisément celui de l’entreprise qui est passé au crible, l’objectif du cinéaste est plus large. Car ses personnages cherchent avant tout leur place dans le monde. Pour en conclure le cas échéant qu’ils n’en ont pas. C’est peu dire si les plaidoyers de Moutout pour la dignité nous sont indispensables.

Mais la réussite de De bon matin tient également à la formidable prestation de Jean-Pierre Darroussin. Pour être actif, l’acteur n’en choisit pas moins ses films avec beaucoup de savoir faire. D’où une liste impressionnante de beaux films dans sa filmo en l’espace de quelques années seulement.

Fragile et déterminé, charnel et absent à la fois, le personnage nous donne à penser autant qu’il nous touche. Il ne se présente pas forcément sous son meilleur jour. La première séquence, alors qu’il fait sa toilette au lavabo, en slip, n’est pas particulièrement séduisant. Mais elle donne à voir cet homme qui lâche prise, qui s’enfonce. Il est l’armature du film. Et le lien entre les scènes à la banque, les tournées à Paris, et celles de ses souvenirs, savoyardes. L’étanchéité entre les deux mondes est voulue. Ce qui fait que Valérie Dréville, qui incarne sa femme n’a pas une seule scène avec Xavier Beauvois, le patron haï. Une façon de souligner la dislocation de son univers.

Crise de Dep’primes

Quand j’explique que je bosse dans le social, on me lance souvent avec un petit air désolé « waou, ça doit être difficile». Bizarrement, c’est ce que je ressens face à des gens qui bossent dans des banques et dont le seul but dans la vie est de faire des profits, négocier ...

Lire la suite
8
Before-Sunrise

Arène sanglante

Avec "De bon matin", Jean-Marc Moutout continu sur la lancé de "Violence des échanges en milieu tempéré", où il scrutait intelligemment, avec un regard d'entomologiste lucide, les interrogations morales et les choix cornéliens d'un jeune et sensible directeur des ressources ...

Lire la suite
7
Guillaume Rouleau

Éclairage : la déchéance d'un cadre d'entreprise moderne. Découpé (un montage alterné efficace, implacable) Cruel (l'homme sous toutes les coutures : lâche, effrayé, triste, pernicieux, insultant, indifférent, ...) Véritable (le film nous rappelle dans quelles tristes ...

Lire la suite
7
Kaham
le contexte
A voir également
Affiche du film CUISINE ET DÉPENDANCES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE COEUR DES HOMMES 3

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA FABRIQUE DES SENTIMENTS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE DISTRAIT

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés